La Rébellion dans l’Église

 

Éloges

 

Quand j'ai lu le nouveau livre de Bernie Koerselman pour ma première fois, la Rébellion dans l'Église, j'ai été vivement transporté par son message important concernant la Seigneurie de Jésus Christ. D’une façon très claire et concise, Bernie a peut-être exposé la plus grande erreur de l'église d’aujourd'hui. Pasteur, enseignant, et missionnaire depuis le milieu des années 1970, j’ai été témoin oculaire des dégâts causés par les faux enseignements autour de ce sujet dans l’église.  Ne manquez pas s'il vous plaît votre occasion d'attaquer et démolir le bastion des faux enseignements dans votre sphère d'influence! Lisez La Rébellion dans l’Église et utilisez ce merveilleux outil pour atteindre les autres avec un puissant message de la bonne nouvelle de l'Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ 

 

Chuck King

Collègue

 

 

Bernie Koerselman a écrit un livre court mais très concis qui selon moi mérite l’attention de chaque École Biblique du monde. Ainsi, les jeunes serviteurs auront une bonne fondation sur laquelle ils bâtiront le reste de leurs ministères. Je souhaite également que chaque pasteur et chaque évangéliste lise La Rébellion dans l’Église. Il  peut révolutionner plusieurs ministères et susciter le réveil. C’est pour cela que notre ministère s’adonne corps et âme pour que La Rébellion dans l’Église soit traduit dans plusieurs langues et soit distribué aux responsables chrétiens à travers le monde. Nous souhaitons qu’il soit lu par des millions de gens.

 

David Servant

Directeur de Heaven's Family

 

 

Bernie Koerselman frappe le bon clou dans ce livre.  J’ai été président d’un groupe d’évangélisation dans des prisons et lieux publics pendant environ 33 ans. L’église Américaine a tout essayé pour déclencher un réveil – sans succès.  Elle a beau porter des joyaux marqués “Que ferait Jésus?”, courir après des faux signes et prodiges, utiliser les techniques du marketing mondial, mais tout cela a abouti à la production de faux ou plus faibles chrétiens.  La dernière parole de Jésus à son église fut “Repentez-vous.”  Beaucoup de gens ne savent pas ce que Jésus a prescrit à ses disciples de croire et de faire.  Ce livre nous en parle sans façon.

 

Tom Adcock

Jesus People Information Center

Sacramento, CA

 

 

"Nous vivons les jours d’apostasie, où des millions de faux croyants s’assoient dans l’Eglise comme l’ivraie dans le blé, parce qu’ils n’ont jamais entendu le vrai évangile. Certains faux croyants sont allés jusqu’à s’approprier les estrades et sont devenus des prédicateurs populaires, d’autres ont reçu des postes de choix dans les maisons d’édition chrétienne, et bien d’autres sont directeurs dans pas mal de librairies chrétiennes. C’est pourquoi les faux enseignements ont envahis et aveuglé l’Eglise contemporaine. Je rends grâce à Dieu pour les hommes comme Bernie Koerselman, et pour son livre La Rébellion dans l’Église. Que Dieu l’utilise pour ouvrir les yeux des aveugles." 

 

Ray Comfort

Auteur et co-hôte de "The Way of the Master."

 

 

Un merveilleux livre sur le sujet le plus dangereux de l’  existence.  La Vérité.  Psaumes 11:3 dit, "Quand les fondements sont renversés, le juste, que ferait-il?"  Je vous invite en tant que lecteur à effacer vos idées préconçues et à absorber ce livre sans parti pris.  Il changera la fondation de votre pensée.   Personnellement, je vois cet outil en train de changer la congrégation que Dieu m’a appelé diriger. 

 

Trent Renner

Pasteur de l’église Parkway

 

 

Nous vivons les moments où les estrades et les bancs d’églises de la plupart des dénominations sont bourrées de tièdes gens qui ont l’apparence de la piété, mais qui renient ce qui en fait la force. (2 Timothée 3:5). C’est un signe qui même négligé par bon nombre de ceux qui sont réellement soumis à la Seigneurie de Christ. Le Seigneur l’a mis au cœur de Bernie qui a écrit ce message puissant, convaincant et sans pareil pour attirer l’attention des aveuglent qui dirigent les aveugles, des aveugles qui suivent les aveugles, et pour attirer aussi l’attention des vrais croyants ayant Christ pour leur centre d’intérêts. Que le résultat en soit une multiplication d’innombrables églises qui font les disciples.

 

Joe Simmons

Ancien Directeur de Navigators Pacific Areas

 

 

Bernie prouve par l’Ecriture que quiconque demande le pardon de Dieu en déclarant Jésus-Christ comme son Sauveur personnel mais qui ne veut pas le servir comme son Seigneur ne fait qu’une demande bidon.   A moins de faire preuve d’une sincère détermination à permettre Jésus de régner dans tout aspect de votre vie, toute réclame d’avoir accepté Jésus comme Sauveur ne tient pas devant Celui qui jugera chacun selon ses œuvres.  Le résultat n’en sera qu’une tragédie avec des conséquences éternelles.  Le livre de Bernie rend ce verre plus net en s’appuyant à l’Ecriture même.

 

D’une manière claire et concise, Bernie a exposé l’ultime erreur de l’église d’aujourd’hui.  Utilisez La Rébellion dans l’Église pour atteindre les autres avec le message de l’évangile de notre Seigneur Jésus-Christ.

 

Harvey Hoekstra

Fondateur – Audio Scriptures International

Missionnaire en Afrique

 

 

 

C’est un livre qui vaut la peine d’être écrit. Et Bernie Koerselman, le diligent érudit de la Bible et l’observateur aigu de Église et de notre culture, est juste la personne pour le faire. Quoiqu'il y ait les poches de vie spirituelle dynamique et le pouvoir dans l'Église aujourd'hui, l'Église à ce 21e siècle est plutôt insipide. Qu'est-ce qui ne va pas ? Bernie met son doigt sur la cause première.

 

La lecture de ce livre encouragera et défiera votre coeur.

 

Cecil Martens

Pasteur

 

 

L’auteur avec sa formation dans les mathématiques, la science et la loi  est minutieux et précis comme l’on s'attendrait. J'ai rencontré Bernie Koerselman plusieurs fois pendant ma résidence en Nouvelle-Zélande - 1992 à 2000 - avant mon retour à Brisbane, en Australie, y compris une fois quand il est venu m'entendre prêcher dans l’église Christchurch. J'ai aussi publié un peu de son écriture dans notre magazine international - Luttant SINCÈREMENT pour la Foi [de l’anglais: Contending EARNESTLY for THE Faith (CETF)]. Dans La Rébellion dans l’Église il commence par où nous devrions tous commencer—notre attitude envers la Parole de Dieu – “La Rébellion commence lorsqu’on ne croit pas à la véracité de la Bible.”  Sa préface conclut en effet ce qui a longtemps été ma position propre—la Bible est entièrement inspirée (soufflée par Dieu), mais cette inspiration donne son meilleur éclat au travers de Christ. Alors par les pages du chapitre un - la Rébellion Contre Jésus comme Seigneur – au chapitre deux - la Rébellion Contre les Paroles de Jésus - et par le chapitre 11 - Se repentir, Changer et Enseigner - il continue et développe son thème. Bernie a raison. Soyez prêts à être défiés. L’assiduité de Bernie à la Seigneurie de Christ peut à tort vous accuser d'enseigner un évangile basé sur les œuvres. Paul a prié, "Seigneur, que veux-tu que je fasse?" (Actes 9:6) L’obéissance à la Seigneurie de Christ était le signe de sa conversion, tout comme il doit l’être pour nous.

 

 

Philip Powell

Directeur de Christian Witness Ministries (CWM)

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

La RÉBELLION dans l’Église

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Autres Écrits de Bernie Koerselman

Sont publiés au

www.bereanpublishers.com

 

Livre: La Foi qui Sauve

 

Étude Biblique: Les Enseignements et les Commandements de Jésus

 

Articles:

 

La Foi qui Sauve – C’est Quoi ?

L’Évangile c’est Quoi ?

Les Diverses Facettes de la Foi qui Sauve

Jésus Doit Etre le Roi!

Faites la Volonté de Dieu

Les Chrétiens Doivent Etre Justes

Conformes A Sa Ressemblance

Demeurer En Jésus

Position de Dieu Envers le Péché

Vous Devez Naître de Nouveau

La Loi de Moise ou La Loi de Christ

Examinez-Vous!

Croyez en Lui

Jésus est Seigneur

Obéissance: La Marque du (Vrai) Chrétien

Obéissance: Evidence de la Foi qui Sauve

Bonnes Actions: Evidence de la Foi qui Sauve

Fruit: Evidence de la Foi qui Sauve

Les Questions les Plus Importantes

Fraude Dans la Présentation de l’Évangile  

Tromperie Dans la Présentation de l’Évangile

Ecouter son Intérieur

Lettre Ouverte Aux Pasteurs
"Notre" Seigneur

À Quelle Loi les Chrétiens Obéissent-Ils?

Sabbat, Dimanche, Ou …

Le Péché Coûte-t-il le Salut ?

Romains 7 Reconsidéré

Les Chrétiens Peuvent-ils Divorcer?  (Et se Remarier?)

Les Chrétiens Sont-ils des Pécheurs ou des Saints?

Les Chrétiens Devraient-ils CRAINDRE Dieu?

Les Ecritures les Plus Importantes sont en Rouge

Tout M’est Permis

Comment Est-ce Que Dieu Attire les Gens Vers Jésus?

La Trinité

La Garantie de Notre Héritage

La Lettre Contre l’Accord Ecuménique:

"Les Evangéliques & les Catholiques Ensemble; La Mission Chrétienne au Troisième Millénaire"

La Tribulation, l’Enlèvement, et l’Extrême Colère de Dieu

Le Sabbat Millénaire?

Accomplissement d’Apocalypse 12:1-4

Le Croyant Est-il en Sécurité Eternelle?

Quand Est-ce Que les Chrétiens Sont Pardonnés?

Quand Est-ce Que les Chrétiens Sont Définitivement Sauvés?

L’Amour de Dieu Est-il Inconditionnel?

Les Preuves de la Conditionnalité du Salut

Prescience Ou Prédestination

Prescience : Jacob and Esaü

La Doctrine de la Prédestination Branhamisme

Réaction au Terrorisme (Une Perspective Chrétienne)

Le Moment de Vérité

Jésus Christ.  Qui Est-Il?


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Koerselman

 

Berean Publishers

 

 

 

 

 

 

 

 

La Rébellion

Dans l’Église

 

Traduit de l’Anglais par Bienvenu Bizimana

Sous le titre Original: Rebellion in the Church

 

 

 

Première Impression: Juillet, 2008

 

Copyright © 2008 by Bernard Koerselman, J.D.

 

Tous droits réservés.  Aucune portion de ce livre ne doit être reproduite sous aucune forme sauf quelques extraits à usage particulier, sans la permission écrite de l’auteur.

 

Sauf indication contraire, les textes bibliques sont tirés de la Sainte Bible « Édition  Revue  avec  Références ».

 

 

ISBN: 978-0-941879-07-1

 

Graphisme: CJ McDaniel, (412) 833-5826

Imprimé aux USA

 

Publié par:

 

Berean Publishers

Commandez une copie: editors@bereanpublishers.com

Contactez l’auteur: b.koerselman@bereanpublishers.com

Site Web: http://www.bereanpublishers.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Maria Duran

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Table des Matières

 

 

Prologue    15

Préface    18

Introduction   22

1.  Rébellion Contre Jésus Le Seigneur    25

2.  Rébellion Contre les Paroles de Jésus    31

3.  La Grande Rébellion Exposée    49

4.  Les Responsables de l’Eglise Seront-ils Condamnés?    56

5.  Rébellion Contre la Loi de Christ    62

6.  Le Fils de l’Antinomie

L’Inconditionnelle Sécurité Eternelle    70

7.  Un Autre Fils de l’Antinomie

Fraude dans la Présentation de l’Évangile    88

8.  Un Autre Fils de l’Antinomie

Tromperie dans la Présentation de l’Évangile   101

9.  Cherchez D’abord … Sa Justice    124

10. Les Expressions Populaires de l’Anti-Justice    132

11. Repentez-Vous, Changez, et Enseignez!    145

 

 

 

 


 

Prologue

 

Quand David Kirkwood a écrit son livre irrésistible, Le Faiseur de Disciples, il s’est donné la peine pour décrire ceux à qui il écrivait.  David a spécifié qu'il écrivait aux responsables d'églises, mais principalement à ceux qui vivent à l'extérieur de l'Amérique du Nord, l'Europe occidentale et l'Australie/Nouvelle-Zélande.  Quoiqu'il ait spécifié que probablement tout le monde profiterait de la lecture de son livre, il savait que les lecteurs qui profiteraient le plus sont ceux des pays non occidentaux.

 

Mon souci a toujours été à l’égard de l'église occidentale - l'église américaine d'abord, et l'église de la Nouvelle-Zélande ensuite.  Je suis toujours concerné par ces pays, probablement parce que je connais suffisamment l’état de leurs églises. Ceux des pays du Tiers-monde peuvent aussi tirer amplement profit de ce livre, parce que l'Ouest a exporté sa rébellion dans le monde entier. L'église occidentale a revendiqué leur apporter l'Évangile, mais dans tous les cas elle leur a apporté un autre évangile – différent de l’Évangile scripturaire de notre Seigneur Jésus.

                         

De même que David Kirkwood croit que les responsables d'églises - les pasteurs, les évangélistes, les enseignants, les missionnaires, les planteurs d'églises, les prophètes, les ouvriers d'École de dimanche et d'autres dirigeants d'églises pourraient profiter le plus de son livre, je m’intéresse aussi au même groupe dans ce livre.  J'admets sentir comme Jérémie qui a reçu l’ordre de transmettre les instructions de Dieu à une génération qui rejettera ses paroles.  J'admets sentir comme Jérémie qui a reçu l’ordre de transmettre les oracles de Dieu à une génération qui rejettera ses paroles. Ce sont les responsables d'églises qui se rebellent contre Dieu et Sa parole, et qui ne veulent nullement changer.  Mes années de conversation avec eux me prouvent qu’ils sont trempés dans leurs voies. Ils sont persuadés qu'ils ont une compréhension magistrale et ne sont pas disposés à changer. 

 

 

Ce livre aura probablement son plus grand impact parmi les laïques de l'église qui cherchent sincèrement Dieu, qui savent dans leur esprit que quelque chose cloche dans ce que l'on leur apprend, mais qui ne savent pas pourquoi ou de quoi il s’agit. Ce livre révélera qu'ils ont été trahis par les leaders qui se rebellent contre Dieu.

 

Je suis convaincu que plusieurs dans l'église qui sont dans la rébellion contre Dieu et sa parole sont le résultat d'une culture d'église que j'appelle "religiosité", qui est opposée au Christianisme. D'abord, cet autre évangile a pénétré les séminaires, ensuite les estrades et finalement l'église. À moins d’être combattu, ce faux évangile continuera à entraver le salut des millions qui l'acceptent d'une façon alarmante.

 

Jésus a averti les experts dans la loi: " Malheur à vous docteurs de la loi, parce que vous avez enlevé la clef de la science ; vous n’êtes pas entrés vous-mêmes, et vous avez empêché d’entrer ceux qui le voulaient" (Luc 11:52).

Les présents "experts dans la loi" sont les pasteurs gradués de séminaires différents. La plupart de ces experts refusent de présenter la clef de la science à ceux qui sont sous leur charge. Ils n'ont pas appris ni obéi à la vérité des saintes Ecritures et empêchent les autres d’en profiter. Vous comprendrez mieux au fil et à mesure que nous avançons. Le problème est le même qu’à l’époque de Jésus. Les experts actuels barrent ceux qui entrent. Leur faux évangile entrave le salut  des millions indicibles.

 

Nous semblons vivre le temps prophétisé par Dieu à Amos 8:11 : "Voici, les jours viennent," dit le Seigneur, l’Eternel, "Où j'enverrai la famine dans le pays – Non pas la disette du pain et la soif de l'eau, mais la faim et la soif d'entendre les paroles de l’Eternel." Cette sainte Ecriture deviendra claire à mesure que nous continuons.

 

J'ai déclaré dans ce livre que "des millions" ne parviendront pas au salut à cause du faux évangile qui est propagé par ceux qui sont dans la rébellion contre Dieu. Bien que ce nombre ne soit pas justifiable par les études statistiques, il s’agit vraiment d’un nombre énorme des gens qui louperont le salut; en fait, quand vous comprenez entièrement la prémisse de ce livre, vous pourriez même utiliser le terme "des dizaines de millions" pour décrire le nombre de ceux qui rateront le salut à cause du faux évangile.

 

Ce livre montrera la différence entre l'Évangile biblique du Seigneur Jésus Christ et le faux évangile qui est prêché si largement aujourd'hui. L'Évangile biblique est la source de vie éternelle; l'autre évangile est une contrefaçon développée par l'homme il y a longtemps et accepté et perpétué au fil des générations - un évangile qui continuera à conduire des millions ineffables dans la séparation avec Dieu et dans la destruction éternelle.

 

 


 

Préface

 

Comme nous commençons, établissons le point commun sur lequel nous pouvons être d'accord. Ici nous perdrons quelques personnes parce que plusieurs ne seront pas d'accord. Il est largement annoncé que quelques membres du clergé ne croient pas que la Bible devrait être prise littéralement. D'autres nient la naissance de Jésus par la vierge aussi bien que sa divinité. Certains nient les miracles, tandis que d'autres nient l’histoire de la création. Les variations sont infinies, comme sont les doctrines découlent de ces attitudes confuses et incrédules envers l’Ecriture.

 

Si la Bible est vraie - si c'est la Parole de Dieu - alors nous devrions la révérer et chercher à obéir à ses commandements; mais pour ceux qui prétendent que la Bible n'est pas vraie, ou qu’elle n'est pas entièrement vraie, ils créent leur propre religion. Un tel peuple promeut une religion d'homme dans laquelle ils choisissent ce qu'ils croiront, ce qu'ils prêcheront et enseigneront.

 

Si vous faites partie d’un groupe qui ne considère pas la Bible comme étant la Parole de Dieu et vous n'avez aucune intention de vous laisser influencé par des faits contraires à ce que vous croyez actuellement, ne vous donnez pas donc la peine de continuer. Ceux qui n'acceptent pas l'Ecriture telle qu’elle est écrite, mais qui continuent à la lire finiront par se rendre compte qu'ils ont déjà fait leur réservation d’un endroit que Jésus décrit comme dehors, dans l'obscurité, où il y aura des pleurs et des grincements de dents, dans le feu ardent qui consumera les ennemis de Dieu. Voir Hébreux 10:26.

 

Ayant dit cela, il est nécessaire d'avancer un avertissement Que toute Ecriture soit inspirée de Dieu ne signifie pas que toute l'Ecriture est  pour autant applicable à la vie du croyant. Nous le verrons dans un chapitre à part. Beaucoup de fausses doctrines ont fait irruption parce que l’on a pas pu comprendre à quelles Ecritures le croyant doit obéir.

 

La véracité de l'Ecriture peut être prouvée par les prophéties sur Jésus. Plusieurs disent qu'il y a environ 300 prophéties dans l'Ancien Testament sur le Messie - Le Oint - qui devait venir. Quand Jésus est venu, il a accompli toutes les prophéties qu'il devait accomplir à sa première arrivée.    

 

Josh McDowell a écrit dans son livre, L’Évidence qui Exige un Verdict, à propos d'une étude faite par Peter Stoner qui a été publiée dans la Science Parle. M. Stoner a considéré seulement huit des nombreuses prophéties de Christ, à savoir qu'il serait né à Bethléem, qu'il serait précédé par un messager, qu'il entrerait à Jérusalem sur un âne, qu'il serait trahi par un ami, qu'il serait trahi pour 30 pièces d'argent, que l'argent serait jeté dans la maison de Dieu et utilisé ensuite pour acheter le champ d'un Potier, qu'il resterait silencieux devant ses accusateurs; et il aurait ses mains et pieds percés et qu'il serait crucifié. Selon la science de probabilités, l’homme dispose de 1 dans 1017 chances pour accomplir ces huit prophéties – c’est-à-dire 1 dans 100.000.000.000.000.000 de chances.

 

M. Stoner a illustré l'immensité de ce chiffre en supposant que nous prenions 1017 pièces d’argent en dollars et que nous les mettions au sol de l’Etat de Texas.  Ces pièces couvriraient le sol de l’Etat de Texas et auraient deux pieds de profondeurs.  M. Stoner a illustré l'immensité de ce chiffre en supposant que nous prenons 1017 dollars d'argent et les mettons sur l'état du Texas. Beaucoup de Ces dollars d'argent couvriraient l'état du Texas deux pieds de profondeur. Marquez alors une pièce et jetez-la dans la masse. Prenez un homme et bandez-le les yeux et dites-lui qu'il peut parcourir tout l’Etat de Texas pour choisir une et une seule pièce d'argent. Quelle chance aurait-il de choisir la pièce marquée ? C'est approximativement la même chance que quelqu'un pourrait par coïncidence accomplir ces huit prophéties. Cependant, Jésus a non seulement accompli ces huit prophéties, mais aussi toutes les prophéties sur le Christ, à l’exception de celles qui seront accomplies à son retour.  M. Stoner a considéré que les probabilités de Jésus accomplissant 48 prophéties sont 1 dans 10157 – Un chiffre trop énorme et une probabilité trop infinitésimale que notre cerveau ne peut saisir.        

 

Considérez maintenant qu'il y a un et un seul livre - la Bible - qui contient ces prophéties.  Par ses prophéties, la Bible a correctement identifié la personne unique qui a accompli ces prophéties sur le Christ.  De plus, il l'a fait par beaucoup d'auteurs différents au cours des centaines d'années.  Que croyez-vous être la probabilité d’un livre qui, par hasard, pourrait contenir tant de prophéties que les Juifs ont crues à propos de leur Messie à venir et qu’un homme pourrait accomplir? La probabilité est vraisemblablement  similaire à celle d’un homme accomplissant ces prophéties par hasard.

 

A l’époque de Jésus et pendant des siècles antérieurs, les Juifs croyaient que ces prophéties parlaient de leur Messie à venir. Dans les Évangiles, il y a de nombreuses références qui montrent comment Jésus a accompli les prophéties de l'Ancien Testament sur le Christ.

 

Je suis détenteur d’une licence en mathématiques et en science. Ces probabilités sont si stupéfiantes que je serais stupide si je ne les croyais pas. En tant que avocat capable de chercher et présenter des évidences pour soutenir mes arguments, je ne peux imaginer aucune autre évidence assez forte, que ce que vous venez de lire, pour prouver que la Bible est vrai et que Jésus est le Christ. C'est loin au-delà de tout doute.

 

Il y a encore d’autres évidences confirmant qui est Jésus. Jésus a choisi 12 apôtres. Celui qui l'a trahi comprit ce qu'il avait fait et se suicida. Mais tous les autres, sauf Jean, ont été martyrisés pour avoir prêché que ce Jésus était le Seigneur Jésus Christ, le Fils de Dieu, qui est mort sur la croix, et qui a été ressuscité des morts.  Ils pourraient probablement s'être sauvés en abjurant ce témoignage ou en disparaissant carrément et en arrêtant de proclamer qui était Jésus. L'heure de vérité est lorsque vous faites face à la mort. Peu de personnes voudraient mourir pour quelque chose qui n’est pas authentique.  Pourtant, aucun des apôtres n'a abandonné leur témoignage. Au contraire, ils ont choisi la mort plutôt que nier le Seigneur Jésus et ce qu'ils savaient être la vérité sur lui.

 

La rébellion commence quand on ne croit pas la Bible pour être vrai. Dans Jean 14:6, Jésus a déclaré : "je suis le chemin, la vérité et la vie. Personne ne vient au Père sauf par moi." Non seulement la Bible est vraie – c’est un livre qui a révélé qui est Jésus – et Jésus lui-même est la vérité.

 

Ceux qui se rebellent contre la vérité de la Bible refusent aussi de reconnaître et de croire qui est Jésus. Jésus a averti dans Jean 12:48-50, "celui qui me rejette et qui ne reçoit pas mes paroles a son juge; la parole que j'ai annoncée, c’est elle qui le jugera au dernier jour."

 

Ce livre contient beaucoup de références scripturaires. Quelques versets seront beaucoup utilisés à cause de leur portée dans l'illustration des vérités que nous discuterons ici.  Chaque utilisation est sage Chaque utilisation est intentionnelle et importante pour le contexte.

 

 


 

Introduction

 

Scott Hillstrom et moi, nous nous sommes rencontrés en Nouvelle-Zélande. Tous les deux, nous avions émigré en Nouvelle-Zélande avec nos familles en tant qu’avocats et avions été accordés les visas de résidence permanente.

 

Scott et moi, nous nous rencontrions au Café à Durham, à quelques blocs du Centre culturel, dans Christchurch. Comme nous causions d’un sujet à l'autre, nous prenions un Américano, puis un autre et parfois un troisième.

 

Parce que Scott et moi sommes tous les deux Chrétiens, nous discutions souvent de notre foi, de Jésus et de diverses doctrines Chrétiennes. Un jour où nous avions la Bible comme sujet, Scott fit cette déclaration, "Tout ce dont j'ai besoin ce sont les lettres rouges de la Bible." [Pour ceux qui ne sont pas familiers aux éditions "mémorables" de la Bible, dans ces éditions les paroles de Jésus sont imprimées en rouge.]  

 

La déclaration de Scott m’abasourdit. Ma compréhension est que toute Ecriture a été inspirée de Dieu et est infaillible dans tous les manuscrits originaux. Scott a apparemment pensé que quelques Ecritures étaient plus importantes que d'autres. Ses paroles me permirent de me rendre compte qu'apparemment je considérais toutes les Ecritures du Nouveau Testament au même pied d’égalité. J'avais déjà appris que l'Ancien Testament n'était pas de la même importance que le Nouveau du moins pour les croyants de la nouvelle alliance. Mais Scott déclarait que certaines parties du Nouveau Testament étaient plus importantes que d'autres.

 

Je m'inquiétais pour Scott. Il me semblait coucher sur un sol dangereux. Peut-on être un vrai croyant si on ne croit pas que toutes les écritures du Nouveau Testament sont pareillement importantes pour notre foi et notre compréhension de l'Évangile ? Je ne pouvais pas polémiquer sur le point à ce moment-là parce que je n'avais pas minutieusement réfléchi à propos.

 

Comme je considérais la possibilité que certaines parties du Nouveau Testament étaient plus importantes que d'autres, je me rappelai que, en tant que nouveau croyant à l’âge de 43 ans, j'avais consommé les Évangiles, les relisant à plusieurs reprises. Parce que l'Apôtre Pierre a dit que les écritures de Paul étaient difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme celui des autres Ecritures, pour leur propre ruine (2 Pierre 3:16), j'ai évité les écritures de Paul pendant quelque temps, lisant d’abord les Évangiles à plusieurs reprises, ensuite les épîtres de Jacques, Pierre, Jean et Jude.  Finalement, je ne pouvais plus me retenir de lire les épîtres de Paul.  Je les ai trouvées parfaitement acceptable, facilement compréhensibles à la lumière des enseignements de Jésus dans les Évangiles, aussi peut-être parce que je les lisais pour la première fois dans la traduction Nouvelle Version Internationale (NIV).

 

Ça ne m'a pas pris longtemps pour me rendre compte que Scott avait raison. Jésus a lui-même dit que ses paroles ont une grande importance que toute autre parole jamais écrite. Dans Matthieu 24:35 Jésus a dit, "le Ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point." Dans Jean 6:63, Jésus a révélé pourquoi ses paroles ont un tel pouvoir, "c'est l’Esprit qui vivifie; la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont Esprit et vie." WOW!  Qui serait capable de rendre un tel témoignage à ses propres paroles ? 

 

Jamais rien de semblable à cette déclaration de Jésus à propos de ses paroles n’est fait dans aucune autre écriture de la Bible. Les Apôtres ont reconnu que les paroles de Jésus étaient uniques. Dans Jean 6:68, Pierre a porté ce témoignage, "Tu as les paroles de la vie éternelle.”

 

Le commentaire de Scott m'a renvoyé de nouveau aux paroles de Jésus. Pendant des années, j'étais inquiété par le fait que l'église locale ne parvient pas d’enseigner l’obéissance aux commandements de Jésus. Tout à coup, je me rendis compte que mon souci n’était qu’en partie parce que ces enseignements et commandements étaient justement les paroles de Jésus - les paroles marquées en rouge - les paroles spéciales, les paroles qui sont Esprit et vie et qui ne passeront point.

 

Depuis des années, je me suis rendu compte que cette grande omission, défaillance et ce refus de l'église d’enseigner l’obéissance aux enseignements et aux commandements de Jésus s'élèvent à la RÉBELLION. Le reste de ce livre expliquera pourquoi ceci n'est pas juste une petite différence d'opinion ou une question de sémantique. Cette rébellion contre Jésus et ses commandements a coûté et coûtera encore le salut de millions indicibles. Curieusement, cette rébellion est favorisée et perpétuée par des pasteurs et des enseignants dans l'église aux dépens des commandements du Seigneur Jésus Christ qui est sa tête même.   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chapitre 1

 

 

REBÉLLION CONTRE JÉSUS LE SEIGNEUR

 

 

La rébellion commence sans doute par le fait de refuser ce que Jésus est. Voyons d’abord qui est Jésus et comment ce refus constitue la base de la grande RÉBELLION.

 

Dans Jean 8:24, Jésus a suscité une polémique autour du salut quand il a dit, "c’est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés; car si vous ne croyez pas ce que je suis, vous mourrez dans vos péchés." 

 

Personne d’entre ceux qui meurent dans leurs péchés n'entrera dans le royaume des cieux. Dans Apocalypse 21:27, l'Apôtre Jean a écrit à propos du ciel : "il n’entrera chez elle rien de souillé, ni personne qui se livre à l’abomination et au mensonge, il n’entrera que ceux qui sont écrits dans le livre de la vie de l'Agneau." Si nos péchés ne sont pas pardonnés, nous demeurerons impurs.  Pour plus d’évidence, dans Colossiens 1:21-22, Paul a écrit, "Et vous, qui étiez autrefois étrangers et ennemis par vos pensées et par vos mauvaises œuvres, il [Dieu] vous a réconciliés par la mort dans le corps de sa chair, pour  vous faire paraître devant lui saints, irrépréhensibles et dans reproche …" Ceux dont les péchés ne sont pas pardonnés sont pleins de reproches de leurs péchés et sont sujets de la condamnation.

 

Jésus a dit que nous mourrons dans nos péchés si nous ne croyons pas ce qu'il est. Qui a-t-il revendiqué être ? Dans Jean 13:13, Jésus a dit, "Vous m'appelez Maître et Seigneur, vous dites bien, car je le suis." Quand il fut arrêté par les Juifs, le souverain sacrificateur dit à Jésus, "je t’adjure, par le Dieu vivant, de nous dire si tu es le Christ, le Fils de Dieu."

 

Jésus lui répondit : "Tu l’as dit." "De plus je vous déclare, vous verrez désormais le Fils de l'Homme assis à la droite de la puissance de Dieu, et venant sur les nuées du ciel." (Voir Matthieu 26:63-64.)

 

Dans ces versets, Jésus a revendiqué être Maître, Seigneur, Christ, Fils de l'homme et Fils de Dieu. Croyez-vous que Jésus incarne toutes ces choses ? Plusieurs diront, "oui, moi de même !" Alors je dois demander, est-ce que Jésus représente toutes ces choses en vous ? Par exemple, est-il votre Seigneur) ? Obéissez-vous à Jésus parce qu'il est votre Seigneur ? Ici vous devez être très prudents dans votre réponse. Ne vous trompez pas et n’essayez pas de tromper Dieu sur une question si importante.

 

Même du vivant de Jésus sur la terre, les gens l'appelaient Seigneur, mais le reniaient par leurs actions. Jésus a demandé, "Pourquoi m'appelez-vous, ' Seigneur, Seigneur, ' et ne faites pas ce que je dis ?" (Luc 6:46). Incontestablement, Jésus s'attendait  à l'obéissance de ceux qui l'appelaient Seigneur.

 

Il est de mon intention de vous prouver par l'Ecriture que croire et recevoir Jésus comme Seigneur est essentiel pour la foi qui sauve. Dans Romains 10:9, Paul dit, "si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé." Dans Romains 10:13, Paul dit, "Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé."  Paul révèle que le salut lui-même est basé sur le fait de confesser que Jésus est Seigneur. Quand le geôlier Philippien a demandé ce qu'il doit faire pour être sauvé, Paul a répondu, "Crois au Seigneur Jésus et tu seras sauvé – toi et ta famille" (Actes 16:31).

 

Vous avez probablement entendu l'invitation faite souvent  sur les estrades, "si vous acceptez (ou recevez ou croyez en) Jésus comme votre Sauveur vous aurez la vie éternelle." Une telle réclamation est extrabiblique – elle n'existe pas dans l’Ecriture. Ça semble que les pasteurs et les théologiens ont développé leurs propres idées sur la façon d'être sauvé. Puisque tout ce qui concerne le salut biblique vient de l'Ecriture, comment peut-on oser développer quelque chose que l'Ecriture ne révèle pas? N'osons pas! Les évangiles d‘hommes ne sont qu"un faux évangile."

 

La traduction NIV, tout comme bien d’autres, ne fait aucune mention d “accepter” Jésus. Il y a deux cas où le mot "reçu" est utilisé.  Le premier est  dans Jean 1:11-13, mais il ne dit rien de la façon dont nous devons recevoir Jésus:

 

Elle est venue chez les siens, mais les siens ne l’ont pas reçue. 12 Mais à tous ceux qui l’ont reçue, et à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés— 13 non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu.

 

L’autre utilisation de “recevoir” est dans Colossiens 2:6: “Ainsi donc, comme vous avez reçu le Seigneur Jésus- Christ, marchez en lui, étant  enracinés et fondés en lui ...”  Ça  révèle que les Colossiens avaient reçu Jésus comme Seigneur!  Pourquoi avaient-ils reçu Jésus comme Seigneur?  Paul nous donne la lumière quand il dit, "Nous ne nous prêchons pas nous-mêmes, c’est Jésus-Christ le Seigneur que nous prêchons” (2 Corinthiens 4:5).  

 

Paul a prouvé que le salut c’est dans le Seigneur Jésus.  Il dit, "Car Dieu ne nous a pas destinés à la colère, mais à l’acquisition du salut par notre Seigneur Jésus-Christ (1 Thés. 5:9).
Car le salaire du péché c’est la mort, mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur" (Rom. 6:23).  Pierre nous exhorte en disant: "Mais sanctifiez dans vos coeurs Christ le Seigneur" (1 Pi. 3:15). 

 

Une autre preuve convaincante est une combinaison de deux Ecritures. La première est  Actes 20:21 où Paul déclare aux anciens Éphésiens, “annonçant aux Juifs et aux  Grecs la repentance envers Dieu et la foi en notre Seigneur Jésus-Christ.”  Combinons ce verset aux versets familiers de Ephésiens 2:8-9: “Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi [dans notre Seigneur Jésus] —et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu—ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie.”

 

La première moitié de mon livre précédent, La Foi qui Sauve, est consacrée aux preuves qui font que Jésus doit être Seigneur de tous ceux qui seront sauvés. Peut-être que la meilleure façon de savoir l'opinion de Dieu sur la Seigneurie de Jésus est de noter combien de fois Jésus est mentionné Seigneur dans le Nouveau Testament. La table suivante montre beaucoup de titres de Jésus et le nombre de fois ils sont utilisés dans le Nouveau Testament:

 

618 fois comme Seigneur
543 fois comme Christ
84 fois  comme Fils de l’Homme
42 fois  comme Enseignant
37 fois  comme Fils de Dieu
35 fois  comme Roi
32 fois  comme Agneau
15 fois  comme Sauveur
15 fois  comme Prophète
11 fois  comme Maître  
7 fois    comme Souverain Sacrificateur

 

Cela fait le point, n'est-ce pas ? Il devient encore plus puissant quand nous apprenons que le titre "Christ" inclut le titre "Seigneur". Dans Romains 1:4, Paul a écrit, "et déclaré Fils avec puissance … par sa résurrection des morts, Jésus-Christ notre Seigneur." Paul dit que le Fils de Dieu est Jésus-Christ notre Seigneur. Il a mis ensemble les trois primautés de Jésus pour que nous nous rendions compte que Jésus est Fils de Dieu, Christ, et Seigneur.

 

Une autre Ecriture me captive particulièrement.  Dans Romains 14:9, Paul a expliqué: “Car Christ est mort et il a vécu, afin de DOMINER sur les morts et sur les vivants.”  Paul révèle que la raison et la récompense de Jésus pour sa mort et sa résurrection lui attribuent le droit d’être notre Seigneur.

 

Il y a encore plus de 600 Ecritures qui présentent Jésus comme Seigneur. Il se doit être le thème majeur du Nouveau Testament. Dieu insiste pour que Jésus soit Seigneur de tous ceux qui seront sauvés.  

 

Combien de seigneurs avons-nous?  Est-ce Dieu le Père notre Seigneur?  Dans 1 Corinthiens 8:5-6, Paul a expliqué: “Car s’il est des êtres qui sont appelés dieux, soit dans le ciel soit sur la terre (comme il existe réellement plusieurs "dieux" et plusieurs "seigneurs"), néanmoins pour nous il n’y a qu’un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses et pour qui nous sommes, et un Seigneur, Jésus-Christ, par qui sont toutes choses et par qui nous sommes.”

 

La grande majorité de l'église occidentale est dans la RÉBELLION contre le Seigneur Jésus-Christ. Ses responsables renient la Seigneurie de Jésus, et font promouvoir  la religion aux dépens du Christianisme. Quoiqu'ils utilisent parfois le titre Seigneur pour décrire Jésus, ils n'enseignent pas ce que ça signifie avoir Jésus comme son Seigneur. Ils n'enseignent pas combien est-il nécessaire d'obéir au Seigneur Jésus. Et c’est ça la base de la grande RÉBELLION contre Jésus comme Seigneur.

 

Si Jésus a enseigné qu’il doit être le Seigneur de tous ceux qui seraient sauvés, et que d'autres Ecritures le confirment, pourquoi les gens ne fléchissent pas genou à Jésus, ne le reçoivent pas comme Seigneur et n’enseignent-ils pas d’autres à faire de même ? Je pense que la réponse en est le refus et la réticence de se soumettre à l’autorité de Jésus. La question que nous devrions poser est, "que pense Jésus de ceux qui ne veulent pas l'accepter comme Seigneur?" Dans Luc 19:12-27, Jésus répond à cette question par une parabole composée de deux enseignements différents.  Nous examinerons seulement la partie de la parabole qui se réfère à lui. Dans cette parabole Jésus parle d'un homme de haute naissance qui est allée dans un pays lointain, pour se faire investir de l’autorité royale, et revenir ensuite. Mais ses concitoyens le haïssaient et envoyèrent une délégation après lui, pour dire, "Nous ne voulons pas que cet homme règne sur nous." Cependant, il fut investi, et fut de retour. La parabole se termine par les paroles de Jésus disant, “au reste, amenez ici mes ennemis, qui n’ont pas voulu que je régnasse sur eux, et tuez-les en ma présence.”  Ce sera une fin épouvantable pour ceux qui refusent de recevoir Jésus comme leur Seigneur!

 

La plupart des églises d’aujourd’hui cherchent  désespéramment à se construire des églises bourrées de milliers des gens.  Les pasteurs courent d’un leader à l’autre pour s’informer comment ils peuvent eux aussi fonder une  méga église. Ils méconnaissent les enseignements de Jésus qui disent que ce qui compte c'est la qualité et l'obéissance de la personne qui suit Jésus, ce n’est pas le nombre des gens qui prétendent le suivre. 

 

La plupart des personnes semblent ignorer les conditions imposées par Dieu pour quiconque cherche le salut. En fait, certains insistent malhonnêtement et faussement disant qu'il n'y a aucune condition. Nous le discuterons plus en détail dans les chapitres ultérieurs.

 

Pour un aperçu complet des Ecritures qui dévoilent la prééminence du Seigneur Jésus, visitez www.bereanpublishers.com | Livre: Saving Faith | Chaptre 2.  Jesus est Seigneur.

 

 

 

 

 

 


 

Chapitre 2

 

 

RÉBELLION CONTRE LES PAROLES DE JÉSUS

 

Je crois que nul ne peut expliquer plus clairement la RÉBELLION dans l'église, que la défaillance et le refus délibérés de l'église de faire ce que Jésus commande.

 

La rébellion n'est pas un concept difficile. On dit qu’un enfant est rebelle quand il refuse de faire ce que son parent, son enseignant, ou une autre autorité lui dit de faire. Les criminels se rebellent contre l'autorité; ils font ce qu'ils veulent, quand ils le veulent, peu importe le tort que ça cause à la société. Les rébellions surgissent contre des gouvernements. Les nouvelles de ce soir ont montré le chaos qui a eu lieu dans les rues de deux pays où les citoyens se rebellaient contre leurs gouvernements tyranniques.

 

Parfois la rébellion peut être subtile, quand une personne désobéit tranquillement aux ordres de la personne en position d'autorité. Parfois elle peut être plus manifeste, cassant et incitant les autres à se rebeller en désobéissant à la loi.

 

Les définitions de la rébellion sont:

 

·         Un acte ou une attitude de méfiance envers une autorité ou une convention établie.

·         Une opposition Organisée dans l'intention de changer ou de renverser l'autorité existante.

·         Désobéissance; révolte.

·         Un combat ou une lutte contre n'importe quelle sorte de contrôle.

 

Vous pourriez vous demander si ces actions sont possibles dans l'église. J’espère que comme nous continuons, vous serez convaincus que toutes ces actions sont vraies dans l'église occidentale au début de ce 21e siècle.  

Quelle est cette autorité que l'église se rebelle contre ? Aussi invraisemblable que ça sonne, l'église Chrétienne se rebelle contre sa tête - le Seigneur Jésus-Christ.  Qu’est-ce que l'Ecriture nous apprend de l'autorité de Jésus?

 

Paul a appris les Philippiens: C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse, dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père (Philippiens 2:9-11).

 

Paul a témoigné que Jésus est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création (Colossiens 1:15).  Paul a crédité la création au Seigneur Jésus: "Car en lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, visibles et invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui” (Colossiens 1:16). 

 

Paul nous parle de l’ordre d’autorité qui nous revient: "Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en lui.  Il est la tête du corps de l’Eglise; Il est le commencement, le premier-né d’entre les morts, afin d’être avant tout le premier” (Colossiens 1:17-18).

 

Paul a dit que Dieu l’a déployé en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes, au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir.  Il a tout mis sous ses pieds, et il l’a donné pour chef suprême à l’église …” (Ephésiens 1:20-22).

 

J'ai passé en revue ces versets pour rappeler ce que Jésus est dans son église - il est la tête et détient toute l'autorité, tout le pouvoir et tout le dominion. Est-ce claire ? Il n'y a aucune autorité dans les cieux ou sur la terre qui est au-dessus du Seigneur Jésus. Au début de la grande commission, dans Matthieu 28:18, Jésus a exactement dit que : " Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre."

 

Dieu lui-même a commandé que nous écoutions Jésus. Quand Jésus, Pierre et Jean sont montés à la montagne et Jésus a été transfiguré devant eux, la voix de Dieu a fait entendre de la nuée ces paroles, "celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection : Écoutez-le!" (Matthieu 17:5, Marc 9:7 et Luc 9:35) D’autres versions utilise les termes "prêtez-lui oreille" au lieu "d'écoutez-le." La Bible d’étude Les Zodiaques montre que la signification "de prêter oreille", est entendre intelligemment (souvent avec attention, obéissance, etc.) L’interprétation raisonnable de cette recommandation de Dieu est : "écoutez d'une oreille attentive et obéissez-lui!" C'est compatible avec d'autres Ecritures du Nouveau Testament.

 

Le Seigneur Jésus s'est-il attendu à ce que ses disciples lui soient obéissants ? Absolument! Il leur a demandé, "Pourquoi m'appelez-vous, 'Seigneur, Seigneur! ' Et ne faites-vous pas ce que je dis ?" (Luc 6:46). Même maintenant, beaucoup appellent Jésus Seigneur, mais refusent de lui obéir.

 

Il y a une autre raison extrêmement importante pour laquelle nous devrions croire et obéir au Seigneur Jésus. À maintes reprises, Jésus a souligné que tout ce qu’il a fait et a dit de son vivant sur la terre était ce que son Père lui a dit de faire et de dire. Dans Jean 12:49-50, Jésus a dit, "Car je n'ai point parlé de moi-même ; mais le Père qui m'a envoyé m'a prescrit lui-même ce que je dois dire et annoncer. Et je sais que son  commandement est la vie éternelle. C’est pourquoi les choses que je dis, je les dis comme le Père me les a dites. " Voyez aussi Jean 3:34, 8:28, 14:10, 14:24 et 14:31. Ce n’est pas étonnant que Dieu nous ait dit de l'écouter.

 

 

Parce que c'est Dieu qui a dit à Jésus quoi dire et comment le dire, nous pouvons maintenant comprendre ce que Jésus dit de ses paroles: "le Ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point" (Matthieu 24:35, Marc 13:31 et Luc 21:33). Jésus a aussi dit, "les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie" (Jean 6:63). Même le témoignage que Jésus a rendu de ses paroles était venu de son Père.

 

Jésus a donné des multiples exemples pour montrer l'importance de ses paroles : "Je vous montrerai à qui est semblable tout homme qui vient à moi, entend mes paroles, et les met en pratique. Il est semblable à un homme qui, bâtissant une maison, a creusé, creusé bien avant, et a posé le fondement sur le roc. Une inondation est venue, et le torrent s’est jeté contre cette maison, sans pouvoir l’ébranler, parce qu'elle était bien bâtie. Mais celui qui entend, et ne met pas en pratique, est semblable à un homme qui  a bâti une maison sur la terre, sans fondement. Le torrent s’est jeté contre elle : aussitôt elle est tombée, et la ruine de cette maison a été grande” (Luc 6:47-49.  Voyez aussi Matthieu 7:24-27).

 

Les Apôtres ont reconnu que les paroles de Jésus étaient uniques. Simon Pierre a dit, "Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle" (Jean 6:68).

 

Jésus a dit et a fait seulement ce que Dieu son Père lui a prescrit de dire et de faire ce qui signifie que tout ce que Jésus a dit et a fait était de la volonté de Dieu. Cela est devenu une question de salut quand Jésus a dit,  

 

“Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur! N’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux” (Matthieu 7:21).

 

La question de salut existe quand une condition est exigée pour être sauvé. Dans ce cas Jésus a limité ceux qui entreront dans le royaume des cieux à ceux qui font la volonté de son Père. Ainsi, faire la volonté du Père est une question de salut - une condition qui doit être satisfaite pour pouvoir entrer dans le royaume des cieux. L'Apôtre Jean l'a corroboré dans 1 Jean 2:17 : "Et le monde passe et ses convoitises aussi, mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement." Jean a conclu que seuls ceux qui font la volonté de Dieu iront au ciel; il nous assure que tous ceux qui font la volonté de Dieu ont la vie éternelle.

 

L’église fait-elle la volonté de Dieu en obéissant aux commandements de Jésus?  Malheureusement non!  Les responsables d’église disent, “Seigneur, Seigneur,” mais refusent de faire la volonté de Dieu – obéir à tout ce que Jésus a enseigné et a commandé. Nous ne pouvons pas entrer dans le royaume des cieux à moins que nous ne fassions la volonté de Dieu. C’est une condition ultime de salut.  Répéter : Nous ne pouvons pas être sauvés à moins que nous ne fassions la volonté de Dieu. C'est la volonté de Dieu que les croyants du Nouveau Testament obéissent aux enseignements et aux commandements de Jésus. C'est la volonté de Dieu que l'église fasse les disciples en leur "enseignant d'obéir à tout ce que Jésus leur a prescrit" (Matthieu 28:20).

 

Aujourd’hui, la grande majorité de l'église  agit comme si elle a honte des paroles de Jésus. Ces personnes semblent croire que les paroles de Jésus ne s'appliquent pas dans ce qu'ils appellent le nouveau paradigme dans lequel ils cherchent à atteindre, par leurs  nouvelles méthodes, les distancés de l’église. Pourtant, l'Ecriture dit que Jésus-Christ est le même hier, aujourd'hui et éternellement (Hébreux 13:8).  Jésus a dit, "Car quiconque aura honte de moi et de mes paroles au milieu de cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l'Homme aura aussi honte de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père, avec les anges saints" (Marc 8:38. Voir aussi Luc 9:26).   

Comme nous avons vu plus tôt, Jésus fait une mise en garde, "Celui qui me rejette et n'accepte pas mes paroles a son juge ; la parole que j'ai annoncée c’est elle qui le jugera au jour dernier" (Jean 12:48-50).

 

Avez-vous remarqué l'accent mis sur les paroles de Jésus ? Nous serons jugés, si nous n'acceptons pas les paroles de Jésus; la parole qu’il a prononcée jugera tous ceux  qui n'acceptent pas ses paroles. Les paroles de Jésus ne passeront point. Les paroles de Jésus sont esprit et vie. Quiconque entend les paroles de Jésus et les met en pratique est semblable à un homme qui a bâti sa maison sur le roc.

 

Passons en revue : le Seigneur Jésus a tout le pouvoir dans le ciel et sur la terre et il est la tête de son église. Toutes les paroles et les actions de Jésus de son vivant sur la terre étaient exactement ce que Dieu son Père lui avait prescrites. Toutes les paroles et les actions de Jésus étaient la volonté de Dieu. Seuls ceux qui font la volonté de Dieu entreront dans le royaume des cieux.

 

Qu’en est-il de l'Ancien Testament ? Beaucoup avancent qu’il y a, dans l'Ancien Testament, des règles, des ordonnances et des commandements auxquelles les disciples de Christ doivent obéir. Examinons ce à quoi les Chrétiens doivent obéir.

 

À quoi les Chrétiens doivent obéir?

 

Rappelons avant tout que dans le Nouveau Testament le terme "la loi" est presque toujours attribué à la loi d'Ancien Testament - celle donné à Moïse. C'était la seule "loi" religieuse connue aux Juifs de ce temps. À l’époque de Christ, les Juifs étaient sous la loi séculière des Romains qui régnaient sur eux.

 

Moïse a prophétisé sur la venue du Messie quand il a dit, "le Seigneur votre Dieu vous suscitera d’entre vous un prophète comme moi ; vous l’écouterez dans tout ce qu'il vous dira, et quiconque n'écoutera pas ce prophète sera exterminé du milieu du peuple" (Actes 3:22-23). Pierre, citant Moïse, a dit que Moïse parlait de Jésus.  Même Moïse, des siècles plus tôt, a commandé que les Juifs devront écouter Jésus quand il viendra. Rappelez-vous, s'il vous plaît, que "écouter" est apparenté à ouïr attentivement et dans l’obéissance absolue.

 

Deutéronome est une bonne source d'informations sur les commandements de Dieu donnés à Moïse - la loi juive. Nous apprenons à qui cette loi s’appliquait grâce aux paroles de Moïse adressées aux enfants d'Israël avant de leur donner la loi. Veuillez scruter son langage :

 

“Maintenant, Israël, écoute, les lois et les ordonnances que je vous enseigne.  Mettez-les en pratique, afin que vous viviez, et que vous  entriez en possession du pays que vous donne l’Éternel, le Dieu de vos pères.  Vous n’ajouterez rien à ce que je vous prescris, et vous n’en retrancherez rien ; mais vous observerez les commandements de l’éternel, votre Dieu, tel que je vous les prescris” (Deutéronome 4:1-2).

“Voici les commandements, les lois et les ordonnances que l’ Éternel, votre Dieu, a commandé de vous enseigner, afin que vous les mettiez en pratique dans le pays dont vous allez prendre en possession ; afin que tu craignes l’ Éternel ton Dieu, en observant tous les jours de ta vie, toi, ton fils, et le fils de ton fils, toutes ses lois et tous ses commandements que je te prescris, et afin que tes jours soient prolongés (Deutéronome 6:1-2).

 

À qui Moïse parlait-il ? Il parlait à Israël. À plusieurs reprises, il a utilisé le pronom personnel "vous" - Israël. Après il a ajouté leurs enfants, leurs petits-enfants et les générations futures d'Israël qui profiteraient de cette relation personnelle avec Dieu et qui jouiraient de ses bénédictions en observant sa loi.

 

Dieu a-t-il dit à Israël de convertir leurs voisins Païens et de leur apprendre la loi qu'il leur avait donnée? Non, Il a commandé à Israël de tuer les Païens qui peuplaient la terre de Canaan, et de ne laisser personne s’échapper de peur qu’ils ne contaminent pas Israël par leur idolâtrie. Voir Deutéronome 7:16.   

 

Les commandements étaient pour Israël de l’époque et toutes les générations futures.  God a recommandé:

 

“Et ces commandements, que je te donne aujourd’hui, seront dans ton coeur.  Tu les inculqueras à tes enfants.  Tu en parleras quand tu seras dans ta maison, quand tu iras en voyage, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras.  Tu les lieras comme un signe sur tes mains, et ils seront comme des fronteaux entre tes yeux. Tu les écriras sut les poteaux de ta maison et sur tes portes” (Deutéronome 6:4-8). 

 

Ces commandements étaient propres à Israël et sa progéniture.  Chaque génération était tenue d’enseigner ces commandements à ses enfants.  Dans ces commandements, Dieu leur a exposés les bénédictions et les malédictions:

 

“Vois, je mets aujourd’hui devant vous la bénédiction et la malédiction : – la bénédiction si vous obéissez aux commandements de l’éternel, votre Dieu, que je vous prescris en ce jour; la malédiction, si vous n’obéissez pas aux commandements de l’éternel, votre Dieu, et si vous vous détournez de la voie que je vous prescris en ce jour, pour aller après d’autres dieux que vous ne connaissez point” (Deutéronome 11:26-28). 

 

Dieu a prêté une attention spéciale aux étrangers vivant dans le pays. Dieu avait exigé à Israël d’aimes les étrangers parce que les israélites avaient eux-mêmes été étrangers en Egypte. Voir Deutéronome 10:19. Mais l'étranger n'avait aucune obligation quant aux lois que Dieu avait données à Israël. Quand Dieu a interdit aux enfants d'Israël de manger les bêtes mortes, il a dit, "tu la donneras à l’étranger qui seras dans tes portes, afin qu’il la mange, ou tu la vendras à un étranger ; car tu est un peuple saint pour l’éternel ton Dieu” (Deutéronome 14:21).

 

La Loi de Moïse était donnée à Israël; ils devaient obéir à la loi. Ils n’avaient aucune instruction de dire aux Païens d’obéir à la Loi (hormis ces Païens convertis en Judaïsme avant l'arrivée de Jésus). La loi était exclusivement destinée à la nation d'Israël.

 

La loi sur la circoncision était donnée à Abraham par Dieu comme la partie de son alliance avec Abraham et ses descendants, avant la dispensation de la loi en Israël. Regardons ce texte :

 

Dieu dit à Abraham : “Toi, tu garderas mon alliance, toi et tes descendants après toi, selon leurs générations.  C’est ici mon alliance, que vous garderez entre moi et vous, et ta postérité après toi: tout mâle parmi vous sera circoncis. Vous vous circoncirez, et ce sera un signe d’alliance entre moi et vous

... Un mâle incirconcis, qui n’aura pas été circoncis dans sa chair, sera exterminé du milieu de son peuple; il aura violé mon alliance” (Genèse 17:9-12, 14). 

 

Paul a enseigné les Galates: “Reconnaissez donc, que ce sont ceux qui ont la foi qui sont fils d’Abraham.  Aussi l’Écriture, prévoyant que Dieu justifierait les païens par la foi, a d’avance annoncé cette bonne nouvelle à Abraham: ‘Toutes les nations seront bénies en toi’” (Galates 3:7-8). 

 

Une lecture superficielle de ce passage pourrait pousser quelqu’un à croire que, jusqu’à ce jour, tout mâle descendant d'Abraham doit être circoncis. Paul a dit aux Galates que même les Païens qui croient sont considérés comme "les enfants d'Abraham". Il s’en suit donc que même les Païens croyants devraient être circoncis. Faux!

 

Paul a enseigné les Corinthiens, "Quelqu’un a-t-il été appelé étant circoncis, qu’il demeure circoncis ; quelqu’un a-t-il été appelé étant incirconcis, qu’il ne se fasse pas circoncire ? La circoncision n’est rien, et l’incirconcision n’est rien, mais l’observation des commandements de Dieu est tout" (1 Corinthiens 7:18-19).  Paul était dur quand il a réprimandé les Galates:

 

“Voici, moi, Paul, je vous dis que, si vous vous faites circoncire, Christ ne vous servira de rien . . . Car, en Jésus-Christ, ni la circoncision ni l’incirconcision n’a de valeur, mais la foi qui est agissante dans par la charité” (Galates 5:2, 6).

 

Paul a-t-il déraillé? Dieu a spécifiquement dit à Abraham que lui et tous ses descendants devaient être circoncis. Nous lisons trop superficiellement. La circoncision était un signe d’alliance entre Dieu et Abraham avec tous ses descendants. Ce n'est pas un signe d'alliance entre Dieu et ceux qui croiraient au Seigneur Jésus-Christ – ou enfants d'Abraham. Un descendant a un lignage – donc tout être vivant qui appartient à ce lignage. Les enfants ce sont ceux qui croient, comme Abraham a cru, en Dieu. 

 

Jésus a dit qu'il n'est pas venu pour abolir la Loi ou les Prophètes : "je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir" (Matthieu 5:17). Il a ajouté, "Car je vous le dis en vérité, tant que la terre et le ciel ne passeront point, il ne disparaîtra de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre jusqu'à ce que tout soit arrivé" (Matthieu 5:18). (“Arrivé” peut être lu “accompli.”)  Avez-vous remarqué l'avertissement de la fin de Matthieu 5:18 ? Jésus dit que rien ne disparaîtra de la loi jusqu’à ce que tout soit arrivé.

 

Il peut être discuté que toute la loi a été accomplie juste avant la mort de Jésus sur la croix quand il a prononcé ses derniers mots, "Tout est accompli!" (Jean 19:30). Le sacrifice animal n'a plus été nécessaire. Jésus a accompli son but rédempteur en tant que l'agneau sacrificiel de Dieu qui pour ôte le péché du monde. Cela semble avoir été la compréhension de Paul quand il a dit aux Romains, que "Christ est la fin de la loi ..." (Romains 10:4).  La note de bas de page de la Bible d'Étude, version NIV indique que le mot "la fin" (telos) peut signifier (1) "l’annulation", "la cessation", ou (2) "le but," "la culmination", ou "l'accomplissement" et suggère qu'il soit considéré dans son dernier sens, comme étant l'accomplissement de la loi.  La Bible Amplifiée dit:

 

“Car Christ est la fin de la loi – la limite de sa cessation, car la loi conduit vers Celui qui est l’accomplissement de toute chose, et c’est en Lui que la loi trouve son accomplissement – c’est-à-dire, le but de la loi est accompli en Lui – pour la justification (bonne relation avec Dieu) de tous ceux qui croient et adhèrent et dépendent en lui” (Romains 10:4, de la Bible Amplifiée).

 

La Loi de l’Ancien Testament a été accomplie et a pris sa fin en Christ.  Ce n’est pas elle qui dirige la vie des croyants du Nouveau Testament.  Paul a souligné, “. . . vous êtes, non sur la loi . . .” (Romains 6:14). 

 

Pour confirmer de nouveau que les croyants du Nouveau Testament ne sont pas sous la loi, Paul dit que Jésus a supprimé la loi par son sacrifice sur la croix:

 

Car il est notre paix, lui qui des deux n’en a fait qu’un, et qui a renversé le mur de séparation, l’inimité, ayant anéanti par sa chair la loi des ordonnances dans ses prescriptions, afin de créer en lui-même avec les deux un seul homme nouveau, en établissant la paix, et de les réconcilier, l’un et l’autre dans un seul corps, avec Dieu par la croix, en détruisant par elle l’inimité (Ephésiens 2:14-16).

 

Nous voyons maintenant la loi accomplie et supprimée, en même temps. Lorsque Jésus est venu accomplir la loi, il l'a accomplie et l'a ensuite supprimée pour que tous les croyants puissent être un avec lui et libérés du joug de la Loi de l'Ancien Testament.

 

Certains disent que seules les ordonnances ont été supprimées. L'Ecriture parle au contraire  "de la loi et ses ordonnances."

 

Les sabbathiens avancent souvent que les dix commandements n'étaient pas inclus. Ils appellent les Dix Commandements la loi morale (bien que le 4ème commandement n'ait aucun contexte moral). Considérez ce que l'Ecriture suivante décrit:

 

Il nous a aussi rendus capables d’être ministres d’une nouvelle alliance—non de la lettre, mais de l’esprit ; car la lettre tue, mais l’esprit vivifie.  Or si le ministère de la mort, gravé avec des lettres sur des pierres... (2 Corinthiens 3:6-7). 

 

Nous savons que les Dix Commandements donnés à Moïse étaient gravés sur les tablettes de pierre. Aucune autre loi n'a été gravée par Dieu sur la pierre. La susdite Ecriture doit faire référence aux Dix Commandements. Paul en parle comme étant la même Loi qui a été supprimée, mais il la présente cette fois-ci comme étant "le ministère de la mort." Les Dix Commandements font partie "de la Loi" à laquelle Paul se réfère à plusieurs reprises. Mais comme nous avons vu et verrons souvent, pour un disciple de Christ la Loi est partie - Jésus a supprimé la loi dans sa chair.

 

Paul a prononcé la même chose aux Colossiens: “Dieu … a effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l’a détruit, en le clouant à la croix” (Colossiens 2:14).  La loi de l'Ancien Testament, avec ses règlements, a été accomplie, a pris fin, a été supprimé et a été cloué sur la croix.

 

Dire que aucun Chrétien n'est sous la Loi de l'Ancien Testament ne signifie pas que l'Ancien Testament n'a aucune valeur aux  croyants du Nouveau Testament. Il y a pas mal de raisons qui font que l'Ancien Testament soit digne d'être étudié.

 

Tout d'abord, il y a littéralement des centaines de prophéties de Jésus Christ dans l'Ancien Testament. La raison ultime qui nous pousse à suivre Jésus est qu'il a accompli les prophéties de la Loi de l'Ancien Testament et des prophètes.

Une seule personne, dans l’histoire, a pu accomplir les prophéties sur le Messie Juif à venir.  Jésus les a toutes accomplies, exceptées celles à accomplir dans le futur.

 

Deuxièmement, l'Ancien Testament nous dit beaucoup de choses sur Dieu. Il récite ses attributs, son pouvoir, son autorité et nous parle de ses noms. Nous y apprenons combien son pouvoir est si stupéfiant, sa création de l'univers, sa préoccupation pour les détails de sa création et comment il honore ceux qui révèrent son nom, ceux qui ont confiance en lui, ceux qui l’adorent, qui l’aiment et lui obéissent.  Puisque Dieu ne change point, ces vérités sont aussi applicables à nous que lorsqu’elles furent écrites.  Voir Hébreux 13:8. 

 

Troisièmement, l'Ancien Testament nous montre comment Dieu traite son peuple, comment il les punit et les reprend quand ils l'abandonnent pour suivre d'autres dieux, comment il bénit, protége et se bat pour eux quand ils restent fidèles à lui et lui font confiance comme leur Dieu.  Dans l’épître aux hébreux, l'auteur fait allusion à l'Ancien Testament quand il décrit l'incrédulité et la désobéissance des enfants d'Israël après avoir quitté Egypte; Dieu les a empêchés d'entrer dans son repos – Canaan, la terre promise. L'auteur dit en guise d’exhortation, “Efforçons-nous donc d’entrer dans ce repos, afin que personne ne tombe en donnant le même modèle désobéissance” (Hébreux 4:11).  Pierre explique pourquoi on nous a raconté l'histoire de Sodome et de Gomorrhe, de l’Ancien Testament : "s’il a condamné à la destruction et réduit en cendres les villes de Sodome et de Gomorrhe, les donnant comme exemple aux impies à venir" (2 Pierre 2:6).

 

Quatrièmement, l'Ancien Testament nous donne des témoignages personnels des hommes qui ont existé pour nous encourager dans notre marche avec le Seigneur.  Nous avons entre autre Enoch qui avait une relation intime avec Dieu. Il fut un jour enlevé pour rester avec le Seigneur; il n'a pas goûté la mort. Nous avons un modèle de persévérance à travers Noah qui a pris 120 ans pour construire l'arche comme ordonnée par Dieu. Quoique qu’il ait probablement été ridiculisé par la mauvaise génération dans laquelle il vivait, il a persévéré et a sauvé sa famille du déluge. Joseph est resté fidèle à Dieu et est devenu le deuxième en l'autorité dans le pays d’Egypte; Dieu l'a utilisé pour sauver sa famille et l'Egypte toute entière de la famine. Daniel a révéré et a obéi à Dieu toute sa vie; il a été livré dans la fosse des lions sans y être tué et a puissamment été utilisé par Dieu durant des règnes  successifs. Shadrac, Meshac et Abednego nous montrent comment rester dans le camp de Dieu au milieu de la plus haute autorité pécheresse de la terre. Dieu a démontré son pouvoir en délivrant ces fidèles de la fournaise ardente.  Bien d’autres témoignages des hommes et des femmes fidèles et infidèles nous enseignent comment rester obéissant aux enseignements et commandements de notre Seigneur Jésus.

 

Bien qu'il y ait beaucoup à apprendre de l'Ancien Testament, ses commandements, règlements et ordonnances ne doivent pas être obéis. Paul a dénoncé les Galates qui avaient été incités par les précurseurs du Judaïsme à obéir à aux coutumes juives, à leurs règlements, dont la circoncision faisait partie. Ces annonciateurs du Judaïsme étaient les Juifs qui revendiquaient être des Chrétiens mais qui exigeaient aux chrétiens issus des païens d’observer la loi juive.  Est-ce que c'était juste une petite divergence dans la doctrine? Juste une différence d'opinion, bonne, ou mauvaise ? No.

 

Paul pourrait à peine l'avoir condamné plus fortement. Il l'a appelé "un autre évangile – non pas qu’il y ait un autre évangile" (Galates 1:6-7). Il a condamné ceux qui ont annoncé ce faux évangile, "si quelqu'un vous annonce un autre évangile que celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème!" (Galates 1:9).

 

Jésus Christ a apporté une nouvelle alliance; l’ancienne alliance a été supprimée.  “… Christ est le médiateur d’une nouvelle alliance,… afin que ceux qui ont été appelés reçoivent l’héritage éternel qui leur a été promis” (Hébreux 9:15).  La circoncision, le signe de l’ancienne alliance, n'est plus applicable; il n'est pas le signe de la nouvelle alliance. Pire, Paul a déclaré que retourner dans l’observation de la loi en exigeant la circoncision signifiait renoncer à leur relation avec Jésus-Christ - Christ serait nul. Ils démontraient par leur croyance que Jésus, ses paroles et son sacrifice n'étaient pas suffisants – qu’il fallait exiger encore plus.

 

Longtemps avant la venue de Christ, Dieu a poussé Jérémie à prophétiser, “Voici les jours viennent, dit le Seigneur, où je ferais avec la maison d’Israël et la maison de Juda une nouvelle allianceNon comme l’alliance que je traitai avec leur pères le jour où je le saisis par la main pour les faire sortir du pays d’Egypte, car ils n’ont persévéré dans mon alliance, et moi aussi je ne me suis pas soucié d’eux, dit le Seigneur” (Hébreux 8:8-9, citation de Jérémie 31:31-32).

 

Lors de la dernière observance de la Pâque juive, avec ses disciples, Jésus a pris la coupe (la coupe d’expiation après le souper), en disant, “Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est rependu pour vous” (Luc 22:20).  Le signe de la nouvelle alliance n’est pas la circoncision, comme il était le cas dans la Loi de l’Ancien Testament, mais c’est ce que les chrétiens appellent le Repas du Seigneur –  où ils prennent part au pain et au vin (ou les substituts du vin) pour commémorer le corps et le sang de Christ rependu pour la rémission des péchés, une fois pour toutes (Hébreux 9:26, 28; 10:10, 1 Pierre 3:18).

 

Non seulement y avait-il le changement d'alliance, il y avait aussi le changement de sacerdoce. Dieu a déclaré de Jésus : "Tu es sacrificateur pour toujours selon l'ordre de Melchisédek" (Hébreux 7:17, citant le Psaume 110 :4). Commençant avec la vieille loi pour finir par le sacerdoce de Jésus, l'auteur continue:

 

Il y a ainsi abolition d’une ordonnance antérieure, à cause de son impuissance et de son inutilité – car la loi n’a rien amené à la perfection – et introduction d’une meilleure espérance, par laquelle nous nous approchons de Dieu.  Et comme cela n’a pas eu lieu sans serment, - car tandis que les Lévites sont devenus sacrificateurs sans serment, Jésus l’est devenu avec serment par celui qui lui a dit: “Le Seigneur a juré, et il ne se repentira pas : ‘Tu es sacrificateur pour toujours selon l’ordre de Melchisédek.’”  Jésus est par la même le garant d’une alliance plus excellente. (Hébreux 7:18-22).

 

À travers Jésus Dieu a rendu toute chose nouvelle.  Jésus – le nouveau souverain sacrificateur selon l’ordre de Melchisédek – garantit une nouvelle alliance.  Elle n’est pas seulement nouvelle, elle est supérieure:

 

Maintenant il a obtenu un ministère (sacerdoce) d’autant supérieur qu’il est le médiateur d’une alliance plus excellente, qui a été établie sur de meilleures promesses (Hébreux 8:6).

 

Si Dieu a changé l’alliance et le sacerdoce, a-t-il changé autre chose?

 

Oui, Dieu a changé la loi! Nous lisons dans Hébreux 7:12: “Car, le sacerdoce étant changé, nécessairement aussi il y a un changement de la loi.”

 

Et il y a une nouvelle loi. Paul a intitulé dans Galates 6:2 la nouvelle loi “la loi de Christ.”  C’est ce corps de commandements et enseignements que Jésus a ordonné d’enseigner à chaque nouveau disciple, “… enseignez-leur tout ce que je vous ai prescrit” (Matthieu 28:20). 

 

Paul a égalisé la loi de Dieu à la loi de Christ:

 

Avec ceux qui sont sans la loi (quoique je ne sois point sans la loi de Dieu, étant sous la loi de Christ), afin de gagner ceux qui sont sans la loi (1 Corinthiens 9:21).

 

Paul a instruit les Galates de: “Portez les fardeaux les uns les autres, et vous accomplirez ainsi la loi de Christ” (Galates 6:2).  Paul a dit, “Que la parole de Christ habite parmi vous abondamment ; instruisez-vous et exhortez-vous les uns les autres en toute sagesse, par des psaumes, des hymnes, par des cantiques spirituels, chantant à Dieu dans vos coeurs” (Colossiens 3:16).  Dans le Nouveau Testament, un accent particulier est continuellement mis sur ce que Jésus a prescrit, et ce que Jésus a dit!

 

Jésus n'a pas simplement suggéré que les croyants doivent lui obéir. Il a déclaré comme un fait selon quoi les vrais croyants - ceux qui l’aiment – lui obéiront. Il a dit, "si vous m'aimez, gardez mes commandements" (Jean 14:15). De nouveau, l'accent est mis sur l'obéissance à ce que Jésus a prescrit. C’est un parallèle à 1 Jean 5:3 : car l'amour de Dieu consiste à obéir à ses commandements.

 

Pierre a ajouté que les croyants ont été choisis pour obéir. Il a salué ses lecteurs en les appelant les élus de Dieu, "élus selon la prescience de Dieu le Père, par la sanctification de l'Esprit, afin qu’ils deviennent obéissants, et qu’ils participent  à l’aspiration du sang de Jésus-Christ" (1 Pierre 1:2). Pierre, l'apôtre aux Juifs, n'a pas dit que les croyants devaient obéir à la Loi de Moïse. Non, ils ont été élus "pour qu’ils deviennent obéissants à Jésus-Christ."

 

Jésus nous a dit la source de son pouvoir. "Car celui que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu" (Jean 3:34). Il a dit, "Je ne puis rien faire de moi même; selon que j’entends, je juge ; et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé" (Jean 5:30).  

 

Parlant de Dieu son but, Jésus a dit : “Car je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé” (Jean 6:38).  Dans Jean 8:54-55, Jesus a dit : “C’est mon Père qui me glorifie, lui que vous dites être votre Dieu, et que vous ne connaissez pas. Pour moi, je le connais ; et si je disais que je ne le connais pas, je serais semblable à vous, un menteur. Mais je le connais et je garde sa parole.”

 

Jésus a révélé la source de son enseignement et comment confirmer cette vérité: “Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous connaîtrez ce que je suis, et que je ne fais rien de moi-même, mais que je parle selon ce que le Père m’a enseigné” (Jean 8:28) ... “Celui qui m’a envoyé est avec moi, il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable” (Jean 8:29).

 

Jésus a spécifiquement déclaré que tout ce qu’il a enseigné et a prescrit venait de Dieu: 

 

“Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous connaîtrez ce que je suis, et que je ne fais rien de moi-même, mais que je parle selon ce que le Père m’a enseigné” (Jean 8:28) “Car je n’ai point parlé de moi-même, mais le Père qui m’a envoyé m’a prescrit lui-même ce que je dois dire et annoncer. . . . Je les dis comme le Père me les a dites” (Jean 12:49-50).  

“Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi, croyez du moins à cause de ces œuvres. Les paroles que je vous dit, je ne les dis pas de moi-même, et le Père qui demeure en moi, c’est lui qui fait les oeuvres” (Jean 14:10). 

“Et la parole que vous entendez n’est pas de moi; mais du Père qui m’a envoyé” (Jean 14:24).    

“Mais afin que le monde sache que j’aime le Père, et que j’agis selon l’ordre que me Père m’a donné” (Jean 14:31). 

 

Parce que Dieu a instruit Jésus quoi dire et quoi faire, et parce que Jésus a obéi parfaitement, tout ce que Jésus a dit et a fait était de la volonté de Dieu. Chaque enseignement, chaque commandement, chaque miracle, ont tous été faits par Jésus parce que Dieu le Père l'a chargé de le faire et il a fait exactement comme il lui a prescrit. Tout ce que Jésus a fait et a dit était de la volonté de Dieu.

 

Jésus a dit à ses disciples que seuls ceux qui font la volonté du Père entreront dans le royaume des cieux.  Il pouvait dire, “seuls ceux qui obéissent à les enseignements et mes commandements entreront dans le royaume des cieux.  C’est le commandement de Jésus et la volonté de Dieu que nous fassions les disciples, “enseignez-leur à obéir tout ce que je vous ai prescrit” (Matthieu 28:20).

 

Comment y entrerez-vous, pasteurs et enseignants de la Bible, si vous continuer à refuser de faire ce que Jésus a prescrit?   Comment y entrerez-vous anciens, puisque vous êtes supposés être responsable spirituel de votre église?

 


 

Chapitre 3

 

 

LA GRANDE RÉBELLION EXPOSÉE

 

Jésus a enseigné que seuls ceux qui font la volonté de Dieu entreront dans le royaume des cieux. Le salut n’est possible que quand on fait la volonté de Dieu. La première question qui pourrait pénétrer l'esprit est, "que ce qu'est la volonté de Dieu ?"

 

Nous savons la réponse à cette question, la volonté de Dieu c’est chaque parole et chaque action de Jésus - ses enseignements et ses commandements. La grande RÉBELLION dans l'église est la défaillance et le refus, de la part des leaders d'églises, des pasteurs et des enseignants, d’obéir aux commandements de Jésus que nous trouvons dans la grande commission de Mathieu 28:19-20 :

 

“Allez faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit.”

 

C'est le commandement de Jésus et la volonté de Dieu que l'église fasse les disciples en enseignant les nouveaux convertis d’obéir à tout ce que Jésus a prescrit. Est-ce que les pasteurs et les enseignants le font dans leurs églises ? Non, à ce que je sache. À plusieurs reprises, j'ai demandé aux pasteurs : "que faites-vous pour apprendre vos troupeaux à obéir aux enseignements et aux commandements de Jésus ?" Bien souvent, le pasteur se tient là  comme un cerf pris dans les phares. La plupart des pasteurs ne font rien! Pourtant Jésus a déclaré que seuls ceux qui font la volonté de Dieu entreront dans le royaume des cieux et nous savons que les enseignements et les commandements de Jésus sont la volonté de Dieu. L’ordre d’enseigner aux nouveaux convertis à obéir aux enseignements et aux commandements de Jésus constitue la volonté de Dieu. Et les pasteurs et les enseignants qui prétendent dans leur sagesse humaine qu'ils connaissent mieux que le Seigneur Jésus, qui enseignent et prêchent ce qu'ils veulent sans tenir compte de ce que la tête de l’église a prescrit? Ne sont-ils pas des mauvais et infidèles serviteurs?

 

Puisqu’il y a 2000 ans depuis que Christ a donné à son église ce commandement, on s'attendrait à ce que, en obéissance à son ordre : "enseignez-leur à obéir à tout ce que je vous ai prescrit," il y aurait des milliers et des milliers d'études biblique écrites spécifiquement sur les enseignements et les commandements de Jésus. Mais ce n’est pas le cas.  Une recherche Internet sur les enseignements et les commandements de Jésus a montré que mon étude biblique www.bereanpublishers.com |Bible Studies | Teachings and Commands of Jesus- vient  en premier sur la page d’entrée. Il y avait beaucoup d'autres entrées qui mentionnaient des paroles ou des expressions, mais je n'ai trouvé aucune autre étude biblique complète sur ce sujet. Je me dois d'ajouter que je n'ai pas vérifié toutes les 1.5 millions entrées de réponses à cette recherche Internet.

 

Notez que le Seigneur Jésus a ordonné que ses disciples fassent les disciples. Il ne nous a pas dit d’aller partout dans le monde pour convertir les gens. Pourtant, cela semble être le but principal de beaucoup de responsables d'églises aujourd'hui. Beaucoup d'églises accotent le fait d’inciter les gens à prendre "une décision pour Christ," quoique cela ce ne soit pas ce que Jésus a prescrit. La rébellion continue.   

 

Wikipédia définit "un disciple" du Christianisme comme suit:

 

Un disciple suit et apprend de son mentor, de son enseignant, ou de tout autre figure de sagesse: Disciple (Christianisme) Il peut se référer au disciple de Jésus-Christ.

 

Pourquoi est-il si important que nous fassions des disciples (ou des étudiants) ? Jésus a enseigné, "il suffit au disciple d’être traité comme son maître, et au  serviteur comme son seigneur" (Matthieu 10:25). Dans Luc 6:40, Jésus a dit, "le disciple n’est pas plus que le maître ; mais tout disciple accompli sera comme son maître."  

 

Qui est ce maître auquel Jésus se réfère-t-il ? Dans Matthieu 23:10, Jésus nous a dit : "Ne vous faites pas appeler directeurs ; car un seul parmi vous est directeur, le Christ." Jésus a dit que tout disciple accompli sera comme son maître - comme Jésus. Est-ce si important ? L'Apôtre Jean a pensé que oui. Dans 1 Jean 2:6, Jean a dit, "Celui qui dit qu’il demeure en lui, doit marcher aussi comme il a marché." Dans Romains 8:29, Paul a aussi fait de cela une question de salut quand il a dit, "Car ceux qu’il a connu d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblable à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères." Oui, Dieu a prédestiné une condition pour ceux qu’il a connu d’avance qu’ils seraient sauvés: Ils doivent être semblables à l’image de son Fils!

                            

Comment peut-on former les gens et les amener à ressembler à Jésus ? Jésus nous dit comment le faire – nous devons leur apprendre à obéir à ses enseignements et commandements. Jésus obéissait parfaitement aux commandements qu'il nous a donnés. On ressemble à Jésus au fur et à mesure que l’on apprend et obéit à ses commandements – c’est ce que nous devons faire si nous voulons être semblable à l’image de Jésus, marcher comme lui et faire ce qu’il a fait. C’est en obéissant aux enseignements de Jésus et à ses commandements qu’on fait la volonté de Dieu – c’est ce que nous devons faire si nous voulons entrer dans le royaume des cieux.

 

Ceux sont là des questions critiques sur le salut. Dieu a prévu une condition pour ceux qui seraient sauvés : ils doivent être semblables à l’image de son Fils, le Seigneur Jésus. Quelle est la caractéristique principale de Jésus ? Il était totalement obéissant à son Père, disant et faisant seulement ce que son Père lui prescrivait de dire et de faire. De même, nous pouvons ressembler à Jésus et faire la volonté de Dieu – pour pouvoir entrer dans le royaume des cieux – si nous apprenons et obéissons  aux enseignements et commandements de Jésus. 

 

Considérant seulement ces deux questions de salut, des milliers indicibles ne verront pas le ciel parce que leurs pasteurs et leurs enseignants se sont rebellés contre le Seigneur Jésus, en refusant d'enseigner aux gens à obéir à tout ce que Jésus leur a prescrit. En conséquence, parce que l'on n'a pas appris à ces milliers à obéir aux enseignements et aux commandements de Jésus, ils ne parviendront point à faire la volonté de Dieu et n’entreront pas dans le royaume des cieux. 

 

Posez-vous quelques questions. Comme Paul a exhorté, “Examinez-vous vous-mêmes, pour savoir si vous êtes dans la foi; éprouvez-vous vous-mêmes” (2 Corinthiens 13:5).  Votre église enseigne-t-elle aux nouveaux convertis d’obéir à tout ce que Jésus a prescrit? Avez-vous personnellement appris à obéir aux enseignements et aux commandements de Jésus ? Avez-vous personnellement étudié les enseignements et les commandements de Jésus et vous êtes-vous engagés à leur obéir ? Êtes-vous semblables à l’image de Jésus ? Faites-vous la volonté de Dieu en obéissant aux enseignements et aux commandements de Jésus ?

 

Quelle honte que si peu auront trouvé la voie de salut par leurs pasteurs, enseignants et responsables d’églises. Par contre, ceux qui ont personnellement et diligemment cherché la vérité de la parole de Dieu et qui ont décidé d’obéir au Seigneur Jésus seront ceux qui font la volonté de Dieu et entreront dans le royaume des cieux.

 

Les enseignements et les commandements de Jésus nous montrent comment vivre dans un royaume différent - un royaume où le Seigneur Jésus Christ est Roi. Une fois que nous devenons les vrais disciples de Jésus et nous engageons à lui obéir, nous devenons des nouvelles créatures dans le royaume du Seigneur (Jean 14:15-17; voir aussi Actes 5:32) et Dieu devient notre Père (Jean 1:12-13; voir aussi Matthieu 23:9). À ce point nous devenons des vrais étrangers dans ce monde.  Dar et moi connaissons bien ce concept.  Quand nous nous sommes déplacés pour la Nouvelle-Zélande, nous étions des étrangers dans ce pays. C’est lorsque nous sommes devenus citoyens de la Nouvelle-Zélande que notre statut d’étrangers a pris son terme.   De même, à moins que les gens n’aient la foi qui sauve en Jésus Christ, ils resteront citoyens de ce monde. C’est lorsqu’ils obtiennent la foi qui sauve en notre Seigneur Jésus, qu’ils deviennent citoyens de son royaume et étrangers dans ce monde. Pierre a expliqué ce concept dans 1 Pierre 2:11 :“Bien-aimés, je vous exhorte comme étrangers et voyageurs sur la terre, à vous abstenir des convoitises charnelles qui font la guerre à l’âme.”  Hébreux 11 récite les gens qui ont vécu par la foi.  Dans Hébreux 11:13 il est écrit : “C’est dans la foi qu’ils sont tous morts … reconnaissant qu’ils étaient étrangers et voyageurs sur la terre.”

 

Beaucoup de personnes disent que Dieu veut qu'ils aiment et se jouissent de cette terre  dans laquelle nous vivons. Est-ce la parole de Dieu ? Jacques nous dit, "adultères que vous êtes! Ne savez-vous pas que l’amour du monde est inimité contre Dieu ? Celui qui  veut donc être ami du monde se rend ennemi de Dieu" (Jacques 4:4).   L’apôtre Jean ajoute, “N’aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est en lui” (1 Jean 2:15). 

 

Ensuite Jean explique pourquoi nous ne devrions pas aimer le monde : "Car tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l’orgueil de la vie, ne vient point du Père, mais vient du monde. Et le monde passe, et sa convoitise aussi ; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement" (1 Jean 2:16-17).

 

Si vous êtes pasteur ou enseignant, que prêchez-vous et enseignez-vous à votre église ? Comment prenez-vous sérieusement le salut de ceux qui sont confiés à vos soins ? Est-ce cette pensée de C. H. Spurgeon d’il y a 100 ans s'applique à vous ?

 

"... Vous pouvez entrer dans une chapelle Catholique de nos jours et entendre un sermon d'un prêtre aussi bon que celui que vous entendez dans souvent d'un pasteur Protestant,  parce qu'il ne touche pas les points de disputes, ou touche seulement les parties angulaires de notre religion Protestante. Remarquez, aussi, que dans la grande majorité de nos livres combien mauvais est la doctrine qui y est développée! Leurs auteurs semblent s'imaginer que la vérité n’a pas plus de valeur que la fausseté; quant aux doctrines que nous prêchons, personne n’y prend garde; nous appuyons qu’une personne qui est dans la vérité ne peut avoir tort.'

"... Oh! Si nous avions certains des anciens prédicateurs écossais! Ces prédicateurs écossais ont fait trembler des rois; ils n'étaient pas serviteur des hommes; ils étaient des vrais seigneurs, partout où ils sont allés, chacun d'entre eux disait," Dieu m'a donné un message; mon sourcil est inflexible devant les hommes; je parlerai ce que Dieu me prescrit. " Comme Michée, ils ont dit," Comme le Seigneur mon Dieu vit, je dirai tout ce que mon Dieu me dira. "

 

Les responsables d'églises courent vers l'Église de Bill Hybel : Willow Creek Church ou l'Église de Rick Warren : Saddleback Community Church pour apprendre les ultimes techniques pour commencer une méga église, tout en oubliant la volonté de Dieu à propos de leur responsabilité dans l’édification de l’église. 

 

Nous n'avons pas besoin de nous disputer à propos de ceux qui se rebellent contre leur Maître dans la Chrétienté en rejetant "enseignez-leur tout ce que je vous ai prescrit."  Si vous êtes pasteur, enseignant, ou responsable d’église, répondez à cette question : faites-vous les disciples en leur enseignant à obéir à tout ce que Jésus a prescrit? Si non, pourquoi pas?  

 

Vous pouvez penser que je suis dur envers les pasteurs, les enseignants et les responsables d'églises. C’est faux. Je récite seulement ce que le Seigneur Jésus a enseigné et a prescrit. Ne savez-vous pas ces choses ? Si vous dites, "je les sais!" Alors pourquoi ne les faites-vous pas ? Ne vous rappelez-vous pas Jésus demander, ““Pourquoi m’appelez-vous, ‘Seigneur, Seigneur,’ mais ne faites-vous pas ce que je dis?” (Luc 6:46). 

 

Jésus a dit une parabole du sage et fidèle serviteur et le mauvais serviteur. Notez que tous les deux étaient serviteurs du maître:

 

“Quel est donc le serviteur fidèle et prudent, que son maître a établi sur ses gens, pour leur donner la nourriture au temps convenable? Heureux ce serviteur, que son maître, à son arrivée, trouvera faisant ainsi.  Je vous le dis en vérité, il l’établira sur tous ses biens. Mais, si c’est un méchant serviteur, qui dise en lui-même : ‘Mon maître tarde à venir,’ s’il se met à battre ses compagnons, s’il mange et boit avec les ivrognes, le maître de ce serviteur viendra le jour où il ne s’y attend pas et à l’heure qu’il ne connaît pas, il le mettra en pièces, et lui donnera sa part avec les hypocrites : c’est là qu’il y aura des pleurs et des grincements de dents” (Matthieu 24:45-51).

 

Dans cette parabole, le mauvais serviteur est responsable des autres serviteurs, tout comme le sage et fidèle serviteur. Le serviteur fidèle continue à donner la nourriture à d’autres serviteurs au temps convenable. Le maître le récompense.

 

Mais le mauvais serviteur s'est lassé de servir comme son maître le lui avait prescrit. Au lieu de cela, il a commencé à battre ses compagnons, à manger et à boire avec les ivrognes.

Jésus dit que lorsque le maître retourne, il coupera ce serviteur en pièces et lui donnera sa part avec les hypocrites, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. La punition récitée ici est plus sévère que celle trouvée dans d’autres enseignements ou  paraboles de Jésus. Il ajoute : "il le mettra en pièces."

 

Le mauvais serviteur représente-il les pasteurs infidèles, enseignants et responsables d'églises en rébellion contre le Seigneur Jésus et sa parole?  Le serviteur sage représente-t-il les pasteurs, enseignants et responsables d’églises qui donnent fidèlement la nourriture à d’autres serviteurs - les paroles, les enseignements et les commandements de leur Seigneur Jésus ?

 

Pasteur, responsable d'église, ou ancien, cette section ne peut pas être aussi significative à vous qu’elle devrait l’être parce que vous pouvez avoir été endoctrinés par la religiosité au point que vous ne compreniez pas la gravité éternelle de votre rébellion. Les fausses doctrines se sont brusquement propagées à cause de ceux qui ignorent les enseignements et les commandements de Jésus et qui réclament que les chrétiens ne doivent se soumettre à aucune loi.  Les pasteurs, les enseignants, et les responsables d’églises seront-ils condamnés pour leur rébellion? C’est ce que nous allons voir.

 

 

 


 

Chapitre 4

 

 

LES RESPONSABLES D'ÉGLISE SERONT-ILS CONDAMNÉS ?

 

Les pasteurs, les enseignants et les anciens d’église occupent une tâche difficile. Plusieurs ont été élevés dans une culture Chrétienne qui n'enseigne pas la nécessité d’obéir à Jésus comme leur Seigneur. Les séminaires fréquentés par ceux qui exercent le pastorat n'ont possiblement pas enseigné la Seigneurie de Jésus et ce que signifie – être un fidèle serviteur qui obéit aux commandements et aux enseignements de Jésus.  Certains pasteurs n’ont jamais appris que tous ceux qui ne sont pas obéissants sont qualifiés de serviteurs infidèles.   

 

Quoique ça soit difficile à avaler, à cause des mots que j'utilise, j'éprouve un amour particulier envers les pasteurs. Plusieurs ont été mes amis même lorsque nous n'étions pas d'accords sur certains points doctrinaux. Quelques pasteurs sont désespérément surchargés qu’ils n’ont pas assez de temps pour la prière et la méditation de la parole que les laïques de leurs églises.

 

Malheureusement, cette excuse ne tient pas. Les pasteurs sont d'habitude des gens instruits ayant faits des séminaires où l'Ecriture est étudiée dans ses langues d’origine. Loin de servir d'excuse, ce privilège fait qu’ils soient inexcusables parce qu’ils ont la capacité de connaître la vérité, à cause de leur haute formation, qu’ils ignorent ou évitent pour des raisons personnelles ou professionnelles. Sans surprise, plusieurs se disputent hautement et fortement sur la Seigneurie de Jésus. C’est Satan qui déteste la Seigneurie de Jésus. C’est tragique qu’il y ait certains responsables d'églises qui capitulent à de telles gens au lieu de se lever pour leur Maître et Seigneur.

 

À partir d’une seule Ecriture, vous pouvez dire sans vous trompez le destin éternel de beaucoup de responsables d'églises. Comprenons avant tout que l'on jugera plus strictement les pasteurs et les enseignants (Jacques 3:1). Il convient à ceux qui écoutent leurs pasteurs prêcher et enseigner de croire leurs enseignements sur la parole de Dieu. De surcroît, beaucoup de pasteurs exhibent leur connaissance du grec et de l'hébreu en prétendant vouloir donner une plus claire et profonde explication de l'Ecriture.

 

J'ai pu noté dans les quinze dernières années, l’usage régulier du titre Seigneur, appliqué à Jésus, mais je n'ai vu aucun progrès dans l'explication de ce que cela signifie dans la vie du croyant, ni aucun ardeur dans le fait de recevoir Jésus comme Seigneur pour gagner le salut.

 

Jésus a dit que si nous ne croyons pas qui il est, nous mourrons dans nos péchés (Jean 8:24).  Qui est Jésus?  Il a dit : “Vous m’appelez ‘Maître’ et ‘Seigneur,’ vous faites bien, car je le suis” (Jean 13:13). 

 

Quand le titre “Seigneur” est appliqué à Jésus, il signifie qu’il est le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs (Apocalypse 19:16), qu’il a tout le pouvoir sur la terre et dans le ciel (Matthieu 28:18). L’unique attitude envers le Seigneur Jésus est de lui obéir. Ça serait contradictoire d’appeler Jésus votre Seigneur sans vouloir lui obéir. Le Seigneur Jésus espère et exige l'obéissance de la part de ses disciples et plus particulièrement de ceux qui prétendent prêcher et enseigner en son nom.

 

Jésus s'est-il attendu à l'obéissance de ses disciples? En effet, oui! Dans Luc 6:46, Jésus a demandé, "Pourquoi m'appelez-vous, ' Seigneur, Seigneur, ' et ne faites-vous  pas ce que je dis ?" Même quand Jésus était parmi eux, certains préféraient l’appeler Seigneur plutôt que le recevoir comme Seigneur de leurs vies.  

 

Est-ce qu'obéir à Jésus entant que votre Seigneur est une question de salut ? Bien sûr que oui!

Nous devons regarder de nouveau Matthieu 7:21 où Jésus dit, "Ceux qui me disent :' Seigneur, Seigneur!' n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux." Certains pasteurs ont beau dire, "Seigneur, Seigneur!" mais ils n'entreront pas dans les cieux à moins qu'ils ne fassent la volonté du Père de Jésus qui est dans les cieux.

 

 

Quelle est la volonté de Dieu pour les croyants du Nouveau Testament ? Jésus dit que tout ce qu’il a fait et a dit sur la terre était conforme à ce que son Père lui disait de faire et de dire (Jean 8:28, 12:49-50, 14:10, 14:24, 14:31). Ainsi, tout ce que Jésus a dit et a fait constitue la volonté de Dieu. Est-il étonnent qu’il soit la source de salut pour tous ceux qui lui obéissent ? (Voir Hébreux 5:9.) 

 

Je veux de nouveau attirer votre attention vers un commandement du Seigneur Jésus qui semble avoir été remplacé par la religion. C'est le commandement que Jésus a donné à ses disciples qui bâtit l’église. Dans Matthieu 28:19-20, Jésus dit : "Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit."

 

Jésus nous a donné des centaines d'enseignements et des commandements - il y a 382 discussions séparées dans mon étude biblique sur les enseignements et les commandements de Jésus. Chacun d’eux a été poussé vers Jésus par son Père. Chaque enseignement et commandement sont la volonté de Dieu. D'après Matthieu 7:21, nul d’entre nous n'entrera dans le royaume des cieux à moins de faire la volonté de Dieu.

 

Toute personne qui entre dans une église Chrétienne devrait être exhortée à obéir aux enseignements et aux commandements de Jésus, et entendre chaque commandement passé en revue et expliqué décemment. Est-ce ce qu’on fait aujourd’hui ? Si vous êtes pasteur ou enseignant, auriez-vous déjà fait cela? Est-ce le sujet principal de tous vos sermons, comme l’a prescrit Jésus ? Saviez-vous que ceux qui ne connaissent pas les commandements de Jésus et qui ne lui obéissent pas n'entreront point dans le royaume des cieux? 

 

Si vous êtes un laïc, vous a-t-on appris les enseignements et les commandements de Jésus ? Avez-vous une idée sur les commandements de Jésus pour que vous puissiez rendre captive toute pensée et la rendre obéissante à Christ ? (Voir 2 Corinthiens 10:5.) Si on ne vous l'a pas encore appris dans votre église, vous devez étudier et posséder cette connaissance. Étudiez les Évangiles. Chaque enseignement et commandement de Jésus vous enseignent comment vivre dans le royaume de Jésus, vous préparant ainsi pour le royaume des cieux. C'est la bonne nouvelle de l'Évangile – par lequel Dieu nous a révélé sa volonté, par Jésus qui nous a réconciliés avec Dieu et donné accès au ciel. Voir Colossiens 1:21-23.

 

Qu’adviendrait à ceux qui ne lui obéissent pas par ignorance ? Paul dit dans 2 Thessaloniciens 1:8-9 : "au milieu d’une flamme de feu, pour punir ceux qui ne connaissent pas Dieu et ceux qui n'obéissent pas à l'évangile de notre Seigneur Jésus. Ils auront pour châtiment une ruine éternelle, loin de la face du Seigneur et de la gloire de sa force … " L’enjeu est majeur et éternelles sont les conséquences.

 

Et nos pasteurs et enseignants qui refusent d’enseigner à leurs congrégations l’obéissance à tout ce que Jésus a prescrit ? Conformément à la loi, une indifférence indolente équivaut à un fait délibéré. Ainsi, Hébreux 10:26 devrait secouer les coeurs de ceux qui refusent délibérément (ou qui méconnaissent l’ordre) d’obéir  aux commandements de Jésus et les amener à lui obéir: "Car si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, mais une attente terrible du jugement et l’ardeur d’un feu qui dévorera les rebelles."  C'est un péché que de défaillir ou de refuser de faire les disciples, “enseignez-leur à obéir à tout ce que je vous ai prescrit” (Matthieu 28:20).

 

Certains pasteurs objecteront aussitôt, en disant : "je ne suis pas rebelle contre Dieu!" 

 

Vos protestations ne servent à rien. Vous devriez vous concentrer plutôt à ce que Dieu pense de vous, pas le contraire. Matthieu 7:22-23 est effrayant: "plusieurs me diront en ce jour-là, ' Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom? N’avons-nous pas chassé des démons par ton nom? Et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom? Alors je leur dirai ouvertement: 'je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité! 

 

Est-ce que Jésus inculpe les pasteurs et les responsables d'églises ? Ces hommes ont semblé avoir une onction particulière; ils avaient prophétisé, chassé des démons et même faire beaucoup de miracles. Le Seigneur Jésus s’est-il réjoui d'eux ? Non, il a dit qu'il ne les connaissait pas et les a qualifiés d’ouvriers de l’iniquité (antinomiens).   

 

Y a-t-il un pasteur ou un enseignant qui puisse prétendre ignorer les commandements de Jésus ? Ne sont-ils pas coupables du péché de refuser délibérément d'enseigner à leurs troupeaux l’obéissance à tout ce que Jésus a prescrit à ses disciples? Ne continuent-ils délibérément à pécher, comme ceux d’Hébreux 10:26 ?

 

Beaucoup de pasteurs d’aujourd'hui ne ressemblent-ils aux Pharisiens et Scribes du temps de Jésus? Jésus les avertis : “Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites! Vous courez la mer et la terre pour faire un prosélyte, et quand il l’est devenu, vous en faites un fils de la géhenne deux fois plus que vous.”  Les Pharisiens étaient zélés pour la loi – de Moïse. Mais Jésus les appelle fils de la géhenne et dit que leur prosélyte en devient deux fois plus qu’eux.

 

Est-ce une critique à l’égard des pasteurs modernes? Et les enseignants des fausses doctrines qui n’obéissent pas aux commandements de Jésus dans leurs enseignements?

 

Roger Oakland a récemment écrit dans : "Mon Voyage à la Conférence d’Echanges d'idées", basé sur ses observations à la susdite conférence : les nouvelles perspectives d'influences mondiales, 17 au 19 janvier 2008, organisée par Erwin Mc Manus et Robert Schuller. Trouvez l'article complet sur son site Web : www.understandthetimes.org.  Roger dit que les orateurs ont souligné que le Christianisme devrait être repensé et re-conçu si nous voulons que le nom de Jésus-Christ subsiste sur notre planète dans ce vingt-et-unième siècle. Roger dit que Robert Schuller a fait une esquisse de ses accomplissements et s’est contenté de parcourir le passé évoquant les grands leaders qu’il avait assistés au cours des années, Bill Hybels pasteur du mouvement pionnier des amis dans Willow Creek, l'Évêque Charles Blake de l’église de Dieu en Christ (Church of God in Christ) de six millions de membres et Rick Warren pionnier d’une église dirigée par la vision et d’une vie dirigée par la vision (Purpose Driven Church et Purpose Driven Life).

 

Projetant dans les siècles à venir Jésus a dit : "Quand le Fils de l'Homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ?" (Luc 18:8). Au fur et à mesure que vous méditez sur la Conférence d’Echange d'idées et les chapitres suivant, vous pourrez sans doute remarquer que la foi qui sauve est rare. 

 

Jésus a dit : "En vérité, en vérité je vous le dis, le serviteur n’est pas plus grand que son seigneur, ni l’apôtre plus grand que celui qui l’a envoyé. Si vous savez ces choses, vous êtes heureux, pourvu que vous les pratiquiez" (Jean 13:16-17). N’est-il pas vrai que beaucoup de pasteurs cherchent à être plus grands que leur Seigneur ? Si les pasteurs sont des messagers de la bonne nouvelle, pourquoi améliorent-ils le message (de l'évangile) pour l’adapter à leurs façons de penser et à leur paradigme?

 

Quoique Jésus ait dit : "je vous le dis en vérité, quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un petit enfant n'y entrera point" (Marc 10:15), nous avons beaucoup de responsables d'églises qui proclament fièrement un faux évangile – un autre évangile, comme qui dirait qu'ils savent mieux que le Seigneur Jésus parce qu’ils prétendent améliorer son enseignement, au point de le "refaire" et de "le réinventer."

 

Nous allons voir l’antinomie dans l'église.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chapitre 5

 

 

LA RÉBELLION CONTRE LA LOI DE CHRIST

 

 

De notre retour de la Nouvelle-Zélande, Dar et moi avons commencé à participer dans une méga église de Scottsdale, l'Arizona. Nous avons constaté qu'un changement théologique énorme avait eu lieu durant les six ans où nous étions en Nouvelle-Zélande. Avant notre départ pour la Nouvelle-Zélande, je savais que le pasteur principal sombrait dans la fausse doctrine de l’inconditionnelle sécurité éternelle, même s’il le verbalisait rarement. De notre retour, cependant, un dimanche le pasteur principal déclara devant l’assemblée que le salut de ces gens n'est pas affecté par leurs actions. L’Antinomie avait pris place dans l'église et ses enseignements.

 

Comme nous verrons, l’antinomie s’est répandu et a engendré des enfants propres à elle - les fausses doctrines qui entraîneront beaucoup des milliers loin du ciel et dans l'enfer. Nous scruterons plus tard quelques fausses doctrines les plus populaires.

 

Qu’est-ce que l’antinomie ? Elle vient de deux mots grecs, "anti-" et "nomos". Anti signifie opposé à. Nomos signifie la loi, l’autorité, la norme, la façon de vivre ou la conduite morale. L'union de ceux-là nous donne: l’anarchie; sans, opposé à ou contre la loi, la norme, ou la règle de conduite morale.

 

Les enseignements et les commandements de Jésus sont des normes et des règles de conduite morale. Paul les a appelés "la loi de Christ." (Voir 1 Corinthiens 9:21 et Galates 6:2.) La plupart des commandements et des enseignements de Jésus sont des questions de salut, c'est-à-dire, pour obtenir le salut, une personne doit faire, ou ne pas faire, ces commandements. Il est évident que de tels commandements sont impossibles à concilier pour les antinomiens. Ces derniers soutiennent que les commandements de Jésus ne sont pas applicables dans nos jours, qu'ils étaient seulement pour les Juifs, ou que nous sommes maintenant sous la grâce, non sous la loi.

 

La recrudescence de l'antinomie explique pourquoi bon nombre de responsables d'églises, pasteurs et enseignants, ignorent les enseignements et les commandements de Jésus. S’agissant de leurs croyances, elles ne s’accordent à aucune loi ou règle de conduite morale. Pourquoi se donneraient-ils la peine d'enseigner à leurs nouveaux convertis d’obéir aux enseignements et commandements de Jésus ?   Pourquoi se donneraient-ils la peine d'apprendre aux nouveaux croyants à obéir aux enseignements et aux commandements de Jésus ? Au contraire, ils assurent à leurs adeptes qu’ils sont sauvés par la grâce et que leur conduite n’a rien à voir avec leur salut.

 

Alors que je parlais de ce sujet à un ancien pasteur qui enseignait à l'École de Théologie de Pasadena, en Californie, il s’exclama : "Ne me dites pas que vous essayez d'obéir aux enseignements et aux commandements de Jésus ?" Je répondis : "Bien sûr que oui!" Il riposta, "ça ne concerne pas les Païens, c’est pour les Juifs!" "Lisez s'il vous plaît la Grande Commission", répliquai-je, elle nous recommande de faire de toutes les nations des disciples, rien des Juifs, et de leur enseigner à obéir à tout ce que Jésus a prescrit." Ce pasteur ne répondit rien.

 

Le mot antinomie est utilisé dans divers endroits dans l'Ecriture. Il est d'habitude traduit par "iniquité", "mauvais", "injuste" ou "transgresseur" dans la Version Louis Second. Ce que Jésus a dit dans Matthieu 7:23 : "je ne vous ai jamais connu, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité", pourrait être correctement traduit comme, "Loin de moi, vous antinomiens (transgresseurs)!” 

 

Ce passage est terrifiant parce qu’il parle des gens se disputant avec Jésus le jour du jugement en déclarant, "Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé à ton nom et n’avons-nous pas chassé les démons et fait beaucoup de miracles en ton nom?" Ces gens se croyaient être des super spirituels parce qu’ils prophétisaient, chassaient des démons et opéraient des miracles.   Sans doute, ils ont été convaincus qu'ils étaient sauvés et méritaient le ciel, alors que pas! Pourquoi ont-Ils été condamnés ? Jésus nous le dit dans Matthieu 7:21 : "Ceux qui me disent Seigneur, Seigneur, ' n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux." J’ai, à maintes reprises, souligné que tout ce que Jésus a enseigné et a commandé c’est ça la volonté de Dieu. Certainement, ces "super spirituels" qui prétendent être sous aucune autre loi que la grâce, peuvent chasser les démons et opérer des miracles. Il est probable qu’ils enseignent cette hérésie à leurs adeptes, et perpétuent ainsi l’antinomie.

 

Dans son livre, Sentiers de la Puissance (Paths to Power), A.W. Tozer définit l’antinomie comme suit. "Le fondement du christianisme actuel est profondément influencé par l’ennemi antique de la justice, l’Antinomie. Le credo de l'Antinomien est simple : Nous sommes sauvés par la foi seule; les actions n'ont rien à voir avec le salut; la conduite est une œuvre comme tant d’autres ; c’est pour cela qu’elle inutile ; aussi longtemps que nous croyons convenablement, nos actions sont vaines. Le divorce entre le credo et la conduite reste absolu et final. La question du péché a été arrangée sur la Croix; la conduite est en dehors de la foi et ne peut se situer entre le croyant et son Dieu. Bref, tel est l'enseignement de l'Antinomien.

 

"Il a entièrement pénétré l'élément Fondamental du Christianisme moderne qui est accepté par des masses religieuses en tant que vérité de Dieu. L’Antinomie est une doctrine de grâce portée sur la logique incorrecte qui mène à l'absurdité. Elle prend l'enseignement de justification par la foi et la tord jusqu’ à la déformer."

 

Tozer définit l’Antinomie comme le fait d’avoir la foi, sans les actions.  Parlant du jugement de Dieu, la Bible ne le limite pas seulement à ce que l'on croit. Dans Apocalypse 20:12-13, Jean dit ce qu'il a vu à propos du jugement devant le trône blanc : "et je vis les morts, les grands et les petits, qui se tenaient devant le trône. Des livres furent ouverts. Et un autre livre fut ouvert, celui qui est le livre de vie. Et les morts furent jugés selon leurs œuvres, d’après ce qui était écrit dans ces livres. La mer rendit les morts qui étaient en elle, la mort et le séjour des morts rendirent les morts qui étaient en eux, et chacun fut jugé selon ses oeuvres. "  

 

À propos des derniers jours, Jésus a dit, "Car le Fils de l'homme doit venir dans la gloire de son Père avec ses anges, et alors il rendra à chacun selon ses oeuvres" (Matthieu 16:27). De même, Jésus a dit, "Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu’est son oeuvre" (Apocalypse 22:12).

 

Paul dit la même chose dans Romains 2:5-6 : "mais, par ton endurcissement et par ton cœur impénitent, tu t’amasses un trésor de colère pour le jour de la colère et de la manifestation du juste jugement de Dieu, qui rendra à chacun selon ses oeuvres." Dans Romains 14:12, Paul a écrit :" ainsi chacun de nous rendra compte à Dieu pour lui-même. " Aux Corinthiens, Paul a écrit :" Car il nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu’il aura fait, étant dans son corps " (2 Cor. 5:10).

 

Jusqu'ici, ça sonne certainement différent de l’antinomie, n'est-ce pas ? Nous ne serons pas jugés selon ce que nous avons cru, mais selon ce que nous avons fait.

 

Beaucoup d'autres enseignements dans l'Ecriture le soutiennent. Jésus dit, dans Jean 15:1-2 :"je suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche ; et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde afin qu’il porte encore plus de fruit."   D'après ce verset, les antinomiens seront retranchés du Seigneur par le Père parce qu'ils ne portent pas de fruit.

 

Jésus a dit la parabole des brebis et des boucs dans Matthieu 25:31-46. Encore une fois, l’essence c’est le jugement. Jésus l'a décrit comme suit : "lorsque le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, avec tous les anges, il s’assiéra sur le trône de sa gloire. Toutes les nations seront assemblées devant lui. Il séparera les uns d’avec les autres comme le berger sépare les brebis d’avec les boucs. Il mettra les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche. "

 

Ensuite, Jésus dit comment sera le jugement lorsqu’il dit : "alors le Roi dira à ceux qui seront sur sa droite : ' venez, vous qui êtes bénis de mon Père; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde.  Car j'ai eu faim, et vous m'avez donné à manger, j'ai eu soif, et vous m'avez donné à boire, j'étais étranger, et vous m'avez recueilli ; j'étais nu, et vous m'avez vêtu, j'étais malade, et vous m’avez visité ; j'étais en prison, et vous êtes venus vers moi.’”

 

Les justes (à sa droite) lui répondront : “’ Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, et t’avons-nous donné à manger, ou avoir soif et t’avons-nous donner à boire? Quand t’avons-nous vu étranger et t’avons-nous recueilli ; ou nous et t’avons-nous vêtu? Quand t’avons-nous vu malade, ou en prison et sommes-nous allés vers toi?’”

 

Jésus donne alors l’assiette du jugement : "et le Roi leur répondra : ' je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites. '"

 

 

Pour ceux qui seront à sa gauche - les chèvres, l'opposé sera aussi vrai. "Ensuite il dira à ceux qui seront à sa gauche : ' Retirez-vous de moi, maudits ; allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et ses anges. '" Jésus continue en disant qu’ils n'ont rien fait pour lui, ni pour un de ces petits, ses frères ; et conclut en disant : "et ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle." 

Qui, selon vous, est celui qui n'a rien fait? C’est certainement l’Antinomien qui ne fait que se cramponner sur ce qu'il croit; il pense que sa conduite ne signifie rien. Il est opposé aux actions, revendiquant souvent que ceux qui les font (dans l'obéissance) essayent de gagner leur salut. Même ici, l'opposé est vrai. Ce que nous prétendons croire ne sera pas important le jour du jugement. Nous serons jugés par nos actions.

 

Jésus a rapproché la conduite de notre relation avec lui. Dans Matthieu 12:46, Jésus dit : "Car, quiconque fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux, celui-là est mon frère et ma soeur et ma mère." Dans Jean 15:14, Jésus dit, "Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande." Notre conduite montre ce que nous croyons réellement. Est-il possible d’obtenir le salut sans pour autant être ami, frère, soeur ou mère du Seigneur Jésus ? Jésus a établi l’exigence de faire la volonté de Dieu et ce qu’il a prescrit. 

 

Les Antinomiens se disent être des disciples de Paul. Pourtant Paul a enseigné que notre conduite est très importante. Dans Galates 5:19-21, Paul avertit : "Or, les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont l’impudicité, l’impureté, la dissolution, l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie; l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d’avance, comme je l'ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point le royaume de Dieu. Ici, Paul dit clairement que la mauvaise conduite empêchera beaucoup à obtenir le salut.  

 

De même, dans 1 Corinthiens 6:9-11, Paul avise : "Ne savez-vous pas que les injustes n'hériteront point le royaume de Dieu ? Ne vous y trompez pas : ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n'hériteront point le royaume de Dieu.” Avez-vous remarqué que la presque totalité de la liste de Paul est de la conduite ? Comment un Antinomien peut-il oser dire que la conduite importe peu ? Paul dit à maintes reprises que la mauvaise conduite empêchera les gens d’entrer dans le royaume de Dieu.   Voir aussi Colossiens 3:5-8, et 1 Thessaloniciens 4:3-8.

 

Dans Apocalypse 21:8, Jean répète les paroles de Jésus : "mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l’étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort." Jésus condamne ceux qui se méconduisent, y compris les incrédules. L'Ecriture affirme que la conduite importe vraiment et que ceux qui se méconduisent seront condamnés.

 

Le péché tend toujours à se développer. L’Antinomie s'est développé dans la fausse  théologie en vogue dans le monde occidental. Voyons cette ruse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Chapitre 6

 

 

LE FILS DE L’ANTINOMIE:

 

L’Inconditionnelle Sécurité Éternelle

 

 

Paul eut une lueur sur l’avenir lorsqu’il écrivit: “Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine ; mais ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables” (2 Timothée 4:3-4).

 

Y a-t-il de plus attrayant que d'être enseigné que vous pouvez obtenir la vie éternelle en croyant seulement en quelque chose, qui n’affecte en rien votre conduite personnelle ? Vous pourriez vivre n’importe comment et, aussi longtemps que vous gardez cette foi, croire que vous êtes sur votre voie du ciel. C’est de l’antinomie.

 

Satan est vraisemblablement l'auteur de la version "rénovée" de l'antinomie intitulée : Une Fois Sauvé, On Reste Toujours Sauvé, ou  l’inconditionnelle Sécurité Éternelle. Cette nouvelle version de l'antinomie est faite pour ceux qui ne croient pas/plus. Elle assure à ses adhérents que s'ils croient, leur salut est assuré pour toujours peu importe leur comportement.

 

De surcroît, les adhérents à cette fausse doctrine se déclarent souvent être disciples de Paul. Naturellement, ils soulignent qu’ils sont sauvés par la grâce seulement et que toute autre action est une tentative de gagner le salut. Ils voient souvent l'obéissance comme étant une forme d’action comme tant d’autres.

 

Pour illustrer leurs croyances, je citerai le docteur Charles Stanley, un des partisans le plus connu sur l’Inconditionnelle Sécurité Éternelle, qui a écrit le livre, La Sécurité Éternelle, Êtes-vous Sûrs?[1] [Eternal Security Can You Be Sure?]  Docteur Stanley dit : "la sécurité éternelle est l’œuvre par laquelle Dieu garantit le don de salut qui, une fois reçu, il est acquis pour toujours et, ne peut jamais être perdu.”[2] 

 

Dans la section antérieure, sur l’Antinomie, Paul et Jésus ont noté divers péchés et ont précisé que ceux qui les pratiquent n'hériteront pas le royaume de Dieu et seront jetés dans le lac de feu et de soufre.  Par contraste, Dr. Stanley dit: 

 

“Ce n’est pas le mensonge, la tromperie, le vol, l’impudicité, la tuerie ou l’infidélité qui précipitent les gens dans l’enfer.”[3] 

 

C’est vraiment étrange, n’est-ce pas? Les Écritures que nous avons parcourues disent tout à fait le contraire. L’auteur aux Hébreux a dit que Dieu jugera les impudiques.  Ces Écritures ne font aucune exception quant à ceux qui prétendent avoir une fois reçu le don de salut. Pas même l'avertissement de Paul aux Éphésiens:

 

Que l’impudicité, qu’aucune espèce d’impureté, et que la cupidité ne soient même nommées parmi vous, ainsi qu’il convient à des saints. Qu’on entende ni paroles déshonnêtes, ni propos insensés, ni plaisanteries, choses qui sont contraires à la bienséance ; qu’on entende plutôt des actions de grâces. Car, sachez-le bien, aucun impudique, ou impur, ou cupide, c’est-à-dire, idolâtre, n’a d’héritage dans le royaume de Christ et de Dieu.  Que personne ne vous séduise par de vains discours, car c’est à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion (Ephésiens 5:3-6). 

 

Remarquez la mise en garde de Paul vers la fin.  Que personne ne vous séduise par de vains discours. Paul dit que c’est à cause de ces péchés – impudicité, impureté, ou cupidité – que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion. Dr. Stanley, et la fausse doctrine de l’inconditionnelle sécurité éternelle, séduit les gens par de vains discours, tel que Paul a averti ses lecteurs.  Les affirmations de Dr. Stanley sont l’opposé des avertissements permanents de l’Écriture.

 

Si les partisans de la sécurité éternelle ont raison, pourquoi Jésus a-t-il donné l'avertissement suivant ?

 

Si ton œil droit est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi, car il est avantageux pour toi qu’un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier ne soit pas jeté dans la géhenne. Et si ta main droite est pour toi une occasion de chute, coupe-la et jette-la loin de toi ; car il est avantageux pour toi qu’un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier n’aille pas dans la géhenne (Matthieu 5:29-30).

 

Jésus dit que le tort - le péché - causé par votre oeil ou votre main précipitera en effet votre corps entier en enfer. Jésus dit qu'il est avantageux de couper ou de gouger  la partie de votre corps qui vous offense que d'être jeté en enfer.

 

Cependant, Dr. Stanley écrit:

 

Mais si un homme ou une femme a été une fois sauvé(e) et a reçu le pardon, il/elle n'a point besoin de s'inquiéter. 100 pour cent de ses péchés ont été pardonnés, la possibilité de ne pas être pardonné(e) a été supprimée. Le facteur de risque est égal à zéro. Il n'y a plus de feu dont ce croyant doit être sauvé.[4] [Accent de l’auteur]

 

Comme vous le voyez dans la citation précédente, ceux qui souscrivent à la doctrine de sécurité éternelle vous assureront que rien de ce que vous faites après avoir cru ne peut affecter votre salut, pourvu que vous soyez certains que vous avez été sauvés une fois.  Selon docteur Stanley, il n'y a aucun péché qui peut affecter votre salut, malgré ce que dit l’Ecriture, les avertissements de Paul tant aux Corinthiens qu’aux Galates, à propos des péchés qui empêcheront ceux les pratiquent d'hériter le royaume de Dieu, et peu importe ce qu’a dit Jésus à l'Apôtre Jean sur les péchés qui feront que les gens soient condamnés pour l’enfer.  Selon docteur Stanley, aucune de ces Ecritures ne peut s’appliquer à aux adeptes de la doctrine de sécurité éternelle, pourvu qu’ils aient eu, ne fut-ce qu’une fois, confiance en Jésus pour le pardon de leurs péchés et qui ont reçu le don de salut.

 

Peut-être que l'erreur fondamentale de docteur Stanley consiste en ce qu'il affirme que si une personne se repent une fois et que ses péchés soient pardonnés, ce pardon inclut tous les péchés qui seront commis dans l'avenir. Pierre dit l'opposé: “… la purification de ses anciens péchés” (2 Pierre 1:9).

 

Docteur Stanley va encore plus loin, en écrivant :  

 

 

"La Bible dit clairement que l'amour de Dieu pour Son Peuple est d'une telle ampleur que même ceux qui s'éloignent de la foi n'ont pas la chance de glisser de Sa main.”[5]  À d'autres occasions, il a enseigné que "même si un croyant devient un incroyant de bon ou de mauvais gré, son salut n'est pas en danger”[6] et "... les croyants qui perdent ou abandonnent leur foi conservent leur salut ...." [Accent de l’auteur.]

 

Avez-vous remarqué comment le susdit paragraphe commence ? Docteur Stanley dit, "la Bible enseigne clairement ..." Une telle déclaration ne peut être acceptée que par ceux qui ne connaissent pas ou n’étudient pas leur Bible. Cette déclaration est pour les ignorants qui comptent sur des enseignants, comme docteur Stanley, pour se nourrir spirituellement. Qu’il est triste comment ils sont trahis par des gens, comme docteur Stanley, qui sont en rébellion contre Dieu et le Seigneur Jésus avec ses enseignements et commandements.

 

Que diront les attachés à la doctrine de l’inconditionnelle sécurité éternelle? Est-ce que l'adultère est un problème ? Bien sûr que non. Et les autres péchés ? Comment ça ? Selon docteur Stanley, si une personne a déjà reçu le don de salut, 100 % de ses péchés ont été pardonnés, y compris ses péchés futurs et elle ne peut perdre son salut.   

 

Est-il étonnant que le divorce soit si effréné dans les églises qui enseignent la doctrine de l’inconditionnelle sécurité éternelle ? Il n'y a aucune raison d’accepter ce qu’enseigne Jésus sur le divorce parce que les partisans de la sécurité éternelle affirment que nul péché n'enverra les gens en enfer s'ils ont une fois cru en Jésus pour le pardon de leurs péchés. Ça importe peu s'ils vivent dans un adultère continu. Selon les adeptes de la sécurité éternelle, les avertissements sur le risque de louper le royaume de Dieu et d’être jeté en enfer n’ont aucun rapport avec les péchés qu'ils commettent.[7]

 

Docteur Stanley déclare également:   

 

"... Dieu n'exige aucune attitude constante de foi pour nous sauver – il exige un acte de foi.”[8]  Il dit : “... Dieu n'exige pas une attitude constante de foi pour nous sauver – il exige un acte de foi." Il dit, "C’est [la foi qui sauve] à un moment précis que nous recevons ce don de Dieu."   Il a écrit : "Fidèle ou pas, toute personne qui a, à n’importe quel moment, eu la foi qui sauve est un membre permanent du corps de Christ.”[9] 

 

L’Écriture, cependant, a un message tout à fait différent, soulignant que ce qui compte c'est la foi et la fidélité permanentes. L'idée d'un engagement unique qui sauve pour toujours est fausse. Considérez l'avertissement de Paul aux Corinthiens:

 

Je vous rappelle, frères, l’Évangile que je vous ai annoncé que vous avez reçu, dans lequel vous avez persévéré, et par lequel vous êtes sauvés, si vous le retenez tel que je vous l’ai annoncé ; autrement, vous auriez cru en vain (1 Corinthiens 15:1-2).  

 

Cette Écriture est d’une importance particulière.  Paul admet que les Corinthiens ont reçu l'évangile, s’y ont accroché, et sont sauvés s'ils persévèrent fermement. Et s'ils ne s'y tiennent pas fermement ? Paul déclare qu'ils auront cru en vain.     

 

Tout comme l'avertissement de Paul aux Colossiens:

 

Et vous qui étiez autrefois étrangers et ennemis par vos pensées et par vos mauvaises œuvres, il vous a maintenant réconciliés par sa mort dans le corps de sa chair, pour vous faire paraître devant lui saints,  irrépréhensibles et sans reproches, du moins si vous demeurez fondés et inébranlables dans la foi sans vous détourner de l’espérance de l’ Évangile que vous avez entendu, qui a été prêché à toute créature sous le ciel, et dont moi Paul, j’ai été fait ministre (Colossiens 1:21-23. Voir aussi Jacques 1:12).

 

Ci haut est le résumé de Paul de l'Évangile, dont il a été fait ministre. Toute la bonne nouvelle de l'Évangile est là, pourvu que – le si - vous continuiez dans votre foi, fondés et inébranlables, sans vous détourner de l’espérance de l'évangile.  Dieu exige beaucoup de ceux-là qu’il délivre du royaume des ténèbres pour celui de sa lumière glorieuse. Leur récompense sera la possession du royaume de Dieu au lieu d'être jetés dans le lac ardent de soufre brûlant.

 

Jésus a souligné la nécessité de persévérer: “Vous serez haïs de tous, à cause de mon nom ; mais celui qui persévéra jusqu’à la fin sera sauvé” (Matthieu 10:22) et “parce que l’iniquité se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira, mais celui qui persévéra jusqu’ à la fin sera sauvé” (Matthieu 24:12-13).

 

Docteur Stanley déclare aussi : "... nous connaissons un Chrétien qui n’a aucun fruit éternel dans sa vie. Pourtant son salut n'est pas danger ”[10], tout comme "... un bon nombre de Chrétiens qui ne font aucune preuve de leur vie Chrétienne.”[11] 

 

Jésus a réfuté ces réclames dans Jean 15:1-6: 

 

“Je suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche ; et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde, afin qu’il porte encore plus de fruit....

 

“Je suis le cep. Vous vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire.  Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche ; puis en ramasse les sarments, on les jette au feu, et ils brûlent. (Jean 15:1-2, 5-6.  Voir aussi Luc 13:6-7.)

 

Où était le sarment qui a été coupé ? Il était sur la vigne – en Jésus! Cela se réfère aux gens qui ont commencé en Christ, mais qui n’ont produit aucun fruit. Les sarments qui ne portent pas de fruit sont coupés de Christ par Dieu le Père. Que fait-on de ces sarments qui ne portent pas des fruits ? Ils sont jetés et se fanent, et sont ensuite ramassés et jetés dans le feu et ils brûlent. 

 

Ce n'était pas le seul enseignement de Jésus sur le sujet de la nécessité de porter les bons fruits. Dans Matthieu 7:17-19, Jésus a dit, "Tout bon arbre porte de bon fruit, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits. Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruit, ni le mauvais arbre porter de bon fruit. Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu." Encore une fois, l'exigence est de porter de bons fruits pour ne pas être coupé et jeté au feu.

 

Jésus utilise une autre parabole pour illustrer ce même point: “Un homme avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint pour y chercher du fruit, et il n’en trouva point. Alors il dit au vigneron : ‘Voila trois ans que je viens chercher du fruit à ce figuier, et je n’en trouve point. Pourquoi occupe-t-il la place inutilement?’

 

Le vigneron lui répondit : ‘Seigneur, laisse-le encore cette année ; je creuserai tout au tour, et j’y mettrai du fumier. Peut-être à l’avenir donnera-t-il du fruit ; sinon, tu le coupera’” (Luc 13:6-9).

 

 

Encore une fois, il s’agit de porter de fruits. Dans ce cas présent, Dieu dit à Jésus de couper l'arbre qui ne portait pas de fruits. Jésus intercède, négocie un temps supplémentaire, tout en acceptant que l'arbre soit coupé s’il ne porte pas de fruits l'année suivante.

 

Jésus donne un enseignement similaire dans la parabole des talents (Matthieu 25:14-30). Chaque serviteur avait reçu un certain nombre de talents à investir avant le départ de leur maître pour un pays lointain. Plusieurs réalisèrent beaucoup, doublant les sommes qui leur avaient été données.

 

Un serviteur ne fit rien.  Il avait reçu un talent mais alla l’enterrer quelque part pour le remettre à son maître à son retour Dans la parabole de la vigne et les sarments, le sarment (le croyant) recevait la sève vivifiante de la vigne, mais ne l'utilisait point pour produire du fruit. Dans les deux paraboles, le serviteur n'a rien accompli avec ce que l'on lui avait donné.

 

La fin est la même dans chacun des cas.  Jésus dit au serviteur qui a gâché son talent: “Et le serviteur inutile, jetez-le dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents (Matthieu 25:30).

 

Ces paraboles montrent la sanction et la damnation réservée à ceux qui ne portent pas de fruit, et qui n'utilisent pas ce qui leur a été donné par Dieu en faveur du Royaume. Était-ce l’intention de Paul quand il a dit, “Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions?” (Ephésiens 2:10).  S'il en est ainsi, refuser de faire ces bonnes œuvres que Dieu a préparées d'avance afin que nous les pratiquions serait un acte de désobéissance.

 

Une corroboration supplémentaire se trouve dans la parabole du semeur (Matthieu 13:3-8, Marc 4:3-8, et Luc 8:5-8).  La semence a été plantée dans quatre types de sol différents. Seulement l’un des quatre a produit les grains.  S’agissant de ce sol, Jésus a dit : “Celui qui a reçu la semence dans la bonne terre, c’est celui qui entend la parole et la comprend ; il porte du fruit, et un grain en donne cent, un autre soixante, un autre trente” (Matthieu 13:23). Le vrai croyant persévère et produit du fruit, ou du grain, conformément à ce que Dieu lui a prescrit de faire.

 

Et les trois autres sols? Deux d'entre eux sont matières de cette étude. Le premier ne l'est pas. De cela Jésus a dit que la semence tombée le long du chemin est comme une personne qui entend la parole, mais ne la comprend pas; le malin vient et enlève ce qui a été semé dans son coeur (Matthieu 13:19). Au deuxième, la semence semée dans les endroits pierreux, représente une personne qui entend la parole et la reçoit aussitôt avec joie. Elle devient un nouveau croyant. Mais elle n’a pas de racine en elle-même, elle manque de persistance, et, dès que survient une tribulation ou une persécution à cause de la parole, elle y trouve une occasion de chute (Matthieu 13:20-21). Elle n'a pas persévéré. Au troisième, la semence a été semée parmi les épines. Il entend aussi la parole, mais les soucis du siècle et la séduction des richesses étouffent cette parole, et la rendent infructueuse (Matthieu 13:22).

 

Des quatre sols qui ont reçu la semence, un seul a persévéré et a produit du fruit. Le deuxième et le troisième ont reçu la semence - l'ont entendue et acceptée – mais ils n’ont pas pu persévérer.

 

Les Écritures précédentes nous ont fait remarquer que porter du fruit pour le royaume est important. Nous pouvons perdre notre salut si nous laissons tomber ou refusons de faire ces bonnes œuvres que Dieu a préparées d'avance afin que nous les pratiquions. C'est une forme de rébellion contre Dieu.

 

Docteur Stanley dit, "Nous avons connu un Chrétien qui ne voyait aucun intérêt, dans sa vie entière, de produire du fruit éternel. Pourtant son salut n'a jamais été mis en danger." Est-ce là ce que vous avez lu dans les Écritures précédentes ? Dans TOUTES les Écritures mentionnées ci-dessus, parce qu'il n’y avait aucun fruit (ou le fruit était mauvais, ou le talent était enterré), le manque de fruit a fait à ce que l'arbre soit coupé ou le sarment soit coupé de la vigne et jetée pour être brûlé par le feu, ou le mauvais serviteur à être condamné. Tous ces exemples illustrent bien la condamnation de ceux qui ne portent pas du fruit.

 

Les partisans de la sécurité éternelle disent qu'il n'y a aucune raison de s'inquiéter si vous avez cru en Christ et que vos péchés ont été une fois pardonnés. Mais l'Écriture dit aussi :

 

"[Jésus] est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l’auteur d’un salut éternel" (Hébreux 5:9).

 

Jésus est-il aussi la source de salut pour ceux qui ne lui obéissent pas ? Une telle conclusion serait contraire à ce que dit ce verset, n'est-ce pas ? Ça vaut la peine de noter que le terme "obéissent" dans Hébreux 5:9 (ci-dessus) a un caractère continu – c’est-à-dire, ceux qui continuent à lui obéir.  

 

Est-ce qu’une personne qui continue à désobéir a le salut ? Considérez ce que l'Apôtre Jean a dit :

 

    Si nous gardons ses commandements, par là nous

    savons que nous l’avons connu. Celui qui dit : "je l’ai

    connu," et qui ne garde pas ses commandements, est un

    menteur, et la vérité n'est point en lui (1 Jean 2:3-4).

 

De nouveau, le verbe "obéir" est au temps continu, c'est-à-dire, "si nous obéissons [continuons à obéir] à ses commandements."  

 

Passons en revue. C'est Jésus qui a dit, "Ceux qui me disent : ' Seigneur, Seigneur!' n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux" (Matthieu 7:21).  Jésus a dit que tout ce qu'il a fait et tout ce qu’il a dit était justement ce que le Père lui avait prescrit de faire et dire (Jean 8:28, 12:49-50, 14:10, 14:24, 14:31). Ainsi, tout ce que Jésus a dit et a fait était la volonté de Dieu. Est-ce étonnant qu’il soit la source de salut pour tous ceux qui lui obéissent ? (Hébreux 5:9). Ou qu’il ait clore sa grande commission par la recommandation d’enseigner aux nouveaux disciples à obéir à tout ce qu'il a prescrit? (Matthieu 28:20).

 

Les Écritures montrent que tous ceux qui pensent avoir le salut alors qu’ils vivent le péché se trompent eux-mêmes. L'Apôtre Jean a aussi parlé de cette question:

 

Quiconque demeure en lui ne pèche point ; quiconque pèche ne l’a pas vu … celui qui pèche est du diable … Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché … (1 Jean 3:6, 8, 9).

 

Comme nous avons pu le voir dans de nombreuses Ecritures, l'obéissance aux enseignements et aux commandements de Jésus accompagne la foi biblique et le salut. Qu’arrive-t-il à ceux qui vivent délibérément dans le péché, confiant que leur conduite n'affectera pas leur salut ? Dans Hébreux 10:26-27, nous lisons :

 

Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, mais une attente terrible du jugement et l’ardeur d’un feu qui dévorera les rebelles.

 

Les partisans de la sécurité éternelle qui prêchent que lorsque les péchés sont pardonnés tous les péchés futurs sont aussi pardonnés et que lorsque le don de salut est reçu il ne peut jamais être perdu, enseignent un faux évangile qui est contraire à l'Ecriture..

 

Pierre dit aux croyants quelques attributs qu'ils devraient s’efforcer à ajouter à leur foi. Il dit, pour ce faire: 

 

Mais celui en qui ces choses ne sont point est aveugle, il ne voit pas de loin, et il a mis en oubli la purification de ses anciens péchés (2 Pierre 1:9).

 

Les Péchés passés ? Oui, quand nous avons la foi qui sauve et nous nous repentons de nos péchés, ce sont nos péchés passés qui sont pardonnés à 100 % au moment de notre conversion. Dans ses lettres aux sept églises de l’Apocalypse 2 et 3, Jésus a appelé cinq des sept églises à se repentir.  Devraient-elles se repentir alors que tous leurs péchés futurs étaient pardonnés ? Bien sûr que non. C'est le faux évangile qui professe que les péchés futurs sont pardonnés alors qu’en réalité ce sont les péchés passés qui ont été pardonnés.

 

N’est-ce pas étonnant que l'Ecriture enseigne : “travaillez à votre salut avec crainte et tremblement” (Philippiens 2:12) et “Examinez-vous vous-mêmes, pour savoir si vous êtes dans la foi ; éprouvez-vous vous-mêmes. Ne reconnaissez-vous pas que Jésus-Christ est en vous—à moins peut-être que vous ne soyez réprouvés?” (2 Corinthiens 13:5).  Or nous, nous avons la pensée de Christ (1 Corinthiens 2:16). 

 

Dieu est amour, bon et gracieux. Il est également saint et juste. Nous devons le craindre pour sa colère et le juste jugement contre ceux qui refusent de lui obéir - ceux qui continuent à se rebeller contre lui.

 

Nous avons inscrit dans le premier chapitre que la rébellion commence par le fait de nier la seigneurie de Jésus. Dans l’écriture de docteur Stanley, "le Seigneur" est sûrement absent, [“Lord” is glaringly absent], il parle de Jésus comme le Sauveur, non pas comme Seigneur. Les défenseurs de l’inconditionnelle sécurité éternelle semblent avoir des difficultés à reconnaître Jésus comme Seigneur parce que ça impliquerait qu’ils doivent lui obéir. Recevoir Jésus comme Seigneur, et obéir à ses enseignements et commandements, détruit en même temps la doctrine de l’inconditionnelle sécurité éternelle et l’antinomie. 

Obéir à Jésus comme Seigneur est complètement incompatible aux fausses doctrines.

 

Pierre a aussi fait le point sur la doctrine de l’inconditionnelle sécurité éternelle. Il a dit, dans 2 Pierre 2:20-22:

 

En effet, si après s’être retirés des souillures de ce monde, par la connaissance du Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, ils s’y engagent de nouveau et sont vaincus, leur dernière condition est pire que la première. Car mieux valait pour eux n’avoir pas connu la voie de la justice, que de se détourner, après l’avoir connue, du saint commandement qui leur avait été donné. Il leur est arrivé ce que dit un proverbe vrai : le chien est retourné à ce qu’il avait vomi, et la truie lavée s’est vautrée dans le bourbier”

 

Pierre se référait aux gens qui avaient connu notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. Mais ces gens se sont de nouveau empêtrés dans la corruption de ce monde et y sont perdus. Pierre dit que la dernière condition de telles gens sera pire que la première. Quelle était leur condition au commencement ? Ils seraient jetés en enfer pour n’avoir pas eu la foi qui sauve.  Et pourquoi leur dernière condition serait-elle pire ? Jésus nous dit:  “Le serviteur qui ayant connu la volonté de son maître, n’a rien préparé et n’a pas agi selon sa volonté, sera battu d’un grand nombre de coups. Mais celui qui, ne l’ayant pas connue, a fait des choses dignes de châtiment, sera battu de peu de coups. On demandera beaucoup à qui l’on a beaucoup donné, et on exigera davantage de celui à qui l’on a beaucoup confié” (Luc 12:47-48). Une fois que nous connaissons la vérité et retournons dans le monde, notre châtiment sera plus sévère.

 

Nous sommes, de nouveau, avertis par Pierre contre l’inconditionnelle sécurité éternelle.

 

Dans 2 Pierre 3:17, il termine sa lettre par une autre mise en garde:

 

“Vous donc bien-aimés, qui êtes avertis, mettez-vous sur vos gardes, de peur qu’entraînés par l’égarement des impies, vous ne veniez déchoir à votre fermeté.”[12]

 

Pierre reconnaît que notre position dans Christ est sécurisée. Mais il dit que nous pouvons déchoir de cette position sécurisée, ce qui est en accord avec les écritures précédentes. Il nous met en garde.  Il sait que nous pouvons être entraînés par les “hommes impies”. Il est intéressent que Pierre ait utilisé : “impies” qui signifie antinomiens. Comme vous le savez déjà, ceux qui patronnent la doctrine de l’inconditionnelle sécurité éternelle sont antinomiens - des hommes impies.

 

L'auteur aux Hébreux a écrit un bon nombre de passages sur la persévérance dans la foi. Dans Hébreux 6:4-6, il décrit un croyant qui a expérimenté tout ce que Dieu offre aux croyants:

 

Car il est impossible pour ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part au Saint-Esprit, qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les puissances du siècle à venir, et qui sont tombés, soient encore renouvelés et amenés à la repentance, puisqu’ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l’exposent à l’ignominie.

 

Le cœur de l’inconditionnelle sécurité éternelle est que celui qui a une fois expérimenté le pardon ne peut jamais périr. Ce passage contredit spécifiquement cette fausse doctrine.  Ceux qui sont décrits ici avaient tout ce que Dieu offre.  L'auteur nous dit ce qui arrive, et ce qui ne peut arriver, si une telle personne chute. Cette Écriture dit que lorsque une telle personne tombe, elle ne peut revenir à la foi. Jésus l’a confirmé en disant que quiconque blasphèmera contre le Saint-Esprit ne sera point pardonné (Matthieu 12:31). Une telle personne ne peut être sauvée.

 

L'auteur nous avertit de nouveau dans Hébreux 10:26-27:

 

Car si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, mais une attente terrible du jugement et de l’ardeur d’un feu qui dévorera les rebelles

 

Dans Hébreux 6:4-6 l’auteur parle des autres. Dans d’autres versions l’auteur est inclus. Il dit : "Si nous . . ."  il n’y a aucun doute qu’il parle des croyants.  Nous pouvons sans risque dire qu’il est aussi croyant Il parle d'une personne qui a reçu la connaissance de la vérité, non pas l’avoir seulement entendue. Non, il se réfère à une personne qui l’a reçu — un croyant.

 

Ici, l'auteur insiste sur le fait que les croyants doivent avoir une vie transformée- ils doivent renoncer à la vie de péché et rester saints. S'ils refusent volontairement et continuent dans le péché, ils n’attendent que le châtiment et l’ardeur du feu qui dévore.

 

L'auteur précise  qu’il ne s’agit pas du châtiment "des fils" qu’il décrit plus tard dans Hébreux 12. Ce n'est pas la simple punition – c’est le jugement et l’ardeur du feu qui dévore – qui détruira les ennemis de Dieu.  Aucun croyant n'est pas soumis à cela, non plus un croyant ne peut être ennemi de Dieu.

 

Est-ce que ce n'est pas l'opposé absolu de ce que docteur Stanley a revendiqué à plusieurs reprises ? Il a certifié, "Mais si un homme ou une femme a été une fois sauvé(e) de ses péchés, il ne doit pas s'inquiéter. 100 pour cent de ses péchés ont été pardonnés, la possibilité de ne plus être pardonné a été supprimée. Le facteur de risque est zéro. Il n'y a plus de feu dont il doit être sauvé.” [13]

 

C’est vrai? La personne sauvée cité par docteur Stanley n'a aucune contrainte sur sa conduite. Il croit qu'elle peut faire n’importe quoi (y compris le péché) sans pour autant affecter son salut. L'auteur aux Hébreux dit que celui – même l'auteur - qui continue volontairement dans le péché attend une terrible ardeur de feu qui dévorera les ennemis de Dieu.    

 

L'auteur continue à entériner cet enseignement à la fin du chapitre alors qu’il parle du juste :

 

“‘ET Mon juste vivra par la foi; mais s’il se retire, Mon âme ne prend pas plaisir en luie 

 

Nous ne sommes pas de ceux qui se retirent pour se perdre, mais de ceux qui ont la foi pour sauver leur âme.”

 

Il expose le principe que nous reconnaissons être vrai. Le juste vivra par la foi. Et si le juste ne vivait plus par foi ? L'auteur continue avec la réponse de Dieu : "s'il se retire, mon âme ne prendra plus plaisir en lui."

 

L'auteur contraste alors ceux qui se retirent avec ceux qui croient. Ceux qui se retirent se perdent; ceux qui croient sont sauvés.

 

Celui qui s’est retiré n'était pas toujours un incroyant, mais Dieu le décrit plutôt comme son "juste." Tristement, même un juste qui se retire sera détruit. De nouveau, c'est totalement contraire aux réclames de la doctrine de l’inconditionnelle sécurité éternelle, prouvant encore une fois qu’elle est fausse!

 

Remarquez de nouveau la similitude évoquée dans l'enseignement de Jésus à Matthieu 24:45-51, où Jésus contraste deux serviteurs, un fidèle et prudent, et l’autre infidèle et qui se dissipe :

 

“Quel est donc ce serviteur fidèle et prudent, que son maître a établi sur ses gens, pour leur donner la nourriture au temps convenable? Heureux ce serviteur, que son maître, à son arrive, trouvera faisant ainsi. Je vous le dis en vérité, il l’établira sur tous ses biens. 

 

“Mais si c’est un méchant serviteur, qui dise en lui-même: ‘Mon maître tarde à venir,’ et s’il se met à battre ses compagnons, s’il mange et boit avec les ivrognes, le maître de ce serviteur viendra le jour où il ne s’y attend pas et à l’heure qu’il ne connaît pas, il le mettra en pièces, et lui donnera sa part avec les hypocrites: c’est là qu’il y aura des pleurs et des grincements de dents.”

 

Au début, tous les deux servaient le Seigneur. Tous les deux sont des serviteurs responsables des autres.  

 

Jésus recommande le premier et l'assure qu'il sera récompensé pour sa fidélité. Pas au deuxième serviteur. L’importance n’est pas accordée à sa fidélité antérieure. Ce qui a compté c’est ce que ce serviteur faisait à l’arrivée de son maître. Il agissait à l’encontre de ses devoirs et abusait de ceux qui étaient sous ses soins.

 

Remarquez la sévérité du châtiment. C'est plus sévère que toutes les punitions mentionnées dans d’autres paraboles de Jésus. Est-ce parce qu'il était responsable des autres serviteurs? Il a été "coupé en pièces" et expédié en enfer avec les hypocrites.

 

Nous voyons de nouveau l’exemple d'une personne qui a bien commencé, mais qui a mal fini. Il a été jeté en enfer, la punition la plus sévère décrite dans d'autres paraboles.

 

Supposons que la “nourriture” qu’il devait donnée à ses compagnons était les enseignements et les commandements de Jésus, tel que prescrit par Jésus dans Matthieu 28:20.  Considérons tous les responsables d’églises qui refusent de donner à leurs troupeaux la nourriture – les enseignements et les commandements de Jésus qui donnent la vie éternelle. Est-ce que ces responsables d’églises ne sont pas infidèles et en rébellion contre la tête de l’église, le Seigneur Jésus?

 

Le Salut est conditionnel! A moins d’avoir la foi qui sauve, personne ne peut être sauvé. La condition de salut (qui comprend beaucoup d’autres) est d’avoir la foi qui sauve.  Pour plus d’informations sur la foi qui sauve, lisez mon livre intitulé La Foi qui Sauve [Saving Faith] dans son entièreté sur www.bereanpublishers.com | Livre : La Foi qui Sauve [Book: Saving Faith].

 

Considérez d'autres déclarations conditionnelles.  Jean 15:10: Si vous gardez mes commandements, vous demeurez dans mon amour, de même que j’ai gardé les commandements de mon Père, et que je demeure dans son amour; Jean 15:14: Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande; Hébreux 3:14: Car nous sommes devenus participants de Christ, pourvu que nous retenions fermement jusqu’à la fin l’assurance que nous avions au commencement. 

 

Dans les passages passés en revue plus tôt, Paul  conditionne aussi le salut à la persévérance : et par lequel vous avez été sauvés, si vous le retenez tel que je vous l’ai annoncé, autrement, vous auriez cru en vain” (1 Corinthiens 15:2). Et, “pour vous faire paraître devant lui saints, irrépréhensibles et sans reproches, si du moins vous demeurez fondés et inébranlables dans la foi sans vous détourner de l’espérance de l’évangile que vous avez entendu…” (Colossiens 1:22-23).

 

Il y a beaucoup plus à dire sur le sujet de la fausse doctrine de l’inconditionnelle sécurité éternelle qu'il est mentionné ici. Voyez une revue plus complète de nombreuses preuves contre cette fausse doctrine sur www.bereanpublishers.com |Fausses Doctrines| Le Croyant est-il éternellement Sécurisé? | [False Doctrines | Is the Believer Eternally Secure?]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chapitre 7

 

 

UN AUTRE FILS DE L’ANTINOMIE

 

FRAUDE DANS LA PRÉSENTATION
DE L’ÉVANGILE

 

Les disciples des fausses doctrines de l'antinomie et l’inconditionnelle sécurité éternelle, changent, interprètent mal, ou ignorent les nombreuses Ecritures qui exposent leur tromperie. En conséquence, la présentation de leur faux "évangile" est envenimée par la fraude et la duperie.

 

La fraude peut être définie comme étant une falsification intentionnelle (ou une indifférence insouciante à la réalité) qui mire à tromper une personne en lui faisant croire à une déformation. Je suis conscient de cette définition à cause de ma formation en tant que avocat.

 

Je soupçonne que peu d'entre ces coupables de fraude dans la présentation de l'évangile déforment intentionnellement la vérité; la plupart font leurs fausses représentations dans l'indifférence insouciante à la vérité

 

Au Chapitre 1, j'ai fait remarquer que la rébellion initiale - nier sa Seigneurie sur tous ceux qui sont sauvés - a un rapport avec la personne de Jésus Christ. De même, la fraude principale perpétuée par les responsables d'églises a un rapport avec comment ils présentent Jésus à leurs troupeaux.  

 

L'insistance faite par l'église Chrétienne d’aujourd’hui semble reposer sur Jésus Christ en tant que Sauveur. Les invitations sur les estrades sont : "Accepte Jésus comme ton Sauveur et tu auras la vie éternelle!”  Une autre version dit : "si tu croies que Jésus est mort sur la croix pour tes péchés tu auras la vie éternelle." Ces déclarations sont-elles bibliquement vraies ?  

 

Nulle part dans l'Ecriture on dit ou suggère que croire en, acceptant, ou en recevant, Jésus comme Sauveur puisse nous sauver. C'est assez clair dans l'Ecriture que Jésus doit être notre Sauveur si nous voulons avoir la vie éternelle. La première déclaration de sa naissance expose : "un Sauveur vous est né" (Luc 2:11).  La culture chrétienne a nonchalamment adopté que puisque est Sauveur, il suffit seulement de l’accepter comme Sauveur.  

 

De même, ne nulle part dans l'Ecriture on nous dit ou nous suggère de croire en quelque chose que Jésus a faite pour avoir la vie éternelle. Quasiment, toutes les Ecritures qui parlent de salut nous exhortent à croire en lui – en la personne de Jésus (voir Jean 2:11, 3:15, 16,18, 6:40, 7:39, 8:30, Romains 4:24, 1 Pierre 1:8).

 

Si nous ne devons pas croire en, acceptant, ou en recevant, Jésus comme Sauveur (ou croire en quelque chose qu'il a fait) pour avoir la vie éternelle, alors que devons-nous faire ? Passons en revue quelques Ecritures que nous avons précédemment regardées pour répondre à cette question.

 

Qu’est-ce que Jésus a dit ? Jésus a dit ses disciples : "Vous m'appelez 'Maître' et" et Seigneur' ; et vous dites bien, car je le suis " (Jean 13:13). Jésus a dit :" c’est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés; car si vous ne croyez pas que je suis, vous mourrez dans vos péchés "(Jean 8:24). Il a décrit sa Seigneurie quand il a dit : "Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre" (Matthieu 28:18).

 

L'Ecriture déclare que nous devons croire et recevoir Jésus comme notre SEIGNEUR! Peut-être que l'Ecriture la plus populaire sur le salut est Romains 10:9 : "si tu confesses de ta bouche le ' Seigneur Jésus, ' et si tu croies dans ton coeur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé."

Tout comme, Paul a dit au geôlier Philippien :"Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé – toi et ta famille" (Actes 16:31). C'était le message de l’église primitive - l'église qui a persévéré même dans la persécution sans égale! Ils ont reçu Jésus comme Seigneur (Colossiens 2:6). Paul s'est exclamé : "Nous ne nous prêchons pas nous-mêmes, c’est Jésus le Seigneur que nous prêchons!" (2 Cor. 4:5). L’Écriture la plus convaincante est le résumé de Paul de son ministère : "annonçant aux juifs et aux grecs la repentance envers Dieu et la foi en notre Seigneur Jésus-Christ" (Actes 20:21). Il a dit la même chose aux Thessaloniciens, “Car Dieu ne nous a pas destinés à la colère, mais à l’acquisition du salut par notre Seigneur Jésus-Christ” (1 Thés. 5:9) et aux Romains : “Car le salaire du péché c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est a vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur” (Romains 6:23 –voir aussi Romains 5:21). 

 

Pierre a confirmé l’enseignement de Paul.  À la Pentecôte, il a prêché : "Alors quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé" (Actes 2:21). Et il a conclu son sermon par : "Dieu a fait Seigneur et Christ ce Jésus que vous avez crucifié" (Actes 2:36). Plus tard il enseigna : "Mais sanctifiez dans vos coeurs Christ le Seigneur" (1 Pierre 3:15).

 

Que signifie avoir Jésus pour Seigneur? Il doit être notre maître, notre Roi, notre souverain, celui qui a l'autorité totale Sur nos vies. Comme je l'ai expliqué à mon petit-fils : "Il doit être ton patron."  

 

Si nous écoutons ce qui est prêché dans la plupart de nos églises, nous déclarerions sûrement que le message principal est Jésus notre Sauveur. Est-ce le message principal de l'Ecriture ? Pas du tout. Dans le Nouveau Testament, Jésus est appelé Sauveur quinze (15) fois seulement Neuf (9) fois Dieu le Père est mentionné Sauveur. Jésus est mentionné Seigneur 618 fois. Il est significatif pour moi que les deux tiers – ou dix-huit – des livres du Nouveau Testament ne mentionnent pas le titre Sauveur. Deux des quatre Évangiles ne mentionnent le titre Sauveur, ni Romains, Colossiens, 1 et 2 Corinthiens, 1 et 2 Thessaloniciens, 1 Timothée, Galates, Philémon, Hébreux, Jacques, 1 Pierre, 2 et 3 Jean, Jude, ni l’Apocalypse.

 

La distinction entre les titres Sauveur et Seigneur est-elle importante ? Est-ce qu'il est important que nous croyions en Jésus comme notre Seigneur ? Notre réponse détermine si vraiment nous avons la vie éternelle. La preuve se trouve dans une Ecriture inhabituelle, où Paul a enseigné :   

 

“Car Christ est mort et il a vécu, afin de dominer sur les morts et sur les vivants” (Romains 14:9).  

 

Comment est-ce possible ? L'Ecriture n'enseigne-t-elle pas que Jésus est mort et ressuscité pour expier nos péchés, pour nous racheter, pour que nous soyons justifiés devant Dieu, pour que nous soyons réconciliés avec Dieu et présentés saints devant lui, irrépréhensibles et acquittés ? Bien sûr que oui. Romains 14:9 peut-il être rapproché à ces buts rédempteurs pour lesquels Jésus est mort et ressuscité ? Oui, tout en sachant que tous ces buts rédempteurs sont valables uniquement pour ceux qui croient Jésus comme Seigneur! Ce pourquoi Jésus est mort et ressuscité est pour qu’il soit Seigneur de tous, tout en sachant qu'il serait Sauveur uniquement de ceux pour qui le croient comme Seigneur.  

 

Le christianisme est souvent mentionné comme étant une relation, non pas une religion. La différence que fait la relation est aussi importante que celle qui résulte entre le fait de recevoir Jésus comme Sauveur et le recevoir comme Seigneur. S’il est notre Sauveur seulement, on sous-entend que la relation serait entre le Sauveur et le sauvé. Lorsque Jésus est notre Seigneur, la relation devient Seigneur-serviteur.   

 

Quelle relation le Nouveau Testament enseigne-t-il ? On nous enseigne à maintes reprises qu’un croyant est un serviteur, et même un esclave du Seigneur Jésus. L'Ecriture enseigne : "vous ne vous appartenez point à vous-mêmes car vous avez été achetés à un grand prix" (1 Cor. 6:19b-20). N'est pas cela la description d’un esclave – quelqu’un qui n'est pas libre, mais qui appartient à un maître ?

 

La Nouvelle Version américaine [New American Standard Version] définit correctement notre relation en tant que serviteurs à vie avec le Seigneur Jésus. Le serviteur à vie était un type spécial de serviteur qui après sept ans - quand il devait être mis en liberté – choisissait de rester avec son maître. Le processus de devenir un serviteur à vie est décrit dans Exode 21:5-6: “Si un serviteur dit : ‘ j’aime mon maître, ma femme et mes enfants, je ne veux pas sortir libre,’ alors son maître le conduira devant Dieu, et le fera approcher de la porte ou du poteau, et son maître lui percera l’oreille avec un poinçon, et l’esclave sera pour toujours à son service.” Celui-ci pourrait être un homme qui s'était volontairement vendu à l'esclavage pour rembourser une dette, et qui trouve sa condition d’esclave être mieux que sa condition antérieure, et qui choisit de rester avec son maître en tant que serviteur à vie. Le maître l'honorait souvent avec une boucle d'oreille en or qui symbolisait non statut spécial de serviteur à vie. 

 

Les conditions d'un serviteur à vie sont : (1) le volontariat, (2) être publiquement confessé, (3) pour l'amour à son maître, (4) esclave – renoncer à tout et (5) pour la vie. Ce sont les mêmes exigences pour ceux qui veulent suivre Jésus et le recevoir comme leur Seigneur.  

 

Les auteurs du Nouveau Testament sont déclarés serviteurs à vie: Paul (Romains 1:1), Jacques (Jacques 1:1), Pierre, (2 Pierre 1:1), Jude (Jude 1:1) et Jean (Apoc. 1:1). L'Ecriture déclare que tous les vrais croyants sont des serviteurs à vie : “Révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a donnée pour montrer à ses serviteurs à vie les choses qui doivent arriver bientôt, et qu’il a fait connaître, par l’envoi de son ange, à son serviteur à vie Jean” (Apocalypse 1:1 – italiques de la version américaine : NAS). 

 

Tout comme notre relation avec Jésus est radicalement différente lorsqu’il est notre Seigneur, telle est notre réponse à lui comme notre Seigneur.  Si Jésus était seulement notre Sauveur, alors notre réaction serait une expression de joie pour nous avoir sauvés de la colère de Dieu.  Lorsque Jésus est notre Seigneur et nous nous sommes ses serviteurs à vie, notre réaction principale serait de lui obéir dans l'amour.  

 

Passons en revue les Ecritures qui confirment que l'obéissance est notre réponse appropriée à notre Seigneur Jésus. 1 Jean 5:3 dit que l'amour pour Dieu se traduit par l’obéissance à ses commandements. Jésus a dit : "si vous m'aimez, vous garderez mes commandements" (Jean 14:15). L'auteur aux Hébreux a joint le salut à l'obéissance :"il (Jésus) est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l’auteur d’un salut éternel" (Hébreux 5:9). Jésus s'est attendu à l'obéissance de ses disciples. Il a demandé à ceux qui l’appelaient Seigneur, mais qui ne lui obéissaient pas : " Pourquoi m'appelez-vous, ' Seigneur, Seigneur!' et ne faites-vous pas ce que je dis ? "(Luc 6:46). Jésus a dit qu'il n'y a pas de salut sans obéissance :" Tous ceux qui m’appellent, ' Seigneur, Seigneur!' n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, seuls ceux qui font la volonté de mon Père qui est aux cieux " (Matthieu 7:21).  

 

En tant que ses serviteurs, l’obéissance est la réponse la plus naturelle, attendue de la part de notre Seigneur Jésus. C'est aussi l'évidence que Jésus est réellement notre Seigneur. Ça ne devrait pas nous étonner que Jésus ait exigé l'obéissance lors de ses dernières instructions à son église. Il a d'abord déclaré : "Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre" (Matthieu 28:18). Ensuite il a dit à ses disciples ce qu'ils devraient faire pendant son absence.  “Allez, faites de toutes les nations des disciples” (Matthieu 28:19).  Il leur a dit deux choses qu'ils devaient effectuer pour faire des disciples : "les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit" (Matthieu 28:19-20).  

 

Si j'étais dans la cour pénale poursuivant l'église pour sa fraude dans la présentation de l'Évangile, je crois que les leaders de beaucoup d'églises seraient reconnus coupables.  Est-ce que votre église et vous, présentez Jésus comme Seigneur? Est-ce que votre église et vous, précisez qu’il n’y a pas de salut à moins que Jésus ne soit reconnu Seigneur? Est-ce que votre église et vous, enseignez que l’obéissance aux commandements de Jésus est une évidence pour Dieu que Jésus est votre Seigneur? Enfin, est-ce que votre église et vous, obéissez au dernier commandement de Jésus d’enseigner aux nouveaux convertis d’observer tout ce que Jésus a prescrit?  

 

Ceux qui présentent le salut comme étant le simple fait d’accepter Jésus Sauveur, échouent presque invariablement - ou refusent – d’enseigner que l'obéissance aux enseignements et aux commandements de Jésus est indispensable pour le salut. Certains adhèrent à ces croyances parce qu’elles sont en vogue dans la culture chrétienne. Naturellement, les antinomiens et les partisans de l’inconditionnelle sécurité éternelle négligent et réfutent l'obéissance à la Loi de Christ parce qu'ils croient qu'ils ne sont pas sous la loi, mais sous la grâce, et que la conduite n'est pas nécessaire pour le salut.

 

Cette erreur ambiguë mène à un autre polémique sur le rôle du Saint-Esprit dans le salut.  

 

Il est convenablement montré que le Saint-Esprit habite dans tout vrai croyant. L'Ecriture enseigne qu'il est essentiel d'avoir le Saint-Esprit pour avoir le salut : “Si quelqu’un n’a pas l’esprit de Christ, il ne lui appartient pas” (Romains 8:9 Nous savons que nous devons appartenir à Christ pour être sauvés parce que Jésus a dit : "je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au Père que par moi " (Jean 14:6). Les vrais croyants ont été achetés à un grand prix - ils sont esclaves à vie du Seigneur Jésus. Ils lui appartiennent. Voir 1 Corinthiens 6:20 et 7:23.

 

Beaucoup de responsables d’églises croient apparemment que le Saint-Esprit entre automatiquement dans ceux qui "acceptent Jésus comme Sauveur". Mais, est-ce que l'Ecriture l’affirme ? 

 

Jésus nous a dit comment et dans quelles circonstances le Saint-Esprit est reçu: “Si vous m’aimez, gardez mes commandements. Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous — l’Ésprit de vérité” (Jean 14:15-17). La condition consiste en ce que nous devons nous engager à obéir à Jésus dans l'amour. Alors il demandera au Père de nous donner le Saint-Esprit. L'Ecriture corrobore cet enseignement dans Actes 5:32 où elle décrit Pierre défendant les disciples devant le Sanhédrin. Parlant du Saint-Esprit, Pierre a dit : “… le Saint-Esprit, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent.”   

 

Jésus a expliqué la relation qui résulte de l'obéissance à ses commandements :   

 

“Celui qui a mes commandements et celui qui les garde, c’est celui qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père, je l’aimerai et je me ferai connaître à lui” (Jean 14:21).  

 

Jésus lui répondit : “Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera ; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui. Celui qui ne m’aime pas ne garde point mes paroles. Et la parole que vous entendez n’est pas de moi, mais du Père qui m’a envoyé” (Jean 14:22-23).  

 

C'est ceux qui aiment Jésus et obéissent à ses commandements qui sont aimés par Dieu le Père et Jésus. Jésus et le Père viendront et feront leur demeure avec ceux qui aiment et obéissent à Jésus.   

 

Ceux qui n’ont pas appris à croire et à recevoir Jésus comme leur Seigneur, n’ont pas appris à lui obéir. Ceux qui ne s'engagent pas à obéir à Jésus ne recevront pas le Saint-Esprit. Ceux qui ne reçoivent pas le Saint-Esprit n'appartiennent pas au Seigneur Jésus. Ainsi, l’initiale présentation frauduleuse de l'Évangile – dire que Jésus ne doit pas être Seigneur - a mené à trois raisons différentes qui feront à ce que les gens loupent le salut.

 

Considérez de nouveau la terrible mise en garde de Jésus : “Plusieurs me diront en ce jour-là : ‘Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom? Et n’avons-nous pas chassé des démons par ton nom? Et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ?’ Alors je leur dirai ouvertement: ‘Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité! [Impies!]’” (Matthieu 7:22-23). Qui sont ces gens que Jésus n’a jamais connus? C’est ceux-là qui ne l'avaient pas reçu comme Seigneur, et ne lui avaient pas obéi, ils n'avaient pas reçu le Saint-Esprit. N’avaient-ils pas prophétisé par son nom, chassé des démons et opéraient beaucoup de miracles par son nom ? Oui, en effet. Ça fait partie de la grande tromperie dans laquelle patauge même l'église d’aujourd’hui. Jésus n’a-t-il pas averti que : “Car il s’élèvera de faux christs et de faux prophètes ; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire — s’il était possible, mêmes les élus.” (Matthieu 24:24). Ils tromperont beaucoup par ces choses dans le nom de Jésus. 

 

Une église qui manque de l'enseignement sur l'obéissance et qui n'est pas équipée du Saint-Esprit a été illusionnée par une représentation frauduleuse de l'Évangile. C’est une partie de la culture Chrétienne que j'appelle religiosité. Elle manque de la puissance et le discernement. Elle est tiède; ses membres sont à peine distinguables du reste du monde et elle met probablement en péril sa croyance fondamentale. En fin de compte, elle pourrait mettre en doute l'infaillibilité de l'Ecriture, la déité de Jésus et la véracité de la résurrection Peut-être qu’elle permet ouvertement le péché dans l'église et sur l’estrade en admettant l'adultère, la fornication, les homosexuels et en ordonnant des pasteurs homosexuels. De telles églises pourraient aussi courir après les diverses manifestations de l'Esprit, sans pouvoir discerner si elles viennent du Saint-Esprit, ou pas. 

 

Comment cela décrit-il tout à fait certaines de nos églises aujourd'hui ? Je crains que beaucoup de nos églises ne soient de la pure religion. Ils ne sont pas fermement ancrés sur le rocher invariable, et immobile - le Seigneur Jésus et ses paroles.   

 

Dans la cour pénale, la fraude est passible de jugement. Les contrats peuvent être résiliés lorsque la fraude a eu lieu pour inciter l’autre partie à passer faire le contrat. Les responsables d’églises font des représentations frauduleuses qui incitent les gens à prendre des décisions qui changeront leurs vies.  Ces décisions ont des ramifications d'une grande portée. Ceux qui croient et acceptent ces représentations frauduleuses sont probablement assurés qu'ils ont fait tout le nécessaire pour gagner la vie éternelle. Ils donneront de l'argent à leur église et y accompliront souvent certaines tâches. Ils prennent le temps, d’une manière sacrificielle, des autres activités. Puisqu’ils sont incités à prendre des décisions basées sur la fraude, le résultat cause souvent des dégâts irréparables. Non seulement ces personnes n’ont pas la foi qui sauve, ou le salut, ils se désillusionnent et ne veulent point s’engager à obéir au Seigneur Jésus.  

 

Il y a des années que j'ai soupçonné qu'une des preuves incontestables de fraude dans la présentation de l'évangile est le haut pourcentage des gens qui désertent l'église aussitôt après "l’engagement."

 

Rayon comfort : La Voie du Seigneur [The Way of the Master (Brige-logos)] a confirmé mes soupçons. Rayon a cité la statistique d'une dénomination majeure aux Etats-Unis qui a révélé qu'en 1990 elle avait obtenu 294,784 décisions pour Christ. Pourtant, en 1991, il n’en restait que 14,337 dans les fraternités Chrétienne. 280,447 décisions n’ont pas pu être maintenues. Le leadership n'a pas pu en trouver la cause, mais il sut que "Quelque chose ne tournait pas rond!" La tendance s’est accrue. En août 1996, une large dénomination américaine a révélé qu’en 1995 elle a pu avoir 384,057 décisions, mais n’en a conservé que 22,983 seulement. Elle n’a pas pu gardé 361,074 conversions. Ray parle d'une autre croisade où 600 décisions ont été obtenues, avec sans doute beaucoup de réjouissance. Mais 90 jours plus tard, les ouvriers chargés du suivi ne purent trouver aucune personne qui aurait continué dans la foi. En 1991 à Cleveland, l'Ohio, 400 décisions ont été obtenues dans une campagne d’évangélisation, mais de nouveau, pas une seule personne qui put continuer dans la foi.

 

Le rayon a cité Charles E. Hackett, Directeur national de la Division de Missions Domestiques pour les Assemblées de Dieu aux Etats-Unis : "Une âme à l'autel ne produit pas d'excitation dans certains milieux parce que nous comprenons que environ 95 pour cent de ceux qui courent vers l’estrade pour se repentir ne sont pas intégrés dans l'église. En fait, ils ne reviennent même pas à l’église."

 

Ce phénomène n'est pas unique aux Etats-Unis seulement. Selon Ray, un pasteur en Rocher, Colorado, a envoyé une équipe en Russie en 1991 et a garanti 2,500 décisions. L'année suivante, ils ont trouvé seulement 30 qui ont pu persévéré dans leur foi. Dans Leeds, en Angleterre, un orateur venant des Etats-Unis a conduit 400 décisions dans une église locale. Cependant, six semaines plus tard deux seulement continuaient dans la foi, et se sont en fin de compte dissipés.  Un pasteur qui a voyagé en Inde chaque année depuis 1980 a dit à Ray qu'il a vu 80,000 cartes de décision empilées dans une hutte dans la ville de Rajamundry, comme " résultat" de croisades d’évangélisations passées. Mais il a affirmait que l'on serait chanceux de trouver même 80 Chrétiens dans la ville entière. Ça fait 1/10 de 1 pourcent.

 

Ray a aussi cité la statistique de l'Institut de recherches de Barna qui a indiqué que 62 pour cent des Américains se disent avoir une relation de marque avec Jésus-Christ. Cependant, un Sondage de Gallup, fait autour de la même période, a révélé quelque chose d'intéressant sur un groupe spécial de 6-10 pour cent des Américains qui se disent Chrétiens. M. Gallup a dit d'eux :

 

"Ce peuple est une race à part ... ils tolèrent les gens de issus de contextes différents. Ils sont impliqués dans des activités charitables. Ils sont impliqués dans le Christianisme pratique. Ils sont absolument dévoués à la prière. "  

 

Neil Anderson dans Destructeur de l’Esclavage [Bondage Breaker], page 107, expose une statistique similaire, disant : "c'est mon observation que pas plus que 15 pour cent de la communauté Chrétienne évangélique sont complètement libres de l'esclavage de Satan." Quoique Neil parle généreusement du reste comme des Chrétiens, sa description donne les mêmes traits caractéristiques que ceux qui sont décrits dans Galates, Éphésiens et l’Apocalypse dont (l'Ecriture dit) qu’ils n'ont pas d’héritage dans le Royaume des cieux.

 

L'accent de Rayon Comfort est mis sur le fait que nous ne disons pas la vérité - fraude et tromperie – lorsque nous conduisons les gens à Christ. En conséquence, la semence est jetée sur le sol pierreux et quoique reçue avec joie, le nouveau converti tombe lorsque survient une affliction et ou une persécution.  

 

Avant que nous ne voyions la duperie dans la présentation de l'Évangile, regardons d’abord l'exemple suivant sur la fraude qui mène souvent à la duperie dont nous examinerons dans le chapitre suivant.

 

Le salut est un don. Romains 6:23: “Car le salaire du péché est la mort, mais le don de Dieu est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur.”  (Voir aussi Ephésiens 2:8-10). La fraude réside en la manière dont ce fruit est décrit.  Les pasteurs, enseignents, ou évangélistes disent souvent : “la salut est un don GRATUIT! Il ne coûte absolument rien!”

 

Est-ce gratuit? Combien coûte-t-il ? Ainsi, l’on doit savoir si l’on est enclin à payer ce prix, ou pas. Jésus déclare que quiconque veut le suivre devra d'avance calculer le coût. Autrement, il pourra échouer à finir et se faire railler. Voir Luc 14:28-30.

 

Peut-être que vous vous grattez la tête en disant : "je croyais que le salut est gratuit parce que Jésus a payé le prix du Calvaire.”  Tout comme la plupart de fraude et duperie, cette réponse est vraie en partie. Le salut n'est pas gratuit, mais Jésus a payé le prix entier pour le pardon de nos péchés. Jésus a permis que nous soyons sauvés en faisant couler son sang et en mourant pour nous. Son sang nous a permis d’avoir le pardon de nos péchés; par sa mort, il a expié nos péchés et nous a réconciliés avec Dieu.  C'est un don donné par la grâce avant que nous puissions le demander. Néanmoins, il est parfois convenable de dire : "le Salut est un don le plus cher que vous ayez jamais reçu. Il coûte tout ce que vous avez!"

 

Le coût du salut ne peut gagner le salut ou le pardon de nos péchés. Il n'y a rien que nous puissions donner ou faire pour gagner notre salut. Mais Jésus nous a parlé des coûts (conditions) nécessaires pour pouvoir recevoir le don de salut et la vie éternelle. Certains les appellent "conditions à remplir" pour recevoir la vie éternelle. Je les appelle  parfois "les questions de salut."

 

Permettez-moi d’illustrer ces conditions de cette façon. Supposons que vous avez acheté une nouvelle voiture il y a quelques mois et le négociant vous a envoyé un avis disant que tous les acheteurs de la voiture de ce modèle et année chez lui ont droit à une vidange d'huile gratuite. C'est une offre d'une vidange d'huile donnée à un groupe de personnes limité - ceux qui remplissent les conditions. Les conditions sont : avoir acheté la voiture de ce modèle et année chez ce négociant. Si vous allez chez ce négociant demander une vidange d'huile, alors que vous n'avez pas la marque et l’année correcte, vous ne recevrez pas ce don. Si l’année de votre voiture est plus vieille que l'année indiquée, vous n'obtiendrez pas la vidange d'huile. Si vous avez acheté la voiture du modèle et de l’année correcte chez un autre négociant, vous n'obtiendrez pas la vidange d'huile. Vous devez remplir toutes les conditions. Si vous les remplissez, la vidange d'huile ne vous coûtera rien. C'est gratuit pour ceux qui remplissent les conditions.

 

De même, le don gratuit de salut de Dieu est disponible à tous ceux qui remplissent les conditions.

 

 

Voyons maintenant les conditions (coûts) nécessaires pour gagner le salut. Évaluons si ceux qui le cherchent- les gens

qui veulent devenir disciples du Seigneur Jésus – devraient

Connaître ces conditions avant de prendre la décision de suivre Jésus. Toutes ces conditions se trouvent dans les enseignements et les commandements de Jésus. Vous et moi, pouvons remplir toutes ces conditions en obéissant aux enseignements et aux commandements de Jésus.
Chapitre 8

 

 

UN AUTRE FILS DE L’ANTINOMIE

 

TROMPERIE DANS LA PRÉSENTATION
DE L'ÉVANGILE

 

 

Distinguons la tromperie de la fraude. La fraude implique l’acte de faire croire à une personne, souvent à son détriment, une chose qui n’est pas vraie. La tromperie est une omission d'un fait substantiel dans l'intention d’entraîner une personne à agir à son détriment. Dans les deux cas, il s’agit de l’indifférence insouciante à la vérité. La vérité est apparente de la parole de Dieu, comme nous le voyons ici. Quand "un autre évangile", différent de la parole de Dieu, est présenté, il s’agit de la fraude car c’est la présentation d’une chose qui n’est pas réelle, ou de la tromperie car c'est l'omission des faits substantiels qui entraîne une personne à agir à son détriment. L’Antinomie et l’inconditionnelle sécurité éternelle impliquent c’est de la fraude et la tromperie.

 

La combinaison de la fraude et la tromperie est la raison probable qui fait à ce que 95 % ou plus des "décisions" se dissipent très rapidement. Ni plus, ni moins, la fraude et la tromperie dans la présentation de l'Évangile coûtent le salut de milliers.  Sciemment, ou inconsciemment, beaucoup de pasteurs et ou enseignants sont dans la rébellion contre le Seigneur Jésus et sa parole. Intentionnellement ou pas, ils courent après les enseignements de l'homme plutôt que les enseignements et les commandements du Seigneur Jésus. Ils suivent et perpétuent des fausses doctrines. Ce chapitre traitera de la rébellion à travers la tromperie.

 

 

Prenons un exemple pratique pour comprendre la tromperie. Supposons que vous alliez acheter une voiture d'occasion et que la loi exige que le vendeur dise aux acheteurs éventuels tout ce qui cloche dans la voiture – surtout les choses que l'on ne peut pas voir d’emblée. Supposons que, lors des enchères, vous trouviez la voiture de votre choix et à un prix raisonnable. Le vendeur vous fait voir la voiture,  mais il ne vous dit rien des défauts de la voiture. Vous l'achetez.   

 

Tristement, quelques jours après, vous remarquez que les freins sont foutus. La garagiste vous dit qu'ils sont mal placés. Peu après, l'échappement commence dégager la fumée. La nouvelle vérification montre que le moteur a été endommagé et nécessite une révision complète. Ensuite, la transmission commence à péter. La réparation, coûteuse.

 

Qu'est-ce qui s’est passé ? Le vendeur a-t-il commis la fraude par son mensonge ? Non, le problème réside à ce qu'il n'a pas dit – c’est la tromperie. Il n'a pas exposé les défauts qu'il savait (ou devrait faire connaître) sur la voiture bien que la loi ait exigé qu'il vous les dévoile. Cela vous donne le droit de porter plainte d’annuler la transaction et de récupérer votre argent.

 

Comment cet exemple s'applique-t-il à la présentation de l'Évangile à un incroyant ? Jésus nous a dit que nous devrions dire à l’incroyant le coût de suivre Jésus et les conséquences d’une telle décision. Jésus a utilisé une parabole pour dire que tout incroyant doit avoir des renseignements suffisants – sur le coût - avant de prendre la décision de suivre Jésus : 

 

“Car, lequel de vous s’il veut bâtir une tout ne s’assied d’abord pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi la terminer, de peur qu’après avoir posé les fondements, il ne puisse l’achever, et que tous ceux qui le verront ne se mettent à le railler, en disant : ‘Cet homme a commencé à bâtir, et il n’a pas pu achever’” (Luc 14:28-30).

 

Les statistiques montrent que 95 % de ceux qui prennent la décision de suivre Jésus-Christ ne sont pas disposés ou capables d’aller jusqu’au bout. Pourquoi ? L’une des raisons pourrait être que lorsque vous êtes assurés qu'il n'y a aucun prix à payer- le salut est une prime, et que vous trouviez qu’il y a un grand prix à payer, vous déduisez immédiatement que vous avez été trompés. Ou, lorsque vous avez été assurés qu'après avoir pris cette décision, vous seriez sauvés pour toujours et vous ne péririez point, pourquoi vous donneriez-vous la peine de continuer aller dans l'église ? Vous avez déjà votre gilet de sauvetage pour la vie d'outre-tombe.

 

Il y a un prix à payer pour suivre Jésus. Ce "prix" pourrait aussi être appelé "condition" ou "qualification" - quelque chose que nous devons faire pour notre qualification au salut. Bien que j'utilise ces termes de façon interchangeable, ils signifient la même. Ce chapitre récitera beaucoup de conditions que nous devons remplir en vue de nous qualifier pour le salut. 

 

L'église use-t-elle de la tromperie lorsqu’elle invite les gens à suivre Jésus ? Répondez après avoir passé en revue les  prix, les conditions, ou qualifications que Jésus a exposés.  

 

La première et la mieux connue condition se trouve dans Jean 3:16 :  

 

Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il est la vie éternelle.

 

Ce verset dit-il que tout le monde sera sauvé ?  Non. La promesse (et la condition) est : "quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle." Et ceux qui ne croient pas ? Jésus continue, “Celui qui croit en lui n’est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu” (Jean 3:18). Jésus le confirme dans Jean 3:36 : “Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui.” 

 

Vous comprenez maintenant ce que "se qualifier" signifie. Le don de la vie éternelle est disponible à tous. En vue de se qualifier pour la vie éternelle, il faut "croire en Jésus" – avoir une foi qui sauve. C'est à ce niveau précis que certaines églises tombent dans la tromperie. Elles ne parviennent pas à expliquer convenablement ce qu'on doit faire pour avoir la foi qui sauve. Ils échouent même à expliquer ce que signifie vraiment croire en Jésus. Vous pouvez  Vous pouvez trouver une explication plus profonde à ce sujet sur www.bereanpublishers.com | Livre : La Foi qui Sauve| Chapitre 1 : Croire en Lui  [Book: Saving Faith | Chapter 1: Believe in Him.]

 

La fois est souvent définie dans concept unidimensionnel, comme si le consentement mental suffisait. La foi qui sauve, comme défini dans l'Ecriture par Jésus, ressemble à un diamant à facettes multiples. À distance, le diamant semble être une seule unité, tout comme la foi; Cependant, en l'examinant de tout près, nous voyons ses diverses facettes - chacune reflétant une lumière brillante, tout comme le sont les divers éléments de la foi qui sauve. 

 

Appuyons-nous sur la loi pour illustrer la diversité des composants de la loi. La définition du cambriolage dans le Droit coutumier est le fait d’entrer dans une résidence pendant la nuit dans l’intention de commettre un crime. Toutes ces conditions doivent être réunies pour qu’un cambriolage ait lieu. S'il n'est pas commis pendant la nuit, il ne s’agit pas d’un cambriolage. Si ce n'est pas une maison résidence, il ne s’agit pas d’un cambriolage.

Si on n’a pas forcé la porte, le cambriolage n’a pas eu lieu. Si ce n'est pas dans l’intention de commettre un crime, on ne peut pas parler du cambriolage. Chaque élément doit être prouvé.  

 

De même, si un des éléments essentiels de la foi qui sauve manque, il n’est plus question de la foi qui sauve et celui prétend l’avoir n’aura pas la vie éternelle. Si nous ne comprenons pas que la foi qui sauve est composée d’éléments multiples, nous la déformerons et pratiquons la tromperie dans la présentation de l'Évangile. Les éléments essentiels de la foi qui sauve peuvent facilement être reconnus car ce sont les choses dont Jésus a dit que sans quoi on ne peut pas être sauvé. Les conditions de salut sont illustrées par: sinon vous ne pouvez être mes disciples, vous n'entrerez point dans le royaume des cieux, vos péchés ne seront pas pardonnés, il aura honte de vous devant le Père, vous serez jetés dans le feu qui brûle et vous aurez cru en vain.

 

Docteur John R. Armstrong a écrit : "Sûrement, voici la note qui manque dans presque toutes les prédications évangéliques de notre temps. Nous avons traité la foi comme un consentement, une décision, ou une simple reconnaissance. Mais la foi, par définition, est équivalente à l'obéissance." 

 

L'obéissance est l'élément le plus important de la foi qui sauve. C'est l’élément qui inclut d’autres sous éléments. Nous le voyons dans la déclaration de Jésus dans Matthieu 7:21: 

 

 “Ceux qui me disent : ‘Seigneur, Seigneur!’ n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux” (Matthieu 7:21).

 

Celui-là seul qui obéit – qui fait  “la volonté de mon Père” – entrera dans le royaume des cieux. Ainsi nous voyons que l'obéissance à la volonté de Dieu est cruciale pour la foi qui sauve. Sans elle vous ne pouvez pas être sauvés ou aller au ciel. L'auteur aux Hébreux a fait le même point : "il [Jésus] est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l’auteur d’un salut  éternel" (Hébreux 5:9).

 

Jésus a dit que tout ce qu’il a fait et dit de son vivant sur la terre était ce que son Père lui avait prescrit de dire et de faire (Jean 8:28, 12:49-50, 14:10, 14:24 et 14:31). Ainsi, tout ce que Jésus a fait et dit était la volonté de Dieu. Est-ce étonnant qu’il soit devenu l’auteur du salut pour tous ceux qui lui obéissent ? Ou qu’il ait conclu sa grande commission en commandant  aux nouveaux disciples d’enseigner l’obéissance à tous ses commandements? (Matthieu 28:20).

 

L'obéissance aux enseignements et aux commandements de Jésus est nécessaire pour le salut. Vous comprendrez immédiatement que l'obéissance à ces éléments de la foi qui sauve est incompatible avec les fausses doctrines de l'antinomie et de l’inconditionnelle sécurité éternelle. Chaque élément constitue un enseignement ou un commandement de Jésus – portion "de la loi de Christ." Ces fausses doctrines expriment que l’obéissance à n'importe quelle loi soit-elle n'est pas obligatoire pour obtenir le salut; elles profèrent que le salut est exclusivement basé sur ce que l’on croit, et que la conduite importe peu.  

 

Nous passerons maintenant en revue les éléments de la foi qui sauve que nous tirons des enseignements et commandements de Jésus. Contrairement aux enseignements de l'antinomie et de l’inconditionnelle sécurité éternelle, vous verrez que commandement  après commandement, il déclare que vous n'aurez pas de salut (ou n'entrerez pas dans le royaume des cieux) si vous ne faites pas ce qu'il dit. Maintenant vous pouvez comprendre qu’il existe un grand abîme entre le salut biblique et le faux salut, imaginaire, présenté par les antinomiens et les défenseurs de l’inconditionnelle sécurité éternelle.

 

Je commence chaque commandement par : "Jésus dit" pour renforcer dans votre esprit que chacun de ces enseignements et commandements vient directement de Jésus, et de Dieu par conséquent. Je insiste également sur l'importance d'enseignement l’obéissance aux enseignements et commandements de Jésus, tel qu’il nous a prescrit.

 

Nous devons nous repentir. Jésus dit : “Mais si vous ne vous repentez, vous périrez tous également” (Luc 13:3, 5). Le premier commandements de Jésus était : “Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche” (Matthieu 4:17).  Il est certain que Jésus n’était pas en train de parler de la mort physique (car tous ses auditeurs y passeraient un jour). Sa mise en garde consistait en la perdition spirituelle de ceux qui ne se repentissent pas.

      

Nous devons être nés de nouveau. Jésus dit à Nicodème : “En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu” (Jean 3:3). Sont nés de nouveau, ceux qui ont la foi qui sauve. La foi qui sauve (et la nouvelle naissance) incluent l’engagement à obéir aux commandements de Jésus (Jean 14:15-17). Peut-on entrer dans le royaume des cieux sans naître de nouveau? Non. Jésus l’a appelé l’exigence absolue. 

      

Nous devons être plus justes que les PharisiensJésus dit: “Je vous le dis, si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux” (Matthieu 5:20). À propos des Pharisiens et des scribes, Jésus a dit : “Ne faites pas ce qu’ils font, car ils n’observent pas ce qu’ils enseignent.” En tant que disciples de Jésus, nous devons pratiquer, non pas écouter seulement. Tout comme Jacques l’a dit: “ Mettez en pratique la parole, et ne vous bornez pas à l’écouter, en vous trompant vous-mêmes par des faux raisonnements. Faites ce qu’elle dit” (Jacques 1:22).

       

Ne commettons pas l’iniquité. Jésus dit : “Le Fils de l’homme enverra ses anges, qui arracheront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l’iniquité.” Voir Matthieu 13:41-43.

       

Ne soyons pas méchants. Jésus dit : “Il en sera de même à la fin du monde.  Les anges viendront séparer les méchants d’avec les justes, et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.” Voir Matthieu 13:47-50.

      

Nous devons pardonner.  Jésus dit : “Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses” (Matthieu 6:14-15). Jésus l’a illustré par une parabole dans Matthieu 18:21-35. Le roi qui avait remis une dette énorme à son serviteur mais qui la rétablit lorsqu’il apprit que celui-ci a refusé de pardonner à un autre serviteur. Jésus dit: “Et son maître irrité le livra aux bourreaux, jusqu’à ce qu’il eût payé tout ce qu’il devait” (Matthieu 18:34).  La partie effrayante de l'histoire se trouve dans le verset suivant. Jésus dit: C’est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son coeur” (Matthieu 18:35). Ceux qui refusent de pardonner recevront le châtiment des incroyants – les affres de l'enfer - parce que personne n’est capable de payer la dette de ses propres péchés.  

      

Nous devons aimer Jésus plus que toute autre personne, même nos propres vies. Jésus dit : “Si quelqu’un vient à moi, et s’il ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et ses soeurs—et même sa propre vie—il ne peut être mon disciple” (Luc 14:26). L’ordre que nous avons reçu est de "faire de toutes les nations des disciples" (Matthieu 28:19). Évidemment personne ne peut suggérer que nous soyons sauvés si nous ne sommes pas disciples de Jésus. 

     

Nous devons renoncer à nous-mêmes, prendre notre croix et suivre Jésus. Jésus dit : “Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive” (Matthieu 16:24).  Si nous ne suivons pas Jésus nous ne pouvons pas avoir la vie éternelle.

      

Nous ne devons pas déshonorer ou renier Jésus.  Jésus dit : “C’est pourquoi, quiconque me confessera devant les hommes, je le confesserai aussi devant mon Père qui est dans les cieux. Mais quiconque me reniera devant les hommes, je le renierai aussi devant mon Père qui est dans les cieux” (Matthieu 10:32-33). 

      

Nous devons persévérer dans la foi. Jésus avertit : “Vous serez haïs de tous, à cause de mon nom ; mais celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé” (Matthieu 10:22). Paul a confirmé ce fait:" Je vous rappelle, frères, l’Évangile que je vous ai annoncé, que vous avez reçu, dans lequel vous avez persévéré.  Et par lequel vous êtes sauvés, si vous le retenez tel que je vous l’ai annoncé ; autrement vous auriez cru en vain” (1 Corinthiens 15:1-2).

      

Nous devons porter du fruit. Jésus avertit: “Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il [Dieu] le retranche, et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde, afin qu’il porte encore plus de fruit” (Jean 15:2). Le sarment a été retranché de Jésus pour ne pas porter de fruit.

      

Nous devons demeurer en Jésus. Jésus dit, “Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche, puis on ramasse les sarments et on les jette au feu, et ils brûlent” (Jean 15:6). Nous devons rester en Jésus pour être sauvés.

 

Nous devons être humbles comme des petits enfants. Jésus dit: “Je vous le dis en vérité, quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un petit enfant n’y entrera point” (Luc 18:17).”  Voir aussi Matthieu 18:3 : “… si vous ne vous convertissez pas et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux.”

 

Nous devons faire la volonté de Dieu. Jésus dit: Ceux qui me disent : ‘Seigneur, Seigneur!’ n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux.” Cette instruction inclut tout que Jésus a enseigné et a prescrit.   Tout ce que Jésus a dit est de la volonté de Dieu.

 

Nous ne devons pas scandalisait aucun de ses petits. Jésus dit : “Mais si quelqu’un scandalisait un des petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu’on suspendît à son cou une meule de moulin, et qu’on le jetât au fond de la mer. Malheur au monde à cause des scandales! Car il est nécessaire qu’il arrive des scandales ; mais malheur à l’homme par qui le scandale arrive!” (Matthieu 18:6-7).

 

Nous ne devons pas demeurer dans le péché. Jésus dit : “Si ta main ou ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-les et jette-les loin de toi ;mieux vaut pour toi, entrer dans la vie boiteux ou manchot, que d’avoir deux pieds ou deux mains et d’être jeté dans le feu éternel. Et si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi ; mieux vaut pour toi entrer dans la vie, n’ayant qu’un œil, que d’avoir deux yeux et d’être jeté dans le feu de la géhenne” (Matthieu 18:8-9). Jésus condamne la conduite pécheresse.

 

Ne commettons point d’adultère. Jésus dit : “Vous avez appris qu’il a été dit : ‘Vous ne commettrez point d’adultère.’ Mais, moi je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son coeur” (Matthieu 5:27-28).   Les Juifs savaient que tous les adultères seront condamnés - ils les lapidaient à la mort. C'est Paul qui a établi d’une manière spécifique le rapport entre l'adultère et la condamnation de Dieu : “Ne vous y trompez pas: ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n’hériteront le royaume de Dieu” (1 Corinthiens 6:9-10). Ça ne parle que de la conduite.

 

Nous ne devons pas divorcer, sauf pour cause d'infidélité matrimoniale. Jésus dit : “Mais moi je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour cause d’infidélité, l’expose à devenir adultère, et que celui qui épouse une femme répudiée commet un adultère” (Matthieu 5:31-32). 

 

Nous ne devons pas nous remarier si nous avons divorcé à tort. Jésus dit : “Je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour infidélité, et qui en épouse une autre, commet un adultère” (Matthieu 19:9).

 

Nous ne devons pas être des scélérats (des impies).  Jésus dit : “Plusieurs me diront : ‘Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom? N’avons-nous pas chassé des démons par ton nom? Et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom?’ Alors, je leur dirai ouvertement : ‘Je ne vous ai jamais connus, vous qui commettez l’iniquité!’” (Matthieu 7:22-23). Le mot “scélérats” peut être traduit comme antinomiens ou déloyaux – ceux qui sont en rébellion contre Jésus et sa parole.

 

Nous ne devons pas négliger les paroles que nous proférons. Jésus dit : Nous ne devons pas dire n’importe quoi. Jésus dit : "je vous le dis en vérité, que chacun rendra compte au jour du Jugement dernier de chacune de ses paroles qu’il aura prononcées. Car par vos paroles vous serez acquittés et par vos paroles vous serez condamnés." La conduite toujours.

 

Nous ne devons pas vouloir sauver notre vie. Jésus dit : “ Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la trouvera” (Matthieu 16:25).

 

Nous devons le faire selon de Dieu. L'invité ne portait pas de vêtements de noces. Jésus dit : “Alors le roi dit aux serviteurs : ‘ Liez-lui les pieds et les mains, et jetez-lui dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents’” (Matthieu 22:13).  Évidemment, la conduite appropriée - les vêtements de noces - était exigée, tout comme l'obéissance aux enseignements et aux commandements de Jésus - la Loi de Christ - est exigée de ceux qui seront sauvés. Néanmoins, les antinomiens et les défenseurs de l’inconditionnelle sécurité éternelle enseignent autrement - la conduite importe peu.

 

 

Nous devons être des serviteurs fidèles. Jésus parle d'abord du serviteur fidèle qui a été récompensé par son maître. Ensuite, Il dit : “Mais si c’est un méchant serviteur, qui dise en lui-même : ‘Mon maître tarde à venir,’ s’il se met à battre ses compagnons, s’il mange et boit avec les ivrognes, le maître de ce serviteur viendra le jour où il ne s’y attend pas et à l’heure qu’il ne connaît pas, il le mettra en pièces, et lui donnera sa part avec les hypocrites : c’est là qu’il y aura des pleurs et des grincements de dents.” Voir Matthieu 24:45-51 Dans cette parabole, le maître ne s’intéresse à ce que le serviteur a cru. Il regarde ce que le serviteur a fait. Le maître avait donné une responsabilité à son serviteur. L’un a été fidèle; l’autre non. Il y avait des règles et commandements que ce serviteur devrait suivre. Le méchant serviteur n’a pas pu les suivre. Sa conduite l’a rendu coupable

 

Nous devons être prêts pour le retour du Seigneur. Dans la parabole des dix vierges que Jésus a donnée, certaines avaient de l'huile supplémentaire pour leurs lampes; et d'autres n'en avaient pas.  Quand l’époux survint, celles qui avaient assez d'huile pour leurs lampes furent entrées avec lui tandis que les autres étaient partis en acheter. Jésus dit : “Plus tard, les autres vierges vinrent, et dirent : ‘Seigneur, Seigneur, ouvre-nous. Mais il répondit : ‘Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas.’ Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l’heure.” Voir Matthieu 25:10-13.

 

Nous devons faire bon usage de nos talents. Dans la parabole des talents, le maître a donné les talents de valeurs différentes à ses trois serviteurs. Quand il est retourné, deux avaient doublé la valeur des talents qui leur avaient été donnés; l'autre avait caché son talent et l'a rendu à son maître. Jésus dit : “… jetez-le dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents” (Voir Matthieu 25:26-30).  C’est de la conduite toujours. Le serviteur condamné n'a pas su que sa conduite importait beaucoup.

 

Nous serons jugés selon nos actes. Ça émane de la parabole de Jésus sur les brebis et les boucs. Jésus séparera les brebis des chèvres, et mettra les brebis à sa droite, les boucs à sa gauche. Il loue les brebis pour avoir secouru ceux qui étaient ses frères. Jésus continue : “Ensuite il dira à ceux qui seront à sa gauche : ‘Retirez-vous de moi, maudits ; allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges. Car j’ai eu faim, et vous ne m’avez donné à manger ; j’ai eu soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ; j’étais étranger, et vous ne m’avez pas recueilli ; j’étais nu, et vous ne m’avez pas vêtu ; j’étais malade, et vous ne m’avez pas visité.’... “Et ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle.” Voir Matthieu 25:41-43, 46.

 

Cette parabole est un poignard dans le coeur des antinomiens et des adhérents de l’inconditionnelle sécurité éternelle. Tandis qu'ils publient que la conduite importe peu, cette parabole ne parle que de la conduite.  La conduite est primordiale! Tragiquement, ceux qui disent que la conduite importe peu seront parmi les boucs qui : “iront au châtiment éternel.”

 

Nous ne devons pas avoir honte de Jésus ou de ses paroles.  Jésus a dit : “Car, quiconque aura honte de moi et de mes paroles au milieu de cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l’homme aura aussi honte de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père, avec les saints anges” (Marc 8:38).  Il n'y aura aucun salut pour ceux qui ont eu honte de Jésus. Et ceux qui ne prêchent pas Jésus comme Seigneur parce qu'ils craignent d’éventuelles oppositions? Ont-ils honte de lui? Et ceux qui nient ou n’enseignent pas les commandements de Jésus, tel que prescrits par lui ? Ont-ils honte de Jésus et de ses paroles ?

 

Nous devons croire. Jésus a dit : “Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné” (Marc 16:15-16). Jésus s'est-il attendu à trouver la foi sur la terre à son retour? Jésus a demandé : “Quand le Fils de l’homme viendra, trouveras-t-il la foi sur la terre?” (Luc 18:8). "Croire" est un verbe tandis que "la foi" est un nom. Ici, "croire" est aussi large que les multiples facettes de la foi qui sauve, avec tous ses éléments.

 

Nous ne devons pas chercher à être trop confortables. Jésus a dit : “Mais malheur à vous riches, car vous avez votre consolation. Malheur à vous qui êtes rassasiés, car vous aurez faim. Malheur à vous qui riez maintenant car vous serez dans le deuil et dans les larmes! Malheur lorsque tous les hommes diront du bien de vous, car c’est ainsi qu’agissaient leurs pères à l’égard des faux prophètes” (Luc 6:24-26).  Jésus ne nous a pas appelés à un style de vie confortable, mais à un service et au sacrifice.

 

Nous devons obéir à Jésus comme au Seigneur. Jésus demande : "Pourquoi m'appelez-vous, 'Seigneur, Seigneur,' et ne faites-vous pas ce que je dis ?" (Luc 6:46). Évidemment Jésus s'attend à notre obéissance. Nous comprenons la portée d'obéir à Jésus lorsque nous lisons la mise en garde de Paul dans 2 Thessaloniciens 1:8-10: au milieu d’une flamme, pour punir ceux qui ne connaissent pas Dieu et ceux qui n’obéissent pas à l’Évangile de notre Seigneur Jésus

 

Ceux qui désobéissent délibérément seront punis sévèrement. Jésus a dit: Le serviteur qui ayant connu la volonté de son maître, n’a rien préparé et n’a pas agi selon sa volonté, sera battu d’un grand nombre de coups” (Luc 12:47). Et ceux qui savent que le commandement de Jésus à ses disciples consiste à enseigner aux nouveaux convertis l’obéissance à tout ce qu'il a prescrit, mais qui refusent de le faire? Et le refus et l'indifférence des antinomiens et des partisans de l’inconditionnelle sécurité éternelle quant aux enseignements et aux commandements de JésusComment ceci s'applique-t-il à eux ? Voir aussi Hébreux 10:26: “Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, mais une attente terrible du jugement et de l’ardeur d’un feu qui dévorera les rebelles.”

 

Nous devons être réconciliés avec Dieu. Jésus a averti : “Lorsque tu vas avec ton adversaire devant le magistrat, tâche en chemin de te dégager de lui, de peur qu’il ne te traîne devant le juge, que le juge ne te livre à l’officier de justice, et que celui-ci ne te mette en prison. Je te le dis, tu ne sortiras pas de là que tu n’aies payé jusqu’à la dernière pite” (Luc 12:58-59). C'est similaire à la mise en garde de Jésus sur le non pardon dans Matthieu 18:34-35: “Et son maître irrité le livra aux bourreaux, jusqu’il eût payé tout ce qu’il devait.  C’est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son coeur.” Nous savons que nous ne pouvons pas avoir assez pour payer l’expiation de nos péchés; nous devons nous réconcilier avec Dieu par le  Seigneur Jésus. Voir Colossiens 1:21-23.

 

Nous devons nous efforcer d’entrer par la porte étroite. Jésus dit :Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite. Car je vous le dis, beaucoup chercheront à entrer, et ne le pourront pas.” Quand le maître de la maison se sera levé et aura fermé la porte, et que vous, étant dehors, vous commencerez à frapper à la porte, en disant : “Seigneur, Seigneur ouvre-nous!” Il vous répondra : “Je ne sais d’où vous êtes.”  Alors vous vous mettrez à dire : Nous avons mangé et bu devant toi, et tu as enseigné dans nos rues. Il répondra : “je vous le dis, je ne sais d’où vous êtes ; retirez-vous de moi, vous tous, ouvriers de l’iniquité!” Voir Luc 13:22-27. De nouveau, l’accent n’est pas mis sur la fausseté de la doctrine, mais sur la conduite. Il les appelle ouvriers de l’iniquité. Ils sont condamnés à cause de leur mauvaise conduite.

 

 

Nous devons renoncer à tout pour être disciples de Jésus. Jésus dit : Ainsi donc, quiconque d’entre vous ne renonce pas à tout ce qu’il possède ne peut être mon disciple” (Luc 14:31-33). Est-ce étonnant que les antinomiens rejettent les enseignements de Jésus ? Ces enseignements et commandements sont-ils trop durs pour être présentés par les églises oisives? S'il en est ainsi, est-ce qu'elles n’ont pas honte de Jésus et de ses paroles?

 

Nous devons être fidèles. Jésus a dit : “Celui qui est fidèle dans les moindres choses l’est aussi dans les grandes, et celui qui est injuste dans les moindres choses l’est aussi dans les grandes. Si donc vous n’avez pas été fidèles dans les richesses injustes, qui vous confiera les véritables? Et si vous n’avez pas été fidèles dans ce qui est à autrui, qui vous donnera ce qui est à vous?” (Luc 16:10-12).  De nouveau l'accent est mis sur la conduite! La question de salut est apparente dans la parabole des talents. Les deux serviteurs qui y ont été fidèles ont gagné beaucoup et ont été établis sur beaucoup de choses. Mais le serviteur infidèle, qui avait enterré son talent, s’est vu jeté dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. Voir Matthieu 25:14-30. Voir la parabole similaire des dix mina dans Luc 19:12-26. Là, l’infidèle serviteur qui a caché sa Mina est appelé méchant.  

 

Nous devons être prudents des dangers de la richesse. Dans la parabole du mauvais riche et du pauvre Lazare, Jésus dit : “Il y avait un homme riche qui était vêtu de pourpre et de fin lin, et qui chaque jour menait joyeuse et brillante vie.” Un pauvre, nommé Lazare, était couché à sa porte, couvert d’ulcères, et désireux de se rassasier des miettes qui tombaient de la table du riche. Le pauvre mourut, et il fut porté par les anges dans le sein d’Abraham; le riche mourut aussi et il fut enseveli… Dans le séjour des mort, Abraham répondit : “Mon enfant souvient toi que tu as reçu tes biens pendant ta vie, et que les Lazare a eu les maux pendant la sienne ; maintenant il est ici consolé ; toi tu souffres.”  Dans Luc 6:24-26, Jésus dit, “Malheur à vous, riches, car vous avez votre consolation.” Jésus a fait remarquer : “D’autres reçoivent la parole parmi les épines ; ce sont ceux qui entendent la parole, mais en qui les soucis du siècle, la séduction des richesses et l’invasion des autres convoitises, étouffent la parole, et la rendent infructueuse” (Mark 4:18-19). Voir aussi Apocalypse 3:15-18. De nouveau, la mise en garde à la condamnation est faite à cause de la conduite

 

Nous devons être prudents - toujours éveillés!

Jésus avertit : “Prenez garde à vous-mêmes, de crainte que vos cœurs ne s’appesantissent par les excès du manger et du boire, et par les soucis de la vie, et que ce jour ne vienne sur vous à l’improviste. Car, il viendra comme un filet sur tous ceux qui habitent sur la face de toute la terre.  Veillez donc et priez en tout temps, afin que vous ayez la force d’échapper à toute ces choses qui arriveront, et de paraître debout devant le Fils de l’homme” (Luc 21:34-36).

 

Nous devons croire en lui. Jésus a dit : “Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde afin qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. Celui qui croit en lui n’est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu” (Jean 3:16-18).

 

Nous devons croire en Dieu le Père. Jésus dit : “En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle, et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie” (Jean 5:24). Croire au Père c’est croire à chaque parole de Jésus; Il disait seulement ce que son Père lui avait prescrit de dire (Jean 8:28, 12:49-50, 14:10, 14:24 et 14:31). Croire au Père c’est obéir au Fils.

 

Nous devons croire au Fils - le Seigneur Jésus. Jésus dit : “Moi j’ai un témoignage plus grand que celui de Jean ; car les choses que mon Père m’a données d’accomplir, ces œuvres mêmes que je fais, témoignent de moi que c’est le Père qui m’a envoyé. Et le Père qui m’a envoyé a lui-même rendu témoignage de moi. Vous n’avez jamais entendu sa voix, vous n’avez jamais vu sa face, et sa parole ne demeure point en vous, parce que vous ne croyez pas en celui qu’il a envoyé. Vous sondez les écritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle : ce sont elles qui rendent témoignage de moi. Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie!” (Jean 5:36-40). Que c’est tragiquement vrai en nos jours. Les pasteurs des millions d'églises prêchent de la Bible, mais si peu osent enseignent les paroles de Jésus qui devraient donner la vie éternelle à leurs auditeurs.

 

Nous devons croire que Jésus est celui qu’il dit être. Jésus a dit : “c’est pourquoi, je vous ai dit que vous mourez dans vos péchés; car si vous ne croyez pas ce que je suis, vous mourez dans vos péchés” (Jean 8:24). Dans Jean 13:13, Jésus dit : “Vous m’appelez ‘Maître’ et ‘Seigneur’ ; et vous dites bien, car je le suis.”  Quand il fut arrêté par les Juifs, le souverain sacrificateur dit à Jésus : “Je t’adjure, par le Dieu vivant, de nous dire si tu es le Christ, le Fils de Dieu.” Jésus répondit : “tu l’as dit”. “De plus je vous le déclare, vous verrez désormais le Fils de l’homme assis à la droite de la puissance de Dieu, et venant sur les nuées du ciel.”  (Voir Matthieu 26:63-64.) Dans ces versets, Jésus est 'Maître, et Seigneur, Christ, le Fils de Dieu et le Fils de l'Homme.  

 

Nous devons demeurer dans l'enseignement de Jésus. Aux Juifs qui avaient cru en Lui, Jésus dit : “Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples. Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira” (Jean 8:31-32). Le verset 32 est souvent cité, mais conditionnellement au verset 31. Pour être disciple du Seigneur Jésus, nous devons persévérer et obéir- en demeurant dans son enseignement. Seulement ceux qui sont disciples du Seigneur Jésus seront sauvés

 

Nous devons garder la parole de Jésus. Jésus dit : “En vérité, en vérité, je vous le dis, si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort” (Jean 8:51). Le mot "garder" est une combinaison de la persévérance, connaître et conserver soigneusement, et de l'obéissance à la parole de Jésus.

 

Nous devons recevoir Jésus et ses paroles. Jésus dit: “Celui qui me rejette et ne reçoit pas mes paroles a son juge; la parole que j’ai annoncée c’est elle qui le jugera au dernier jour” (Jean 12:48). 

 

Nous devons aller au Père par Jésus, et lui seul. Jésus a dit : “Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. Et dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez” (Jean 14:6-7). 

 

Nous devons aimer Jésus et obéir à ses enseignements. Jésus a dit : “Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera ; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui.  Celui qui ne m’aime pas ne garde point mes paroles” (Jean 14:23-24). Hébreux 5:9 déclare que Jésus est devenu la source d’un salut éternel pour ceux qui lui obéissent. Il est essentiel que nous aimions Jésus et lui obéissions pour avoir le salut.

 

Nous devons rester dans la vigne et porter beaucoup de fruit. Jésus a dit : “Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien. Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche ; puis on ramasse les sarments, on les jette au feu, et ils brûlent” (Jean 15:5-8).

 

Nous devons garder notre saveur. Jésus a dit : “Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on? Il ne sert plus qu’à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes” (Matthieu 5:13). Ce passage dit que lorsque la salinité est perdue, elle ne peut pas être rétablie. Nous trouvons un passage parallèle dans Hébreux 6:4-6: “Car il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part au Saint-Esprit, qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les puissances du siècle à venir, et qui sont tombés, soient encore renouvelés et amenés à la repentance, puisqu’ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l’exposent à l’ignominie.”

 

Ces commandements appartiennent à la conduite et sont en parfaite harmonie avec les nombreuses Ecritures qui affirment que nous serons jugés selon nos oeuvres - notre conduite. Mais l'Ecriture dit aussi que nous sommes sauvés par la foi. Ces déclarations, apparemment différentes, s’accordent entre elles parce que l'obéissance résulte de la foi. Voir des Romains 1:5. La foi exhale l'obéissance qui commande notre conduite. L'obéissance aux commandements de Jésus équivaut à faire  la volonté de notre Père céleste. À moins que nous ne fassions la volonté de Dieu, nous ne pouvons pas entrer dans le royaume des cieux. Voir Matthieu 7:21.

 

Pour ne pas être coupables de tromperie, nous devons apprendre à nos invités et aux nouveaux convertis les conditions - éléments de la foi qui sauve – à remplir pour pouvoir obtenir le salut.  

 

Est-ce qu'il est vraiment nécessaire d'éclaircir chaque condition? Selon Jésus, nous devrions compter le coût avant de tenter quoi que ce soit. Tous les éléments ci-dessus appartiennent à la foi qui sauve. Mais y a-t-il un pré requis à communiquer à ceux qui souhaitent s’engager pour éviter la tromperie? Je pense que oui. 

 

Il y a deux faits non négociables qui doivent être acceptés par quiconque veut être sauvé. Primo, Jésus doit être Seigneur de tous ceux qui sont  sauvés. Et secundo, si Jésus est Seigneur, il doit être obéi. Ce serait contradictoire de proclamer Jésus comme votre Seigneur et ne pas lui obéir. 

 

Pour ne pas être coupables de tromperie, nous devons informer le candidat que ceux qui suivent le Seigneur Jésus doivent renoncer à tout qu'ils possèdent (Luc 14:33). Tous les autres "coûts" sont inclus dans ce coût principal. Ceux qui apprennent dès le début qu'ils doivent aimer Jésus plus que leur conjoint, enfants et autres membres de la famille et qu'ils doivent aussi prendre leur croix et le suivre, ne seront pas étonnés plus tard parce qu'ils connaissent déjà le coût de suivre le Seigneur Jésus. 

 

Le Seigneur a guidé mon voyage vers la foi qui sauve d’une manière qui illustre les problèmes que nous discutons ici. Après la lecture de la Bible pendant plusieurs mois, je me rappelle descendre l'escalier un matin croyant la Bible pour être vraie. Je crus que Jésus était mort pour mes péchés, qu'il était le Fils de Dieu et bien d'autres éléments de la foi que je n'avais pas cru la nuit précédente. L'église croyait que j'étais un nouveau converti, et moi aussi. Quoique j'aie changé mes anciens amis pour les amis d'église et aie arrêté des jurons, ma vie n'était pas du tout changée. Je portais ma Bible à l'église au lieu de la lire. 

 

Quelques mois après, je commençai à m’ennuyer et à me demander si c'était tout ce que le Christianisme avait à offrir. Heureusement pour moi, le Seigneur m'a fait retourner dans sa parole. Cette fois partout où je regardais, je voyais "Seigneur", "Seigneur" et "obéir", "obéir".  . "J'étudiai sur la seigneurie de Jésus et sur la nécessité de lui obéir parce qu'à ce que je saches, je n'avais jamais entendu de sermon sur la seigneurie de Jésus ni sur la nécessité de lui obéir. Au comble de malheurs, quand je demandai à mes amis de l'église à propos de l'obéissance au Seigneur, ils me dirent que nous ne pouvions jamais obéir parce que nous péchons des centaines de fois chaque jour. 

 

Un jour je m’approcha du Seigneur dans la prière et lui dit : “Seigneur Jésus, ta parole me montre clairement que tu dois être mon Seigneur et que je dois t’obéir. Si c'est ce que tu veux, tu l’as déjà. Sois mon Seigneur et moi je t’obéirai pour le reste de ma vie." C'est à ce moment que ma vie fut transformée. Soudainement j'avais dans ma vie l'amour, la joie et la paix que je n'avais jamais connus auparavant. Je ne savais pas ce qui m'était arrivé jusqu'à ce que j'aie lu Jean 14:15-17 et découvert que ma confession de foi en Jésus comme mon Seigneur et mon engagement à lui obéir avait poussé Jésus à demander au Père de me donner le Saint-Esprit. Quand j'ai lu Galates 5, j'ai constaté que l'amour, la joie et la paix que j'ai éprouvés sont le fruit du Saint-Esprit. 

 

Les personnes qui reçoivent Jésus comme Seigneur et promettent de lui obéir de tout leur cœur, elles sont nées de nouveau car le Père leur donne l'Esprit Saint (Jean 14:15-16).  Avant et après leur décision, les nouveaux croyants devraient être exposés aux Évangiles, aux enseignements et aux commandements du Seigneur Jésus. Les solliciteurs du salut bénéficieront d’une plus grande compréhension de ce que signifie suivre Jésus. Les nouveaux convertis apprendront comment vivre dans le royaume de leur Seigneur (Matthieu 28:20). Une des preuves d’une véritable conversion est que le nouveau-né en Christ recherchera avec zèle le lait de l'Évangile, passant souvent des heures et des heures dans l’Écriture. De même, l'évidence de la persévérance dans la foi est le fait de continuer quotidiennement dans la parole de Dieu, le pain spirituel quotidien. 

 

Aussitôt que le nouveau converti sonde l'Écriture, il apprend rapidement les conditions à remplir par ceux qui cherchent à suivre le Seigneur Jésus. Ceux qui ont vraiment reçu Jésus comme Seigneur reçoivent dans la joie ses instructions et s’engagent à les garder pour la vie. Ceux qui, par tromperie, ont pris la décision de suivre Jésus-Christ peuvent être désillusionnés et décider à rebrousser une fois informés de toutes les conditions exigées pour obtenir le salut.

 

En parlant de la fraude dans ce chapitre, j’ai cité la statistique de M. Comfort Ray dans la Voie du Seigneur [The Way of the Master] qui a montré que 19 des 20 personnes qui décident à suivre Jésus-Christ dans les larges dénominations se dissipent rapidement. La fraude et la tromperie dans la présentation de l'évangile sont-elles la raison de cette chute? Je pense que oui. Ceux qui connaissent la vérité ont tendance à tenir ferme.  Quand l’affliction et la persécution surgissent, ils ne sont ni étonnés, ni découragés.

 

Certains considèrent Charles Finney comme le plus grand évangéliste Américain. Sa méthode était unique. Quand il tenait une campagne d’évangélisation dans une ville, il prêchait chaque nuit pendant trois ou plus heures des mois durant Il ne laissait personne prendre la décision de suivre Christ au moins jusqu'à la quatrième ou cinquième nuit. Il voulait qu'ils connaissent le coût avant de s’engager à suivre le Seigneur Jésus. Les enquêtes suivantes ont pu constater que 85 à 90 pour cent des gens qui s’engager à suivre Christ dans ses campagnes continuaient avec le Seigneur. Les villes furent transformées. Les crimes diminuèrent.  

 

Depuis le temps de Finney, il semble qu’il y a une répugnance toujours grandissante de dire la vérité sur la foi par crainte que les gens ne soient hostiles. Par contre, l’engagement a dégénéré en la prière "prière de salut" où l’on dit aux pécheurs : "prier après moi", une prière où ils prétendent se repentir et accepter Jésus comme leur Sauveur personnel. Ainsi, on leur assure qu'ils sont maintenant sauvés.  

 

J'ai une fois entendu Hal Lindsay dans un programme radiodiffusé quand nous étions à Seattle. Il venait de donner une telle invitation. Après il a promis à ceux qui avaient prié avec lui qu'il les verrait dans les cieux. Hal a commis une fraude parce qu'il n'a pas conduit ces personnes à Jésus comme Seigneur. Une tromperie, parce qu'il ne leur a pas dit qu'il y avait des conditions multiples, partie intégrante de la foi qui sauve, que chaque croyant doit accomplir pour aller au ciel.

 

Le leader des jeunes Dave De Roles a dit que l'Évangile est souvent présenté de façon à attirer la jeunesse à accepter l'invitation avec joie.  Il dit que cela cause des problèmes majeurs. Aucun fruit ne montre que cette jeunesse est devenue Chrétienne. Par contre, elle semble être inoculée contre la réception ultérieure de la vérité.

 

Est-ce étonnant que 19 des 20 nouveaux convertis soient tombés? Avons-nous peur d’agir selon la volonté de Jésus ? Nous devrions désirer agir comme notre Seigneur le dit et de la manière dont il nous l’ordonne. Si nous y parvenons, soyons confiants  qu’il bénira son oeuvre.

 

L'Évangéliste Graham Ashby a écrit : "Nous qui travaillons à l’estrade, ' pouvons faire ' les gens faire ce que nous voulons qu'ils fassent - tromperie. Attendons que Dieu sauve au lieu d’inciter des décisions prématurées ... les résultats, eh bien, la statistique en dit assez." 

 

Nous pouvons maintenant obtenir une meilleure compréhension de la réalité sur l’enseignement de Jésus à propos de la porte étroite : "entrez par la porte étroite.

Car large est la porte, spacieux et le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent” (Matthieu 7:13-14). 

 

Qu’il est tragique que tant de pasteurs et enseignants chargés de conduire ceux qu’ils enseignent au salut éternel, leur privent de la vérité en les enseignants un autre évangile - un faux évangile qui mène à la damnation au lieu du salut.


 

Chapitre 9

 

CHERCHEZ PREMIÈREMENT … SA JUSTICE

 

 

Dans Matthieu 6:33, Jésus a fait de la justice une haute priorité quand il a dit : “Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus.” 

 

Dans ce chapitre, nous examinerons la recommandation de Jésus à chercher premièrement la justice de Dieu. C’est un ordre qui est terriblement violée par les antinomiens, les adhérents à la doctrine de l’inconditionnelle sécurité éternelle et la culture de l'église que j'appelle la religiosité.  

 

Jésus a fait de la justice une condition de salut quand il a dit :

“Car je vous le dis, si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux” (Matthieu 5:20).

 

La dernière expression de cette phrase fait de la justice une condition de la foi qui sauve. Nous ne serons pas sauvés à moins que notre justice ne surpasse celle des Pharisiens.  

 

Plusieurs crieront : "Nous ne pouvons pas être justes! Ce n'est pas possible!" Vraiment ? D'où vient cette idée ? Joseph a été appelé un homme juste (Matthieu 1:19). Siméon a été appelé juste et dévot (Luc 2:25).  Être juste est une question de choix - une question de volonté. L'Apôtre Jean a dit : “Ses commandements ne sont pas pénibles” (1 Jean 5:3).

 

L'Apôtre Jean semble s’adresser à ces gens dans 1 Jean 3:7 : “Petits enfants, que personne ne vous séduise. Celui qui pratique la justice est juste, comme lui-même est juste.” Avez-vous remarqué le verbe "pratiquer" ? De nouveau, l'accent est mis sur la conduite! Nous devons faire ce qui est juste pour être justes. Si nous faisons ce qui est mauvais, nous serons coupables.  

 

Quelqu’un peut-il faire ce qui est mauvais et être sauvé? Plusieurs disent : "oui, bien sûr!" L'Apôtre Jean n'est pas d'accord. Il dit: “Celui qui pèche est du diable” (1 Jean 3:8). “C’est par là que se font reconnaître les enfants de Dieu et les enfants du diable. Quiconque ne pratique pas la justice n’est pas de Dieu, non plus que celui qui n’aime pas son frère” (1 Jean 3:10). Contrairement à la pensée populaire, Jean a enseigné que ceux qui sont injustes - ceux qui pèchent - sont du diable; ce sont les enfants du diable.  

 

L'Apôtre Paul a confirmé que la pratique régulière du péché est impossible dans la vie du vrai croyant : “Quiconque prononce le nom du Seigneur, qu’il s’éloigne de l’iniquité” (2 Timothée 2:19).  Tout vrai Croyant qui confesse le nom du Seigneur doit s’éloigner du péché. C'est ça la repentance - la confession de notre péché et le retour vers Dieu. À moins de nous repentir (une autre condition de la foi qui sauve) nous ne pouvons pas être sauvés. À moins de confesser notre péché et de nous tourner vers Dieu, nous ne serons pas sauvés.

 

Vous pouvez demander : "êtes-vous en train de dire que si je pèche je suis du diable ?" c’est possible, mais ce n'est pas ce que je dis, ou ce que dit ce passage. Le mot "pratiquer" est un verbe continuel; ainsi il est raisonnable de reformuler la déclaration de Jean en disant : "celui qui continue dans le péché est du diable", c’est compatible à ce que l'Apôtre Jean a dit à une autre occasion : “Quiconque demeure en lui ne pèche point ; quiconque pèche ne l’a pas vu, et ne l’a pas connu” (1 Jean 3:6). Est juste, toute personne qui continue à pratiquer ce qui est juste. Toute personne qui continue à pécher est coupable; elle est du diable; elle n’a pas vu le Seigneur, et ne l'a pas connu.

 

Jésus a dit une parabole qui nous donne le standard par lequel les hommes seront jugés au dernier jour :  

“Le Fils de l’homme enverra ses anges, qui arracheront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l’iniquité, et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende!” (Matthieu 13:41-43).

 

Le jugement du dernier jour sera basé seulement sur ce que les gens auront fait. Ceux qui pratiquent le mal seront condamnés, et seront jetés dans la fournaise ardente. Il seront jugés selon qu’ils auront fait le mal ou seront justes – non pas sur ce qu'ils auront cru.  

 

La foi qui sauve est confirmée par la justice. La foi erronée est prouvée par le mal et la méchanceté. Dans cette parabole, Jésus s'est rassuré que nous ayons compris qu'il y a une fournaise ardente pour les mauvais, et les bénédictions du royaume pour les justes.

 

Regardons certains des enseignements de Jésus qui contrastent la justice et la méchanceté - le thème des enseignements de Jésus. Immédiatement après la recommandation de faire la volonté de Dieu (Matthieu 7:21), Jésus nous parle du jour de jugement où beaucoup lui diront : ‘Seigneur, Seigneur! N’avons-nous pas prophétisé par ton nom? N’avons-nous pas chassés des démons par ton nom? N’avons-nous pas fait des miracles par ton nom?’ et il leur répondra ouvertement : ‘Je ne vous ai jamais connus. Retirez-vous de moi, vous ouvriers de l’iniquité!’ Rappelez-vous qu’à cette occasion, le nom “ouvriers de l’iniquité” peut être traduit par “antinomiens.”

 

Jésus appelle ouvriers de l’iniquité - ceux qui font le mal. Le ciel est pour ceux qui font la volonté de Dieu; la condamnation, pour ceux qui font le mal. Notez de nouveau que Jésus parle de conduite – pratiquer le mal. Avez-vous remarqué ce que diront ces personnes pour persuader Jésus qu’ils appartiennent au royaume des cieux à cause de leurs oeuvres – prophétiser, chasser des démons et faire beaucoup de miracles par son nom? La principale leçon : être juste - faire la volonté de Dieu – dépasse tout ce que l’on peut faire pour Dieu. Nous devons d'abord être comme Jésus pour pouvoir faire quoi que ce soit pour Jésus. 

 

Paul a enseigné la même chose dans 1 Corinthiens 13:1-3 :   “Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas la charité, je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit. Et quand j’aurais le don de prophétie, la science de tous les mystères et toute la connaissance, quand j’aurais même toute la foi jusqu’à transporter des montagnes, si je n’ai pas la charité, je ne suis rien. Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais même mon corps pour être brûlé, si je n’ai pas la charité, cela ne me sert de rien.” Le Seigneur Jésus a commandé que nous nous aimions comme il nous a aimés. Paul a enseigné que le péché de ne pas aimer Dieu et les autres annule les bonnes actions. Encore une fois, la désobéissance et le péché seront punis; nous sommes appelés à être justes.

 

Jésus a beaucoup parlé de ce qui arrivera au dernier jour. Dans Matthieu 13:42, Jésus a dit : “et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.” Ce sont les mauvais qui seront condamnés; ils auront affiché une mauvaise conduite.

 

Dans Matthieu 18:23-31, Jésus dit l'histoire d’un serviteur à qui une somme énorme lui a été remise par le roi, mais qui a ensuite fait jeter son compagnon en prison pour avoir échouer à lui rembourser une petite somme. Jésus dit que le serviteur pardonné était mauvais. Quand le roi a appris que son serviteur a refusé de pardonner  son compagnon, il lui rétablit sa dette et le livra aux bourreaux jusqu’à ce qu’il eut remboursé tout ce qu'il devait. Au verset 35, Jésus souligne que nous serons traités de la sorte si nous ne pardonnons pas aux autres : “C’est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son coeur.” De nouveau, la leçon est la condamnation pour la mauvaise conduite - refuser le pardon aux autres.

Revisitons l'histoire du serviteur fidèle et prudent et le serviteur infidèle. Ils étaient tous les deux serviteurs du maître. Le premier est loué pour sa fidélité. Mais Jésus appelle le serviteur infidèle mauvais. Jésus dit que son maître "lui mettra en pièces et lui donnera sa part avec les hypocrites, c’est là qu’il y aura des pleurs et des grincements de dents" (Matthieu 24: 51). Au lieu de faire ce qu’il était supposé de faire, le mauvais serviteur n’est mis à faire du mal - il s’est mis à battre ses compagnons, manger et boire avec des ivrognes. C’est sa mauvaise conduite qui provoqué sa condamnation.

 

Nous avons aussi regardé précédemment la parabole des talents, où trois serviteurs ont reçu des talents pour le commerce pendant l’absence de leur maître. Deux d’entre eux ont doublement multiplié la valeur des talents qui leur furent donnés, mais le troisième a enterré son talent pour lui remettre à son maître dès son retour. Les deux premiers serviteurs sont appelés “bons et fidèles” serviteurs. Le maître dit à celui qui avait enterré son talent : “Serviteur méchant et paresseux!” Quel fut l’ordre du maître à l’égard de ce serviteur? La maître ordonna : “jetez le serviteur inutile, dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.” Trouvez cette parabole dans Matthieu 25:14-30. Un enseignement similaire sur les minas se trouve dans Luc 19:12-27.

 

Jésus n’a fait que décrire la conduite dans ces enseignements! Tous ceux qui n’ont pas fait selon les directives de leurs maîtres, sont appelés mauvais. Ils ont été tous jeté en enfer – dans les ténèbres, ou il y aura des pleurs et des grincements de dents.

 

Ceux qui ont été loués, ce sont ceux-là qui ont fait ce que le maître leur avait demandé de faire. L’assiette de jugement de ceux qui ont été loués et ceux qui ont été condamnés, est ce qu’ils ont fait.

 

Il est dit que l'Amérique et l’occident constituent des nations post-chrétiennes. Au lieu de rendre le Christianisme un mode de vie nationale, ils en font une manifeste et fréquente hostilité de la foi. Jésus a prophétisé sur un temps pareil à celui-ci:

 

“Alors aussi plusieurs succomberont, et ils se trahiront, se haïront les uns les autres. Plusieurs faux prophètes s’élèveront, et ils séduiront beaucoup de gens. Et, parce que l’iniquité se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira. Mais celui qui persévéra jusqu’à la fin sera sauvé” (Matthieu 24:10-13).

 

Nous voyons beaucoup se détourner de la foi Chrétienne. Beaucoup de faux prophètes se sont élevés pour tromper beaucoup de personnes. Les antinomiens et les défenseurs de l’inconditionnelle sécurité éternelle trompent beaucoup de personnes. Pourquoi l'amour de beaucoup se refroidit-elle ? C’est à cause de l'accroissement de la méchanceté – l’opposé de la justice.  

 

Le Seigneur Jésus condamne conjointement le mal, la méchanceté et les ouvriers de l’iniquité. Je suis vraiment étonné de voir comment la plupart de ceux qui se disent Chrétiens proclament sans cesses que le mauvais comportement et la méchanceté n'affectent pas leur salut, que ce qui importe est ce que l’on croit seulement. Est-ce étonnant que Jésus ait demandé : "Quand le Fils de l'homme reviendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ?" (Luc 18:8).  

 

Croyez-vous vraiment que les antinomiens échapperont au jugement ? Leur réclame selon laquelle la seule chose qui compte c’est la foi et que la conduite n'affecte en rien le salut, est totalement fausse.  

 

Leurs faux enseignements ne peuvent produire que le jugement et la damnation pour ceux qui continuent à patauger dans le péché, croyant qu’ils ont le salut parce qu'ils croient correctement. Mais l'antinomien ne croit pas correctement. Ce qu'il croit est fatalement altéré parce qu'il permet et promeut le péché et l'indulgence, qui entraînent la damnation de ceux qui empruntent cette voie. Tandis que l'antinomien réclame faussement le salut, l'Apôtre Jean dit que ces gens ne connaissent et n’ont point connu Dieu.

 

La croyance antinomienne est répandue. Avec l’inconditionnelle sécurité éternelle, elle est certainement la doctrine la plus dominante dans l'église occidentale actuelle. La statistique de divorce en Amérique prouve bien ce point. Nous avons vu dans l’un des chapitres précédents que Jésus ne permet pas le divorce, sauf pour cause d’infidélité.  

 

L’enquête de Barna Research Group a constaté que le taux de divorce est modérément plus haut dans le milieu chrétien que dans le reste du monde, voire même chez les athées et les agnostiques. En examinant de près cette statistique, nous découvrons une tendance très surprenante : 27 pour cent de ceux qui se disent "Chrétiens nés de nouveau" ont précédemment ou actuellement divorcé comparé à 24 pour cent du reste de la population générale. Mais dans l’église Baptiste et bien d’autres églises Protestantes non confessionnelles qui dominent la bande biblique aux Etats-Unis, 29 pour cent et 35 pour cent, respectivement, ont divorcée, plus qu'une autre dénomination Chrétienne.

 

Dans ce cas, l'église n’est pas comme le monde, mais elle est pire que le monde. Les non-croyants n'ont aucune contrainte religieuse contre le divorce, cependant, les Chrétiens, dont leur Seigneur interdit le divorce, disposent d’un taux de divorce sans pareil. La dénomination Baptiste, qui a 5 pour cent de plus dans le divorce adhère à la fausse doctrine de l’inconditionnelle sécurité éternelle et de l'antinomie comme exprimée par Charles Stanley.

 

Nous avons passé en revue à maintes reprises l'enseignement de Jésus dans Matthieu 7:21 disant que seul celui-là "qui fait" la volonté de Dieu entrera dans le royaume des cieux, que la volonté de Dieu est révélée dans les enseignements et les commandements de Jésus. Nous avons vu dans un chapitre antérieur que les nombreuses conditions de la foi qui sauve sont apparentes dans les enseignements et les commandements de Jésus. Quand nous sommes obéissants aux enseignements et aux commandements de Jésus, nous remplissons les conditions de la foi qui sauve et satisfaisons l'exigence du salut, faire la volonté de Dieu. L'obéissance aux commandements de Jésus importe beaucoup. Ceux qui obéissent à ses commandements prouvent leur amour pour Jésus. À son tour, Jésus et son Père les aimeront (Jean 14:21, 23). Jésus a dit : "Si vous faites mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, de même que j'ai gardé les commandements de mon Père, et que je demeure dans son amour" (Jean 15:10). Jésus a dit ses disciples : "Vous êtes mes amis, si vous faites ce que je vous commande" (Jean 15:14). Nous avons vu plus tôt que recevoir le Saint-Esprit dépend de l’amour et l’obéissance au Seigneur Jésus (voir Jean 14:15-17 et Actes 5:32). Finalement, le salut est pour ceux qui obéissent à Jésus : "il est devenu la source d’un salut éternel pour ceux qui lui obéissent” (Hébreux 5:9).

 

Pour plus d’information sur la justice, consultez mon article: www.bereanpublishers.com |Salvation Issues | Must Christians Be Righteous?


 

Chapitre 10

 

 

Expressions

 PopulaIrES Anti-JUSTICE

 

 

Nous ne sommes pas sous la loi …

 

Vue que l'appel d'être juste est si pénétrant dans l'enseignement de Christ, il y a beaucoup de tentatives de la part des avitailleurs de fausses doctrines d’annulation des commandements de Jésus. Ils citent constamment Paul : "nous sommes, non sous la loi, mais sous la grâce!" (Romains 6:14-15). La loi à laquelle Paul se référait était une loi de l'Ancien Testament, la loi que Moïse a donnée aux Juifs. Nous savons que c'était un loi de l'Ancien Testament à cause des confrontations qui ont surgi en Galatie où les précurseurs du Judaïsme forçaient les Chrétiens Galates à observer les règles de l'Ancien Testament, par exemple, la circoncision (voir Galates 2:4-5). Paul confronta Pierre en disant: “Si toi qui es Juif, tu vis à la manière des païens et non à la manière des Juifs, pourquoi forces-tu les païens à judaïser?” (Galates 2:14).

 

Paul a dit qu'il sous la loi : "quoique je ne sois pas sans la loi de Dieu, étant sous la loi de Christ" (1 Corinthiens 9:21. Voir aussi Galates 6:2). En égalisant la loi de Dieu à la loi de Christ, Paul a reconnu que les enseignements et les commandements de Jésus - la loi de Christ - sont venus de Dieu. Paul a enseigné que les croyants doivent obéir à l'évangile du Seigneur Jésus (2 Thessaloniciens 1:8-10).

 

La Justice Imputée

 

Une autre tentative de renverser les enseignements et les commandements de Jésus est de prétendre que la seule justice dont les croyants ont besoin est la parfaite justice de Jésus qui nous a été imputée. Ils disent que si nous croyons correctement, Dieu voit en nous la parfaite justice de Jésus, malgré que notre conduite soit mauvaise. Ils comptent sur des Ecritures comme : “Car nous pensons que l’homme est justifié par la foi, sans les œuvres de la loi” (Romains 3:28).  De nouveau ils se réfèrent à une déclaration de l'Ancien Testament, non pas à la loi de Christ contenue dans ses enseignements et ses commandements. Ils revendiquent que Dieu regarde seulement la justice de Jésus qui vit dans ceux qui croient en lui.

 

Quoique Paul ait déclaré que nous sommes justifiés par la foi sans la loi, c'est Paul qui nous fait cette déclaration de mission dans Romains 1:5: “Jésus-Christ notre Seigneur par qui nous avons reçu la grâce et l’apostolat, pour amener en son nom à l’obéissance de la foi, tous les païens.” Selon Paul, sa mission primaire n'était pas d'apprendre aux gens comment croire en Jésus, mais amener les gens à l'obéissance de la foi.  À quoi devons-nous obéir ? À Tout ce que le Seigneur Jésus a dit dans ses enseignements et commandements. N’est-il pas  étonnant que les antinomiens osent revendiquer que l’apostolat de Paul ne les concerne  pas?

 

Nous avons vu partout dans ce livre de nombreuses références sur la conduite. Presque tous les enseignements et commandements de Jésus se rapportent à notre conduite, cependant notre conduite serait sans rapport si Dieu n'avait rien exigé de plus que la justice parfaite de Christ qui nous a été imputée. 

 

Jean a donné la définition de la justice quand il a dit : “Petits enfants, que personne ne vous séduise. Celui qui pratique la justice est juste, comme lui-même est juste” (1 Jean 3:7). Jean nous ramène de nouveau à la conduire, il ne s’agit pas d’une justice imputée. Il a aussi dit : “Si nous gardons ses commandements, par-là nous savons que nous l’avons connu. Celui qui dit : “Je l’ai connu et ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est point en lui” (1 Jean 2:3-4). Que dit Jean des réclames des antinomiens et des autres serviteurs du faux évangile qui soutiennent que la conduite ne sert à rien? Jean dit qu'ils sont du diable, qu'ils sont menteurs et que la vérité n'est point en eux. (Voir 1 Jean 2:4 et 3:10.) 

 

L’Amour Inconditionnel de Dieu

 

Une autre expression en herbe est "l'amour inconditionnel de Dieu." Il fait partie intégrante des enseignements et doctrines qui prétendent que le salut est conditionnel. Le mauvais enseignement : "sauvé une fois, sauvé pour toujours” est défini par Charles Stanley que si on a de la foi, on est inconditionnellement sauvé. Cette déclaration est soutenue par une fausse doctrine sur - l'amour inconditionnel de Dieu.

 

L'amour de Dieu n'est pas inconditionnel. L’Ecriture enseigne que, de la Genèse à l’Apocalypse, l'amour de Dieu est conditionnel. Voyons tout d’abord Jean 14:21 et 23-24 comme exemples de l’amour conditionnel de Dieu: 

 

“Celui qui a mes commandements et qui les garde, c’est lui qui m’aime, et celui qui m’aime sera aimé de mon Père, Je l’aimerai et Je me ferai connaître à lui” (Jean 14:21).

 

Jésus lui répondit : “Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera, nous viendrons à lui et nous ferons notre demeure chez lui. Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles. Et la parole que vous entendez n’est pas de moi, mais du Père qui m’a envoyé” (Jean 14:23-24).

 

Au verset 21 (ci-dessus), Jésus définit la personne qui l'aime comme celle qui a ses commandements et qui leur obéit. Il déclare ensuite que son Père et lui aimeront celui  qui l'aime – c’est une condition. Au verset 23, Jésus déclare que son Père aimera celui qui aime Jésus (celui qui obéit à son enseignement). La condition d’être aimé par Dieu est que l’on aime Jésus et l’on obéisse à son enseignement. Au verset 24, Jésus déclare que cette parole n’est pas de lui, mais du Père qui l’a envoyé. Dans ces versets, l'amour du Père (tout comme l'amour de Jésus) est conditionnel à l’obéissance aux commandements et aux enseignements de Jésus.

 

Sans considérer d’autres Ecritures, nous voyons déjà que les antinomiens, les adhérents à l’inconditionnelle sécurité éternelle et tous ceux prétendent que la conduite n’a rien à voir avec le salut n’aiment pas le Seigneur Jésus. Comment le savons-nous ? Ils ne gardent ni n'obéissent pas à ses commandements. Ils prétendent être sous la grâce, non pas sous la loi. Des objections? "Quoi ? Êtes-vous en train de dire que je n'aime pas le Seigneur ?" L'amour pour Dieu est défini dans l'Ecriture : "Car l'amour de Dieu consiste à garder ses commandements" (1 Jean 5:3). Le Seigneur Jésus a dit la même chose dans Jean 14:15 : "si vous m'aimez, gardez mes commandements." Selon les définitions de l'Ecriture, ces gens n'aiment pas le Seigneur Jésus. Ils sont en rébellion contre lui. Ils ont inventé une fausse doctrine selon laquelle on reste toujours sauvé même si l’on n’obéit pas au Seigneur Jésus.

 

Qu’arrive-t-il à ceux qui n’aiment ni n’obéissent pas au Seigneur? La Version The New Living Translation de Jean 3:36 déclare :

 

“Celui qui croit au Fils de Dieu a la vie éternelle.  Celui qui n’obéit pas au Fils n’a pas la vie éternelle et est dans l’attente du terrible jugement de Dieu.”

 

Voir aussi les traductions anglaises ASV et RSV. La version RSV traduit la dernière phrase: “… celui qui n’obéit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu qui repose sur lui.” Les versions ESV, TLB et NIV déclarent : “… la colère de Dieu est sur lui.” Où voyez-vous l’amour inconditionnel de Dieu ici? Nul part. La colère de Dieu repose sur tous ceux qui n’obéissent pas au Fils. Voir Ephésiens 2:3.

 

Ces versets sont assez suffisants pour exposer la fausseté des réclames des antinomiens. Ces derniers prétendent avoir la vie éternelle parce qu’ils croient au Fils de Dieu. Cependant, ils revendiquent qu'ils ne peuvent pas obéir au Seigneur Jésus parce qu'ils ne sont pas sous la loi, admettant ainsi leur iniquité. Pourtant toutes les traductions citées ci-dessus affirment que "celui qui n'obéit pas au Fils n'a pas la vie éternelle.” La façon la plus appropriée de concilier "la foi et l'obtention de la vie éternelle" avec "la non obéissance et la colère de Dieu" est très simple. Ceux qui croient obéiront. Ceux qui prétendent croire, mais qui n’obéissent pas, ne croient pas du tout selon la définition biblique - qui est la plus importante pour Dieu. Nous savons qu'ils n'ont pas la foi qui sauve parce que l'obéissance vient de la foi qui sauve. Même les démons croient en Dieu (Jacques 2:19). La foi sans actions, elle est morte (Jacques 2:26).

 

Comparons la définition biblique à la définition de dictionnaires séculiers. La Bible est un livre unique, indépendant. Quand les avocats interprètent un contrat, ils ne vont pas en dehors des "quatre coins du document" - une expression généralement utilisée dans la communauté légale. Ils cherchent la définition des termes et l’explication des dispositions du contrat dans le même contrat. S'il n'y a aucune évidence de la signification d’un terme ou d'une disposition dans le contrat, les avocats sont permis de chercher leurs significations ailleurs. Ce principe est bibliquement vrai parce que les définitions contenues dans l'Ecriture ne sont pas facilement trouvables dans un dictionnaire. Par exemple, la plupart d'entre nous ont le sens de ce signifie "aimer" une personne, quoique probablement nos définitions varient. Mais qu'est-ce que l'amour de Dieu ? Pourriez-vous prendre votre propre définition d'amour et l'appliquer dans la description de  l'amour de Dieu ? Sinon ce serait archi-faux. L'Ecriture nous dit que : "aimer Dieu c’est obéir à ses commandements" (1 Jean 5:3). Il est certain qu’aucune des nos définitions de l’amour de Dieu ne serait identique à la définition biblique. Voilà pourquoi Jésus a dit : "si vous m'aimez, gardez les commandements" (Jean14:15). Il savait que ceux qui lui obéissent sont ceux-là qui l'aiment. En appliquant la définition d'aimer Dieu, Jésus s’est déclaré Dieu.

 

Il en est de même pour la définition "de croire" et de "la foi". La signification biblique de ces mots n'est pas un simple consentement mental – croire seulement qu’une chose pour être vraie. Au lieu de cela, dans Romains 1:5, nous apprenons que l'obéissance vient de la foi. Les conditions que nous avons vues plus tôt, sans lesquelles nous ne pouvons pas être sauvés, sont des instructions et des normes de la justice de Dieu qui nous ont été a données par Jésus dans ses enseignements et commandements, auxquels nous devons tous obéir. . Car c’est par la grâce nous sommes sauvés, par le moyen de la foi, et cela ne vient pas de nous, c'est le don de Dieu, ce n’est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie (Éphésiens 2:8-9), nous savons que si l’Ecriture dit que nous devons accomplir telle ou telle autre condition pour être sauvés, cette condition doit faire partie de notre foi! La foi a en effet des multiples facettes - il est composé de plusieurs éléments. Une définition non scripturaire ne peut pas le décrire.

 

L’amour de Dieu est conditionnel, non pas inconditionnel.  Visitez: www.bereanpublishers.com | False Doctrines | Is God’s Love Unconditional? 

 

Je suis juste un pécheur sauvé par la grâce.

 

Un pasteur pourrait dire sa congrégation, "je suis comme vous, un pécheur sauvé par la grâce." Un pécheur est celui qui pèche. Peut-être le pasteur cherche un lien commun avec sa congrégation. Une vérité biblique à cette expression ? Pas du tout. Dans tout le Nouveau Testament, nulle part une croyant en Jésus n’est appelé pécheur. Pas même un “croyant pécheur.”  Ceux qui suivent Jésus ne sont pas des pécheurs; ils ne pèchent point. Je ne dis pas qu’un disciple de Jésus ne peut commettre un péché. L’Apôtre Jean dit qu’il ne continue pas dans le péché? Il dit : “Quiconque demeure en lui, ne pèche point. Quiconque pèche ne l’a pas vu, et ne l’a pas connu” (1 Jean 3:6). 

 

Quand une personne croit au Seigneur Jésus, elle est une nouvelle créature. Désormais, elle est un frère ou une sœur, un saint, un serviteur, un esclave, un serviteur à vie, un esclave à vie, etc., pas un pécheur. 

 

Néanmoins, cette phrase est très confortant à l’égard des antinomiens qui pensent qu’ils peuvent pécher sans problème parce que, comme ils prétendent, le salut n’a rien à voir avec la conduite. Ce sont des pécheurs. Pour eux, la grâce de Dieu, est une permission à tout. Tozer a bien dit : "l’Antinomie est une doctrine de grâce portée sur la logique non corrigée et qui mène à l'absurdité. Elle confonde l'enseignement de justification par la foi et la tord à volonté."

 

Pour plus d’information sur les croyants pécheurs, visitez www.bereanpublishers.com | Important Issues | Are Christians Sinners or Saints?

 

Dieu aime les pécheurs, il hait le  péché.

 

Une autre expression en herbe dans l’église mais qui découle de la doctrine de l’antinomie est : "Dieu aime les pécheurs, mais déteste le péché." C'est très important pour les antinomiens et les adhérents de la doctrine de l’inconditionnelle sécurité éternelle. Ils croient qu'ils sont pécheurs et qu'aucun effort n'est nécessaire pour se détacher du péché parce qu'ils ont faussement cru que la conduite (le péché) n’a rien à voir avec le salut. Un pécheur est une personne qui continue à pécher.

 

Dieu aime-t-il les pécheurs ? Voyons ce que l'Ecriture dit dans Psaumes 5:5-6, où David a écrit : “Car tu n’est point un Dieu qui prend plaisir au mal; le méchant n’a pas sa demeure auprès de toi. Les insensés ne subsistent pas devant tes yeux; tu hais tous ceux qui commettent l’iniquité. Tu fais périr les menteurs. L’Éternel abhorre les hommes de sang et de fraude.” Cette Ecriture dit clairement que Dieu déteste tous ceux qui font mal et que le mauvais ne peut demeurer devant lui.

Dans Psaumes 11:5, David dit : “ L’Éternel sonde le juste, il hait le méchant et celui qui se plaît à la violence.”  Osée a écrit : “Toute leur méchanceté se montre à Guilgal ; c’est là que je les ai pris en aversion. À cause de la malice de leurs oeuvres, je les chasserai de ma maison. Je ne les aimerai plus ; tous leurs chefs sont des rebelles (Osée 9:15. Voir aussi Jérémie 12:8).  

 

Maintenant il devient plus facile de comprendre Jean 3:36 où Jésus a dit que la colère de Dieu reste sur ceux qui n'obéissent pas au Fils. Dieu déteste les méchants - ceux qui n'obéissent pas aux enseignements et commandements de Jésus. Sont-ils mauvais ces pasteurs et enseignants qui refusent d'obéir à l’instruction de Jésus d’ "enseignez à leurs disciples à obéir à tout ce que Jésus a prescrit ?" (Matthieu 28:20).

 

Les anciens et éventuels péchés sont tous pardonnés

 

Une autre expression utilisée par les antinomiens et les adhérents à l’inconditionnelle sécurité éternelle est : "Lorsque vous vous repentez de vos péchés, les anciens et les éventuels péchés sont tous pardonnés." Avez-vous remarqué comment la parole de Dieu anticipe les fausses doctrines en révélant la vérité en avance? Parce que la Bible est un  ensemble cohérent de messages de Dieu, elle s’explique elle-même. À propos des éventuels péchés, Dieu a parlé à travers Pierre : "Mais celui en qui ces choses ne sont point est aveugle, il ne voit pas de loin, et il a mis en oubli la purification de ses anciens péchés" (2 Pierre 1:9). Oui, lorsque nous nous repentons, nous sommes purifiés de nos anciens péchés, dont nous nous repentons.

 

On peut voir plus de confirmations dans les lettres du Seigneur Jésus aux sept églises. À l’église d’Ephèse Jésus a dit : “ Souviens-toi donc où tu es tombé, repens-toi, et pratiques tes premières œuvres ; sinon, je viendrai à toi et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes” (Apocalypse 2:5). Jésus écrivait à une église. Si tous les péchés éventuels étaient pardonnés, pourquoi Jésus ordonnerait-il à l’église de se repentir? 

 

À l’église de Pergame, Jésus s’en prend aux impudiques et à ceux qui suivaient les enseignements des Nicolaïtes.  Repens-toi donc, sinon je viendrai à toi bientôt, et je les combattrai avec l’épée de ma bouche” (Apocalypse 2:15-16). Pourquoi devraient-ils se repentir alors que leurs péchés futurs étaient déjà pardonnés? Ils devraient se repentir parce que leurs péchés éventuels n’étaient pas pardonnés. Nous devons nous repentir aussitôt que nous  nous rendons compte que nous avons péché. Nous serons alors rétablis, saints à Dieu – irrépréhensibles et sans reproches (Colossiens 1:23).

 

En fin, regardons ce que Jésus a dit à l’église de Thyatire:

 

“Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu laisses la femme Jézabel, qui se dit prophétesse, enseigner et séduire mes serviteurs, pour qu’ils se livrent à l’impudicité et qu’ils mangent des viandes sacrifiées aux idoles. Je lui ai donné du temps, afin qu’elle se repentît, et elle ne veut pas se repentir de son impudicité. Voici, je vais la jeter sur un lit, et envoyer une grande tribulation à ceux qui commettent adultère avec elle, à moins qu’ils ne se repentent de leurs œuvres. Je ferai mourir de mort ses enfants ; et toutes les églises connaîtront que je suis celui qui sonde les reins et les cœurs, et je vous rendrai à chacun selon vos oeuvres” (Apocalypse 2:20-23). 

 

Dans ce passage Jésus appelle Jézabel et ceux qui commettent adultère avec elle à se repentir. Jésus déclare qu'il punira ceux qui continuent dans le péché et rendra à chacun selon ses œuvres. Rien ne serait vrai ou possible si le repentir était éventuel. L'appel de Jésus à la repentance prouve que l'on peut seulement se repentir de péchés passés, non éventuels.  

 

Vraisemblablement, cette fausse interprétation est le résultat du malentendu autour de la repentance. C’est se détourner de son péché et tourner vers Dieu. Ceux qui pratiquent le péché ne se sont pas repentis quoiqu'ils puissent prétendre avoir été pardonnés. La repentance implique l'abandon du péché, se détourner et faire de son mieux pour ne pas y retourner. C'est impossible pour un péché futur.

 

Il est facile de voir pourquoi le pardon des péchés futurs est si important pour les antinomiens et les adhérents de l’inconditionnelle sécurité éternelle. Ils croient qu’ils ont seulement besoin de la foi pour être éternellement en sécurité, leur doctrine répond aux problèmes des péchés futurs. Docteur Stanley dit qu'aucun péché futur ne peut mettre son salut en péril parce qu’il a déjà la foi qui sauve. Cette fausse doctrine est rendue possible en prétendant que quand on s'est une fois repenti de ses péchés, même les péchés futurs en sont pardonnés.

 

Vous pouvez voir comment une fausse doctrine mène à tout un tas d’autres fausses doctrines.   

 

Sur base de ce que vous connaissez maintenant sur la justice, vous pouvez voir comment Satan trouve des façons de s'opposer à la justice en infiltrant l'église avec des fausses doctrines qui enseignent qu'être juste n'est pas tellement nécessaire, que c'est impossible, ou par-dessus tout, que notre justice vient seulement de Jésus- Une justice imputée qui n'a aucun rapport avec ce que nous faisons. Les enquêtes montrent que beaucoup de ceux qui se disent Chrétiens vivent aussi vilainement que ceux du monde qui ne font aucune profession de foi.  

 

Le grand menteur essaye toujours de tromper ceux qui veulent être loyaux et disciples du Seigneur Jésus.  Il veut qu'ils croient au mensonge disant que la justice personnelle n'affecte en rien le salut. Il veut qu'ils poursuivent l'iniquité, qu’ils soient injustice pour devenir ses disciples - les enfants du diable. Dans bien des cas, c'est ce qui arrive.

 

 

 

 

Romains 7 mal compris.

 

Bien longtemps quand j'étais encore un nouveau croyant, quelques-uns d'entre nous iraient au petit déjeuner après l'église. Un jour, j’évoquai le sujet de la nécessité de la justice. Les autres me dirent immédiatement : "Nous ne pouvons pas être justes. Nous péchons des centaines de fois chaque jour. Tout que nous devons faire c’est de demander à Dieu de nous pardonner. Même Paul péchait. Sommes-nous  plus que Paul ?"

 

Je savais déjà 1 Jean 3:6 : “Quiconque demeure en lui ne pèche point. Quiconque pèche ne l’a pas vu, et ne l’a pas connu.” Je ne tardai pas, je sus que cette personne s’était trompée. Elle faisait allusion à Romains 7:14-24, où Paul dit :

 

“Nous savons en effet que la loi est spirituelle, mais moi, je suis charnel, vendu au péché ; car je ne sais pas ce que je fais : je ne fais point ce que je veux, et je fais ce que je hais. … Et maintenant ce n’est plus moi qui le fais, mais c’est le péché qui habite en moi. Ce qui est bon je le sais, il n’habite pas en moi, c’est-à-dire, dans ma chair, j’ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien. Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas. Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n’est plus moi qui le fais, c’est le péché qui habite en moi” (Romains 7:14-20).

 

Je me demandai si c’est ce que Pierre signifiait lorsqu’il écrivit sur les lettres de Paul: “… dans lesquelles il y a des points difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme celui des autres écritures, pour leur propre ruine” (2 Pierre 3:16). 

 

Je savais que Paul ne pouvait pas confesser qu’un chrétien serait vendu au péché. Dans Romains 6:15-18, Paul a expliqué le contraire: 

 

“Quoi donc! Pécherions-nous, parce que nous sommes, non sous la loi, mais sous la grâce? Loin de là! Ne savez-vous pas qu’en vous livrant à quelqu’un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez – soit su péché qui conduit à la mort, soit de l’obéissance qui conduit à la justice? Mais grâces soient rendues à Dieu de ce que, après avoir été esclaves du péché, vous avez obéi de coeur à la règle de doctrine dans laquelle vous avez été instruits. Ayant été affranchis du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice.”

 

Que ces passages sont tout à fait différents. Ce dernier passage est en accord avec tout ce que nous avons déjà vu de l’appel de Jésus à la justice et de la condamnation des  esclaves du péché. Ici Paul dit que nous devons être esclaves de l'obéissance, qui mène à la justice. Il dit à ses lecteurs : "Ayant été affranchis du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice." Paul n'a-t-il pas dit qu'il n’était pas spirituel, esclave du péché?

 

Le problème réside dans l'usage du verbe. Dans Romains 7, Paul utilise les verbes au présent indiquant qu'il est actuellement dans cette condition. Voyons-le de tout près. Dans la Préface de la Bible en Traduction Littérale de Young, le traducteur nous parle d'un principe nous permettant de comprendre les auteurs hébreux :

 

Les hébreux, se référant aux événements passés ou futurs avaient l’habitude de se rapprocher et de se transporter mentalement à la période et au lieu des événements eux-mêmes parce qu’ils ne se contentaient pas de les observer dans le passé ou dans le futur; de là l'utilisation très fréquente du présent (italiques de l’auteur).

 

C'est exactement ce qu’a fait Paul. Il a utilisé les verbes au présent pour décrire sa condition avant Christ. Parce que ce n'est pas notre façon d’écrire ou de parler en Occident, cette Ecriture a causé beaucoup de confusion. Une fois que nous apprenons cela, le passage peut être facilement compris. Paul parlait de sa situation avant d’avoir cru en Christ. Avant de connaître le Seigneur Jésus, Paul a dit de lui : “Misérable que je suis!  Qui me délivrera du corps de cette mort?” (Romains 7:24). Il répond à sa question u verset suivant: “Grâces soient rendues à Dieu par – Jésus-Christ notre Seigneur!” 

 

Dans Romains 8:1-2 Paul donne la réponse à la question posée dans le chapitre 7: “Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. En effet, la loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort.”

 

Il n’y a même plus d'évidences que Romains 7 ne se réfère pas à la condition de Paul en tant que serviteur du Seigneur Jésus. Paul a raconté sa vie devant les croyants. Paul dit qu'il a "la conscience claire" (2 Timothée 1:3), a "combattu le bon combat … a fini la course … et a gardé la foi" (2 Timothée 4:7). Il a dit : "Car ce qui fait notre gloire c’est ce témoignage de notre conscience, que nous nous sommes conduits dans le monde, et à votre égard, avec sainteté et pureté devant Dieu" (2 Corinthiens 1:12). "Nous n'avons fait tort à personne, nous n'avons ruiné personne, nous n'avons tiré du profit de personne" (2 Corinthiens 7:2).    

 

Paul s’affiche en modèle à suivre: «Ce que vous avez appris, reçu et entendu de moi, et ce que vous avez vu en moi – pratiquez-le" (Philippiens 4:9). "Soyez comme moi, car moi aussi je suis comme vous, frères je vous supplie" (Galates 4:12). "Je vous en conjure donc, soyez mes imitateurs" (1 Corinthiens 4:16). "Retiens dans la foi et dans la charité qui est en Jésus-Christ le modèle des saines paroles que tu as reçues de moi" (2 Timothée 1:13). "Soyez tous mes imitateurs, frères, et portez les regards sur ceux qui marchent selon le modèle que vous avez reçu en nous" (Philippiens 3:17). "Vous savez vous-mêmes comment il faut nous imiter, car nous n’avons pas vécu parmi dans le désordre. Nous n’avons mangé gratuitement le pain de personne ; mais dans le travail et dans la peine, nous avons été nuit et jour à l’œuvre pour n’être à charge à aucun de vous. Ce n’est pas que nous n’en eussions le droit, mais nous avons voulu vous donner en nous-mêmes un modèle à imiter" (2 Thessaloniciens 3:7-9).  Les écrits de Paul sont en accord avec ces interprétations. 

 

Il n'est pas surprenant que les antinomiens et les adhérents de l’inconditionnelle sécurité éternelle essayent de se conforter dans la fausse interprétation de ce passage. Ils savent parfaitement qu'ils pataugent dans le péché; ils cherchent à prouver que même l'Apôtre Paul a vécu dans le péché. S'il l’a fait, ils doivent être aisés dans leur vie de péché et dans leur mauvaise interprétation de l'Ecriture.

 

Pour une étude plus compréhensive de Romains 7, lisez "Romains 7 Revisité," www.bereanpublishers.com | False Doctrines | Misunderstood | Romans 7 Revisited.

 


 

Chapitre 11

 

REPENTEZ-VOUS, CHANGEZ ET ENSEIGNEZ!

 

 

Dans un article intitulé : “une Confession 'Choquante’ de l’ Église Willow Creek Community Church” du 30 Octobre 2007, Bob Burney a annoncé que la méga Église Willow Creek Com-munity Church  a sorti les résultats d'une étude de plusieurs années sur l'efficacité de leurs programmes et leur philosophie de ministère. Les découvertes de cette étude sont dans un livre récemment publié sous le titre de Révélez : Où Êtes-Vous? Hybels a lui-même appelé ces découvertes : "tremblement de terre" "tourbillon" et "Coup de foudre." Et il semble sans doute que "les experts" ont eu tort. 

 

Le rapport révèle que la plupart de ce qu'ils ont fait pendant beaucoup d'années et ce qu'ils ont appris aux millions d'autres à faire, ne produisent pas des disciples de Jésus-Christ affermis. Ils produisent des nombres, non pas des disciples. C’est pire. Hybels se lamente : 

 

"Certains des trucs qui nous ont coûté des millions de dollars dans l’espoir qu’ils aideraient vraiment nos gens à se cultiver et se développer spirituellement, les données ont en réalité prouvé qu’ils n’ont pas du tout aidé les gens. D'autres choses qui nous ont coûté peu, qui n’ont pas exigé un grand personnel, ont grandement aidé nos gens."

 

Si vous voulez vraiment une foule, le modèle des "spectacles" produits de tels résultats. Si vous voulez des disciples fermes, sincères, mûrs, c'est un buste. Dans la confession choquante, Hybels déclare : 

 

"Nous avons commis une erreur. Ce que nous devrions fait quand les gens franchissent le seuil de la foi pour devenir Chrétiens, nous devrions commencer par informer et enseigner les gens qu'ils doivent prendre des responsabilités pour ‘s’auto-alimenter.’ Nous devrions enseigner aux gens, comment lire leur bible au service, comment s’exercer spirituellement eux-mêmes.”

 

Etonnamment, le guru de la croissance de l’église nous montre que les gens doivent lire leurs bibles et concourir à leur propre croissance spirituelle.

 

Le site web “Out of Ur,” fait son commentaire sur les mêmes faits:

 

Autrement dit, la croissance spirituelle n'arrive pas en se bornant désespérément aux programmes complexes de l’église, mais en s’exerçant spirituellement au fil des ans dans la prière, la lecture de la Bible et des relations. Et, ironiquement, ces disciplines de base n'exigent pas des équipements valant des millions de dollars et des centaines de personnel à gérer.

 

Cela marque-t-il la fin des trente ans d’influence de l’église Willow Creek sur les églises américaines? Pas selon Hawkins :

 

"Notre rêve est que nous changeons fondamentalement la façon dont nous faisons l'église. Que nous repensions sur toutes nos vieilles suppositions. Que nous les remplacions par des nouvelles perspicacités. Les aperçus révélés par l’enquête et enracinés dans l'Ecriture. Notre rêve se doit être celui de découvrir ce que Dieu est en train de faire et comment veut-il que nous transformions cette planète."

 

Est-ce que étonnant que des dizaines de milliers de dollars dépensés pour des programmes ne produisent pas de disciples ? C’est normal. Jésus nous a ordonné de faire des disciples en leur apprenant à obéir à tout ce qu'il a prescrit. Bill Hybels et le personnel de l'Église Willow Creek Church n’ont pas encore saisi la leçon. Ils pensent que la façon dont ils devraient le faire est d’encourager leurs troupeaux de lire leur Bible au service et s’exercer spirituellement [sur n’importe quoi] individuellement.

 

Greg Hawkins et ces commentateurs ont manqué l'objectif. Étonnamment, après l'application de la sagesse humaine pendant toutes ces années et en échouant, ils ont l'intention d'essuyer l'ardoise et d’essayer leurs vieilles suppositions. Pourquoi ne lisent-ils pas Matthieu 28:18-20 pour voir ce que la tête de l'église a ordonné pour faire des disciples ?

 

Si vous êtes pasteur ou enseignant ayant négligé ou refusé de faire des disciples en leur enseignant à obéir à tout que Jésus a prescrit, vous devez vous repentir de votre conduite pécheresse. L'Ecriture est assez claire quant à ceux qui continuent délibérément dans le péché :  

 

Car si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, mais une attente terrible du jugement et l’ardeur d’un feu qui dévorera les rebelles (Hébreux 10:26-27).

 

Si vous n'avez pas la connaissance de la vérité auparavant, vous l'avez maintenant. Vous êtes sans excuse si vous continuez à vous comporter comme un rebelle.

 

Il n'y a pas de si sérieux dans la Chrétienté. Les personnes qui fréquentent nos églises éprouvent une grande famine de la parole de Dieu. Ils viennent pour écouter Dieu, savoir comment ils peuvent lui plaire et comment ils peuvent entrer au royaume des cieux. Au lieu de cela, dans bien de cas, on leur donne un faux évangile qui ne peut pas le sauver. Si vous n'avez pas enseigné à vos troupeaux comment obéir aux enseignements et aux commandements du Seigneur Jésus, vous avez dispensé un mauvais évangile. Il n'y a aucun autre Évangile qui puisse sauver les hommes. Paul a averti :   

 

Au milieu d’une flamme de feu, pour punir ceux qui ne connaissent pas Dieu et ceux qui n’obéissent pas à l’évangile de notre Seigneur Jésus. Ils auront pour châtiment une ruine éternelle, loin de la face du Seigneur et de la gloire de sa force (2 Thessaloniciens 1:8-9).

 

Ce livre est un appel à l'obéissance aux commandements de Jésus de faire des disciples en "leur enseignant d'obéir à tout ce qu’il a prescrit" (Matthieu 28:20). Vous pouvez changer, mais vous devez avoir le courage de suivre Dieu, non pas les hommes. Nous tous faisions souvent des choses qui ont déplu à Dieu - nous étions souvent inconscients de la gravité de nos péchés. Si nous ne nous repentons pas et ne changeons pas, nous serons jugés plus sévèrement (Jacques 3:1).

 

Mon coeur bat pour les millions des gens qui fréquentent des églises qui ne prêchent pas l'évangile de notre Seigneur Jésus, qui sacrifient leur temps, cependant dirigés vers l'enfer parce qu'ils n'obéissent pas aux enseignements et commandements de Jésus, dont à moins de les pratiquer, ils n'entreront point dans le royaume des cieux.

 

Quand on dispense les enseignements et les commandements que Jésus nous a prescrits, beaucoup de personnes parviennent à connaître Dieu et à commencer volontairement à obéir à l'évangile de notre Seigneur Jésus en tant que ses disciples.  

 

Voulez-vous le faire? Primo, utilisez l'étude biblique sur les Enseignements et les Commandements de Jésus que j'ai écrits et enseignés au cours des dix dernières années. Vous pouvez les trouver sur www.bereanpublishers.com | Bible Study.  Le titre de l’article est Le titre de l'étude CONNAÎTRE ET AIMÉ DIEU en Apprenant et En Obéissant Aux Enseignements et Aux commandements de Jésus.

[Knowing and Loving God Through Learning and Obeying the Teachings and Commands of Jesus].

 

J'ai écrit et enseigné pour la première fois les enseignements et les commandements de Jésus en Nouvelle-Zélande. C'était très complexe. Bien que ce fût simple pour moi d'enseigner, ça aurait été difficile pour quelqu’un d'autre de faire ainsi. Dans quatre ans et demi, je n’étais qu’au milieu de Luc.

 

Quand nous sommes retournés aux États-Unis, j'ai récrit l'étude en entier. Je me suis concentré à la rendre facile accessible à tous, non pas aux enseignants expérimentés seulement. J'ai récemment enseigné cette nouvelle version et j’ai été ravi de voir la transformation qui a pu avoir lieu dans seulement 43 semaines en contraste aux quatre ans et demi en Nouvelle-Zélande. Cette étude n’est responsable de changer des vies; c’est le rôle des paroles de Jésus. Ses paroles sont esprit et vie!

 

"Oh," vous pouvez dire! "Je comprends, il a écrit ce livre pour commercialiser son étude biblique!" Je ne vous blâmerais pas, considérant la commercialisation effrénée de l'Évangile.

 

Non, cette étude est disponible et GRATUITE sur Internet! Elle ne coûte rien! Na! Vous ne devez que télécharger et imprimer autant de copies que vous voudrez.

 

L'étude est divisée en quatre unités de 12 semaines, 13 semaines, 12 semaines et 5 semaines. Elle est subdivisée de façon à permettre une pause entre unités pour ceux qui en auront besoin. Ici dans le désert d’Arizona nous prenons souvent une pause pendant la saison la plus chaude de l'été parce que trop de gens quittent le milieu pour des secteurs de climats plus frais.

 

Les trois premières unités contiennent tous les enseignements et les commandements de Jésus, sans répétition. Les Évangiles contiennent des répétitions considérables. L’on pourrait dire que Dieu utilise la répétition pour s'assurer que certains enseignements et commandements bénéficient d’une attention supplémentaire. Cependant, j'ai voulu m'assurer que chaque personne étudie tous les enseignements et commandements une seule fois pour ne pas se faire retarder par ces répétitions.  

 

Il y a 382 titres séparés dans les trois premières unités. Chacun inclut au moins un enseignement ou un commandement.  La quatrième unité est composée de 80 titres séparés qui passent en revue les enseignements et les commandements qui sont des questions de salut les plus évidentes – ceux-là qui doivent être obéis pour pouvoir obtenir le salut.

 

Je partagerai avec vous quelques méthodes que j'utilise pour enseignez efficacement. Ça pourrait vous être utile. J'imprime un certain nombre de copies pour quatre sessions hebdomadaires à la fois. J'imprime plus de copies au fur et à mesure que d’autres rejoignent le groupe. Il devient facile de connaître le nombre de copies nécessaires pour les quatre semaines. Pour ceux qui viennent entre les impressions, je réserve quelques copies supplémentaires.

 

J'achète des blocs-notes génériques avec des couvertures en plastique claires à Costco. Je glisse les études bibliques sous  les couvertures en plastique claires pour identifier les études. Les couvertures peuvent être téléchargées et imprimées sur  www.bereanpublishers.com | Bible Study.

 

Dix à vingt personnes ont suivi les deux dernières études. Les groupes de cette taille sont idéals parce que les gens sont moins appréhensifs dans la participation. Un groupe avait un peu plus de vingt personnes et s’est bien pris.  

 

Je conduis l'étude d'une façon incroyablement simple. Les disciples ont cinq jours pour les devoirs qui consistent en travaux simples, tel que remplir les pointillés, le choix multiple, etc. Le travail à domicile doit être fait avant la prochaine rencontre.  Nous commençons promptement à 19h00. Je demande à un des disciples de faire une prière avant de commencer. Nous nous assoyons de façon à nous entendre les uns les autres. Nous commençons alors à parcourir la matière que nous avons étudiée au cours de la semaine. Chaque personne lit, sauf moi, et ceux qui n'ont pas fait leurs devoirs (il est rare qu'un disciple ne complète (ou n'achève) pas son devoir. On permet toute personne qui a une question ou un commentaire d'interrompre à tout moment. J'interromps rarement pour une clarification. Chaque disciple a une demi page à lire. Nous terminons par la prière vers 20:30. 

 

Lors d’une discussion, j’étais étonné d’entendre les disciples dire qu'ils aimaient faire les devoirs à domicile. Ils n’aiment pas s’arrêter au travail d’un jour seulement. Ils veulent souvent faire plus. Je les ai chargés de faire une étude à la fois pour mieux comprendre ce qu'ils ont appris et être capables de l'appliquer.  

 

Il y avait quelques événements intéressants pendant les sessions de la dernière étude. Comme les disciples saisissaient l'importance de ce qu'ils apprennent, ils ont suggéré que chacun dans l'église reçoive cette étude, y compris le personnel pastoral entier. Ils ont été convaincus qu'elle changerait l'église comme elle les avait changés.

 

Nous sommes bénis parce que notre pasteur, Trent Renner, prêche par les enseignements et les commandements de Jésus – sinon ce serait une grosse erreur. Plusieurs ont dit que l’on ne peut pas enseigner  une leçon pendant plus de 4-8 semaines parce qu’on pourra perdre l'attention des gens. Trent a été convaincu de l'importance de l'étude et a ignoré ces mises en gardes. Il a récemment complété sa première année - environ 50 semaines - de prédications par les enseignements et les commandements de Jésus. Quant à cette écriture, il en est à Matthieu 14. Pour la première fois l'église a continué à grandir même pendant les mois chauds d'été. Trent a reçu un message en provenance du pasteur qu’il avait envoyé le matériel : "Merci mille fois pour m’avoir envoyé le matériel de Bernie l'année dernière. J'ai commencé cette série en Décembre et elle va incroyablement bien. Je pense vraiment que cette série aura un impact durable." 

 

Je recommande fortement que chacun prenne cette étude biblique. Elle est peut être utilisée dans les groupes de maisons, les groupes de jeunes, les groupes d’adultes, etc. Vous pouvez sauver d’innombrables gens de l’enfer éternel en l'enseignant. Nous croyons que toute personne qui n'apprend pas à obéir à Jésus, elle ne peut pas entrer dans le royaume des cieux.  On ne peut pas faire la volonté de Dieu que l’on ne connaît pas.  

 

Si vous voulez prêcher par les enseignements et les commandements de Jésus, le matériel vous sera utile, d’autant plus qu’il fournit des Ecritures supplémentaires qui aident à expliquer un enseignement ou un commandement de Jésus.  

 

Ceux qui ont appris cette étude sur les Enseignements et les Commandements de Jésus seront vos plus grands leaders.  

 

Conclusion

 

Nous concluons ce livre par la mise en garde de notre Seigneur Jésus que vous avez beaucoup lue :

 

“Tous ceux qui m’appellent : ‘Seigneur, Seigneur,’ n’entreront pas dans le royaume des cieux, celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux” (Matthieu 7:21).

 

Les Enseignements et les Commandements de Jésus sont la volonté de Dieu. Votre travail, et le mien, est de faire tout ce qui est à notre disposition pour aider les gens à connaître la volonté de Dieu en leur enseignant à obéir aux enseignements et aux commandements de Jésus, comme Jésus nous l’a prescrit dans Matthieu 28:18-20.  Dieu se chargera du reste.

 

Que Dieu bénisse vos efforts d’obéir au Seigneur Jésus et d’épanouir son royaume en étudiant et en enseignant ses commandements.


 

[1] Stanley, Charles, La Sécurité Éternelle, Êtes-vous Sûrs? [Eternal Security Can You Be Sure?] (Nashville, TN: Oliver Nelson, 1990),

[2] Stanley, Charles, “ La Sécurité Éternelle, Que Devons-nous Perdre“ [Eternal Security What Do We Have To Lose?] Tape #6, MI090.

[3] Ibid, p. 70.

[4] Ibid, pages 79-80.

[5] Ibid, page 74.

[6] Ibid, page 93.

[7] Pour pouvoir réfuter la doctrine de l’inconditionnelle sécurité éternelle, visitez le site web  www.bereanpublishers.co.nz, Fausses doctrines : “Le Croyant Est-il Éternellement en Sécurité?”

 

[8] Supra 6, p. 80

[9] Ibid, page 94.

[10] Ibid, page 121.

[11] Ibid, page 71.

[12] 2 Pierre 3:17.

[13] Ibid, pages 79-80.